Deluxe aux Solidays

Deluxe aux Solidays

Deluxe, ce sont les petits protégés de Chinese Man ; un groupe créé en 2007 à Aix-en-Provence et qui n’en est pas à son premier Solidays. Cette année, malgré la pluie, ils ont enflammé le public de la scène Bagatelle !

C’est lors de la conférence de presse, juste après leur concert que nous avons pu en savoir plus sur ces moustachus qui ne manquent pas d’humour.

 

Malgré le déluge qui s’abat sur les Solidays ce samedi, le public a répondu présent. Quel effet ça fait ?
Le groupe s’accorde à dire qu’il y avait une pure ambiance. C’était un super concert et le public de Solidays ne recule devant rien. Il s’est même assis dans la boue à leur demande. Deluxe aime ce grain de folie propre aux festivals !

  

La moustache semble être la marque de fabrique du groupe. Comment faites-vous pour quelle tienne aussi bien ?
C’est très simple, il suffit de laisser pousser pour que ça tienne. C’est un puissant accessoire qui augmente considérablement le sex appeal et les filles en sont toutes folles ! Non… En fait, Deluxe confesse que la moustache ne change rien.

Qu’est-ce que c’est pour vous les Solidays ?
Deluxe avait déjà accompagné Chinese Man sur une précédente édition des Solidays et c’est un vrai plaisir d’y revenir. C’est une date caritative importante. Ils ont a coeur que leur tournée comporte des évènements comme les Solidays de façon à ce que leur notoriété naissante puisse servir de grandes causes, faire venir des gens et donc récolter des dons.

Comment s’est passé la tournée des 10 ans de Chinese Man records ?
C’était une super expérience humaine. Le groupe était très bien entouré, avec 14 techniciens et ils ont beaucoup appris à leur contact. C’était très enrichissant ! Il y a bien entendu plein d’anecdotes croustillantes, notamment dans le bus, mais cela restera secret !

Comment est né le groupe ?
Au départ, ils étaient 3 à jouer dans la rue (Kilo à la batterie, Pietre à la guitare et Soubri aux percussions). Puis ils ont rencontré Kaya à la basse et Pépé au saxophone. Enfin, en 2010 Liliboy rejoint le groupe au chant. Zé Mateo de Chinese Man les a découvert alors qu’ils se produisaient dans la rue et après quelques verres et une amitié naissante, il les a invités à faire une première maquette en vu d’une future collaboration… On connait la suite !

Quel est l’intérêt de travailler sur un label indépendant ?
Au départ, Deluxe envisageait  de monter son propre label. Mais c’est une démarche hyper compliquée et un projet difficile à gérer en plus de la création. Avec Chinese Man Records tout est simple. Ils sont sur la même longueur d’onde musicale et dans le même état d’esprit. Les Chinese Man ne leur mettent pas la pression et ils sont finalement très libres pour créer. Cela permet surtout de rester comme ils sont. Ils invitent le public à soutenir les labels indépendants !

Comment se passe la composition ?
Deluxe est actuellement en train de songer à un nouvel album. Il est en discussion et le processus de création est du coup un joyeux bazar où chacun apporte ses envies et son projet. Tout est mis en commun dans le bus pendant la tournée et il faut choisir les morceaux les plus pertinents et qui plaisent à tout le monde. Puis chacun y met sa patte pour que ça sonne Deluxe.

Comment qualifiez-vous votre musique ?
Le groupe a du mal à qualifier leur son. C’est du Deluxe ! C’est pas complètement un style plus qu’un autre. L’important c’est que ça envoie !

Y a-t-il des groupes que vous aimeriez voir ou rencontrer sur les Solidays ?
Rodrigo et Gabriela (ils regardent l’écran avec envie et désarroi ; le concert a lieu en même temps que la conférence de presse) et Franz Ferdinand ! Ils aimerait faire de belles rencontres lors du festival qui est aussi une opportunité pour envisager des collaborations.

Quelle importance a le costume pour vous sur scène ?
Deluxe envisage la scène comme au théâtre. Lorsqu’ils enfilent leurs costumes, ils deviennent Deluxe !

Avez vous un directeur artistique pour vos mises en scène ?
Lors de la création des morceaux, le groupe  imagine toujours ce que ça pourrait donner en live et la façon de l’interpréter. Ils se filment et travaille ensemble des chorégraphies. Le son doit aller avec la mise en scène.

D’où vient le nom Deluxe ?
C’était la marque d’un barbecue qu’ils ont acheté ! Un délire qui est resté.

Quels sont vos projets pour la suite ?
Partir à l’étranger et puis l’arrivée d’un nouvel album. Sinon ils annoncent en exclusivité une future collaboration avec Richard Gotainer et Patrick Sébastien. Rika Zarai aurait aussi confirmé son envie de jouer avec eux… et plein d’autres surprises encore ! (Rire de l’assemblée) Pour en savoir plus, il faut suivre le fil d’actualité de leur page facebook !

Quelles sont vos références ?
The Roots, Jurrasic 5, Iam…

Qui est le public de Deluxe ?
Ils aimeraient qu’il soit aussi large que possible ! Ils n’ont pas envie de le sélectionner. Ils pourraient aussi bien faire bouger les petites mamies en maison de retraite que ça leur ferait plaisir.

Deluxe a récemment participé à la BO du film « Les profs » et avoue que si l’occasion se représente, ils seraient partants pour un autre projet similaire.

Très à l’aise et avec beaucoup d’humour, nous avons passé un excellent moment en leur compagnie.

Photos de Jess Grinneiser et Noucky

Laissez votre commentaire