[Interview] Alice Merton : la future star de la pop

[Interview] Alice Merton : la future star de la pop

À l’occasion de son concert à la Boule Noire le lundi 13 novembre 2017, JustFocus a rencontré la musicienne Alice Merton. Elle nous a parlé de son EP, de son succès et de ses futurs projets…

 

JF : No Roots est une chanson tellement amusante, accrocheuse et réussie ! Elle a atteint la place numéro 1 dans le Global Viral Charts de Spotify ici en France. Dans la chanson, tu parles du fait que tu n’as pas d’endroit où tu te sens chez toi, à cause du constant déplacement dans le monde depuis ton enfance. Comment ressens-tu ça ?

Alice Merton : Cela dépend des jours. Parfois, je pense que c’est vraiment cool de rencontrer autant de gens incroyables et d’expérimenter différentes cultures. Mais il y a des jours où je me sens très perdue et je dois me rappeler que le fait de se sentir chez soi n’a pas un lien direct avec un endroit en particulier mais avec les gens que tu aimes. 

 

JF: Quand tu as terminé la chanson, tu savais immédiatement que ça devait être ton premier single ?

Alice Merton : J’ai choisi cette chanson parce qu’elle représente une véritable introduction de qui je suis. Par exemple, quand vous rencontrez quelqu’un, vous n’allez pas parler de la météo d’abord, vous voulez savoir les choses basiques tels que son prénom et ses origines. Cette chanson parle de cela justement.

 

 

JF : Ce succès colossal peut-il être un peu écrasant parfois ou totalement le contraire ?

Alice Merton : Cela varie. La plupart du temps, je suis extrêmement contente que cela se produise; je sens toujours que c’est très surréaliste. Mais je pense que le plus important est que tu t’entoures de gens qui sont complètement dédiés au projet comme mon groupe avec qui je joue depuis 4 ans et mon manager que j’ai rencontré à l’université. 

 

JF : Quel est ton processus d’écriture ? Commences-tu par la mélodie ou l’écriture ? 

Ça dépend. Parfois j’écris les paroles avant d’aller en studio et parfois je joue la mélodie à mon équipe et on construit la chanson avec les lignes de basse et les beats. Mon producteur est très doué pour les arrangements et 99% du temps, nous partageons la même idée pour un morceau. Je suis très heureuse de l’avoir dans mon équipe.

 

JF : Selon toi, comment doit être une bonne chanson ? Honnête ? Dansante ?

Alice Merton : Une bonne chanson doit avoir une bonne mélodie mais en même temps, je suis touchée par un morceau avec des paroles profondes. 

 

JF : Un élément très intéressant dans ton EP, c’est le mélange de genres musicaux entre pop, électro et folk. Quels artistes as-tu écouté en grandissant ?

Alice Merton : J’ai écouté beaucoup de musique classique mais en même temps, j’aimais aussi la musique des années 80. Cependant, j’étais une grande fan de The Killers. Je le suis toujours d’ailleurs, surtout de la chanson When We Were Young. Je les ai adorés depuis leur toute première chanson. Parallèlement, en termes de chanteur/compositeur, j’adore Regina Spektor.

 

 

JF : Si tu pouvais collaborer avec n’importe quel artiste, qui serait-ce ? Peut-être Regina Spektor ?

Alice Merton : Ce serait génial mais je pense que nos styles sont très similaires et je pense qu’avec une collaboration, vous voulez toujours mélanger des différentes sonorités. Donc je pense que je vais aller avec Brandon Flowers de The Killers.

 

JF : À quel moment as-tu réalisé que tu voulais devenir musicienne ?

Alice Merton : Je voulais devenir musicienne depuis mon enfance mais je pensais que je n’allais probablement pas être assez bonne. Le moment où j’ai réalisé que je voulais faire de la musique, c’est quand un ami, qui était aussi un producteur, m’a dit : « Alice, tu pourrais définitivement faire de la musique ton métier ».

 

 

JF : Tu es sur le point de commencer votre tournée nord-américaine. Comment te sens-tu ?

Alice Merton : Nerveuse. Excitée. Nerveuse. Effrayée. Je ne sais pas à quoi m’attendre. C’est notre première tournée aux États-Unis et ça va être la folie. Pendant la journée, c’est que de la promotion et le soir, nous avons les balances puis le concert et ça va être de cette manière tous les jours. Je pense que je vais être vraiment fatiguée mais ça va aussi être une belle expérience.

 

JF : Selon toi, quelle est la meilleure chose à propos des concerts ?

Alice Merton : Le public, parce que vous ne savez jamais à quoi vous attendre. Un public peut être très bruyant, il peut vous aimer ou vous détester. C’est donc la partie la plus excitante et la plus intéressante.

 

JF : Parlons maintenant de l’avenir. As-tu l’intention de sortir un premier album complet ?

Alice Merton : Oui, définitivement. Il sortira l’année prochaine.

 

 

JF : Sur l’EP, tu parles de ces sentiments « mauvais » qui peuvent apparaître dans les relations comme dans ta chanson Jealousy et sur le chagrin d’amour dans Lie To My Face. Quels seront les thèmes principaux dans ton premier album ?

Alice Merton : J’écris toujours à propos de ce qui se passe à ce moment-là. Quand j’ai écrit mon EP, il y a deux ans, j’ai écrit par rapport à ce sentiment de ne pas avoir de maison et en même temps, je venais de faire face à une rupture amoureuse. L’album va continuer à partir de là et je vais toujours parler de ce sentiment de nostalgie par rapport à cette recherche de mon chez moi. Par exemple, j’ai cette chanson appelée Holes, mot que j’ai pris des paroles de ma chanson No Roots, mais avec un sens tout à fait différent. Cette chanson parle d’un trou profond émotionnel que j’ai ressenti à l’intérieur de moi pendant que j’étais en Allemagne, sans vraiment savoir pourquoi.

 

JF : Tu connais un énorme succès actuellement. Comment vois-tu ta carrière musicale dans 10 ans ?

Alice Merton : Oh, très bonne question. Je m’imagine à la retraite à 34 ans en train de faire quelque chose de complètement différent comme ouvrir une boulangerie et vendre des brownies ou sinon, toujours en tournée. Dans les deux cas, j’espère avoir déjà une famille. Je ne sais pas quel va être le chemin que je vais prendre pour l’instant. 

 

JF : Maintenant, des questions drôles. Comment appellerais-tu tes fans ?

Alice Merton : J’ai toujours aimé le film Transformers parce que je suis fan de robots. D’ailleurs, même sur les vêtements que je porte sur scène, il y a des pièces métalliques. Je pense que ce serait tellement cool d’appeler mes fans Mertonotrons. Mais tout le monde se moque de moi. (rires)

 

 

JF : Quelle est l’expérience la plus bizarre que tu aies eu avec un fan ?

Alice Merton : Je reçois parfois des emails de fans bizarres. Une fois, une fille m’a demandé si j’utilise des tampons. J’étais choquée. (rires)

 

JF : Si tu pouvais dîner avec n’importe qui dans le monde, qui serait-ce et pourquoi ?

Alice Merton : Je sais que je vais passer pour une harceleuse mais je pense que je voudrais dîner avec Brandon Flowers. Je veux juste connaître l’inspiration derrière ses chansons parce qu’il écrit d’une manière très intéressante.

Propos recueillis à la Boule Noire le 13 novembre 2017.

Photos : © Paper Plane Records Int. 

Laissez votre commentaire