Deluxe fait la fiesta à l’Olympia

Deluxe fait la fiesta à l’Olympia

Hier soir, les moustachus de Deluxe reprenaient du service après un bien triste weekend. Un concert haut en couleurs et plein de surprises pour un public parisien surexcité !

On se souvenait d’eux aux Solidays 2014 et on les attendait de pied ferme !

L’Olympia ouvrait ses portes au groupe Deluxeet les protégés de Chinese Man ont fait honneur à ce lieu mythique. Soutenu en première partie par Phases Cachées, les créateurs du Boogie Woogie Flow, les Deluxe arrivent sur scène, vêtus de rouge et or, costumes de cirque clinquants et lumineux, prêts à dompter le public parisien. Liliboy, en princesse Leïa hipster dans sa jupe moustache et sa bande de joyeux loufoques (Kaya à la basse, Kilo à la Batterie, Pietre à la guitare, Soubri aux percussions et Pépé au Saxophone) feront preuve d’un enthousiasme incomparable pendant près de 2h, fermement résolus à nous faire profiter pleinement de la soirée.

Paris au taquet pour accueillir Deluxe

Et Paris est chaud bouillant pour faire la fête, surtout après les derniers événements ; une envie folle de profiter de la vie et de la musique. A la question : « Est-ce que vous êtes là ce soir ? », l’Olympia répond de façon unanime, d’un même cri puissant de liberté et de joie. L’ambiance est délirante dans la salle et de la fosse au balcon, tout le monde danse, chante les passages que Deluxe incite à reprendre en choeur et hurle de bonheur à s’en briser les cordes vocales. On frappe en rythme, on applaudit à tout rompre… Un public au taquet, qui saute de partout, à en faire trembler le sol de l’Olympia. Une joie de vivre incommensurable et plus forte que jamais s’exprime haut et fort avec Deluxe.

Une setlist véritablement bien construite

La musique de Deluxe envahit les cœurs et les corps passant de la soul, au jazz, à l’électro, du groove au rock… Un son parfois funky, flirtant d’un coup avec la Dub Step ou la Drum and Bass, le tout intelligemment amené et mixé, relevé de solos de saxophone. Les morceaux s’enchaînent avec une énergie incroyable qui circule de la scène vers le public et vice versa : Shoes (premier single annonçant leur prochain album, Stachelight, prévu pour le 22 janvier 2016), Daniel, My Game, Blocked
Soudain, on reconnaît un morceau qui n’est pas de Deluxe et apparaissent sur scène, ni plus ni moins qu’Akhenaton et Shurik’n du groupe IAM venu interpréter Petit Frère, avant de dévoiler un nouveau titre de Deluxe auquel ils ont participé. Euphorie totale dans la salle, tout le monde reprend les paroles de Petit Frère et groove sur le nouveau titre. On regrette même qu’ils n’interprètent pas un petit Mia

Le concert se poursuit avec la même dynamique et se conclue sur Superman. Étonnant de balancer le titre le plus connu avant le rappel. Il fait de plus en plus chaud à l’Olympia quand Deluxe décide de lancer le fameux jeu de la moustache : hurler le plus fort possible et faire le plus de bruit pour faire « péter la moustache ». Le balcon commence, suivi par la fosse, mais ce n’est qu’une fois les deux réunis que l’écran derrière le groupe s’illuminera de mille feux. Le groupe demande aussi à la fosse de s’asseoir pour reprendre des forces avant de se relever d’un même mouvement pour sauter et danser comme des fous. Des ballons sont alors lâchés et c’est une vague de délire qui s’empare de la salle.

Mais le public n’est pas au bout de ses surprises…

Un rappel inoubliable

Un électro cardiogramme apparaît sur l’écran, faisant monter la pression dans l’attente d’un rappel. Il finit par arriver.
Alors que le public scande « DeluxeDeluxe, Deluxe…« , le groupe revient sur scène pour un instant inoubliable. Le concert reprend de plus bel avec la même intensité qu’au début, tant l’énergie est aussi belle et puissante.
C’est alors qu’IAM revient sur scène pour interpréter… Le tant attendu Mia ! Tout le public chante et se rappelle des paroles. Ovation plus que méritée et un petit mot d’Akhenaton qui est fier et heureux de partager la scène avec Deluxe, encore plus en ces heures sombres où il est important de continuer à vivre et faire de la musique.
On en revenait déjà pas de cette belle surprise, quand une autre de taille pointe le bout de son nez : les accords de Machistador se font entendre et c’est M, Mathieu Chedid, qui monte sur scène à son tour pour célébrer la musique et la vie avec les Deluxe. Le concert se termine avec Pony que toute la salle se met à chanter derrière le saxophone. Un bon morceau d’électro swing pour conclure en beauté.

 » Si ça vous a plu, revenez moustachu ! « 

Deluxe, c’est le concert qu’il fallait à Paris pour repartir et dépasser les derniers événements. Un groupe fédérateur, un son et des lights de folie, un show exceptionnel, le tout ponctué par la présence de guest qu’on est heureux de revoir et un bel hommage au Bataclan… Tous les ingrédients d’un concert plus que mémorable qui a été filmé et qu’on espère retrouver en vidéo !

Le public sortira de l’Olympia transporté et incapable de s’arrêter de chanter l’air de Pony.

2 Comments on this Post

  1. La premières partie : Phases Cachées* et non « Phase Cachée »

    Répondre

Laissez votre commentaire