Dan Owen aux Etoiles de Paris : une soirée bluesy et tendre à souhait

Dan Owen aux Etoiles de Paris : une soirée bluesy et tendre à souhait

Dan Owen a enflammé la salle des Etoiles de Paris lundi 9 octobre pour un concert bluesy et tendre à la fois. Un merveilleux moment partagé avec ce jeune talent d’une maturité incroyable.

Livenation nous a encore gâté avec un jeune talent !!
Ne vous fiez pas à sa bouille d’ado et sa gueule d’ange. Pas de mièvrerie avec Dan Owen, mais de l’intensité !

Hugo Barriol ouvre la soirée

Rencontré cet été à Solidays, ce musicien du métro nous a offert une belle première partie toute en nuance. Pendant une demi heure, Hugo joue les titres de son premier Ep sorti au mois de Juin mais aussi quelques nouveautés.

Il manque cette ambiance de coucher de soleil qui avait donné un charme particulier à notre première rencontre avec ce musicien discret ; mais cette nuit, sur la scène des Etoiles, Hugo Barriol semble avoir plus d’assurance.

On retrouve la grâce de ses compositions et la douceur de ses mélodies. Sa présence est toujours aussi apaisante et on sent que son aura enveloppe progressivement le public comme dans un coton duveteux. Sa voix chaude fait littéralement fondre ceux qui écoutent sa musique en se balançant.

Un moment paisible, qui se finira par On The Road avant la tornade anglaise qui se prépare.

Dan Owen : un futur Jack Savoretti ?

Car oui, tout au long du concert, la comparaison nous a semblé de plus en plus évidente. Et pas seulement dans ses boucles de cheveux et la qualité de ses chansons ; mais aussi et surtout dans cette voix surprenante, capable d’être tendre et rugueuse à la fois, profonde et aérienne !

A peine sur les planches, il est acclamé. On devine que dans la salle, quelques personnes connaissent déjà son répertoire encore jeune. Ce soir, il est accompagné d’un claviériste. Son sourire illumine la scène et lorsqu’il entonne Moonlight, le public sourit en retour d’enthousiasme. C’est dans un silence religieux qu’il commence cette sublime chanson.

Dan Owen

Il va ensuite beaucoup communiquer entre chaque titres. Splinter, sur laquelle il nous tease en nous disant qu’il aimerait nous parler de cette chanson, mais qu’il ne le fera pas. Il plaisante sur le fait de chanter des chansons pas vraiment drôle, mais qu’il s’efforce de rendre joyeuse par sa présence. 

On le retrouve en solo sur Fall like a Feather. « Like the old day «  comme Il explique ! D’ailleurs, c’est étrange pour lui d’être accompagné ; il a tellement l’habitude de jouer seul avec sa guitare. Celle-ci semble avoir beaucoup vécu d’ailleurs, une compagne de solitude sûrement. Certains semble connaître ce morceau et Dan Owen se réjouit que ce soit le cas… même si le public prétend la connaître, parce que cette chanson compte beaucoup pour lui.

Il s’empare ensuite d’un harmonica pour jouer un titre plus rythmé mais pas forcément plus gai. When I die est une clapping song et il n’a pas besoin d’insister pour que le public frappe dans ses mains.

Son claviériste revient ensuite pour l’accompagner sur Closer. Il nous raconte que Made to Love You a été écrite après quelques pintes de trop lors d’une soirée trop arrosée où il consolait un ami d’une peine de cœur.

Dan Owen

C’est ici que le concert devait s’arrêter, mais le public le rappelle ! Dan nous joue alors une version acoustique de Hideaway. Le morceau sonne complètement différent, moins puissant et énervé, plus introspectif et personnel. On a l’impression qu’il se livre à nous, qu’il nous confit une partie de son histoire et de la peine dans laquelle il a écrit cette chanson. C’est un moment touchant !

Le concert se termine sur une cover de Little Red Rooster de Willie Dixon. Et c’est une véritable apothéose, une performance scénique incroyable. Mieux que des mots… voici des images !

Voici un jeune homme de 25 ans hyper talentueux qu’on va suivre avec beaucoup d’intérêt et qu’on espère revoir très prochainement avec un album.

Retenez son nom : DAN OWEN

Laissez votre commentaire