The Source : Une Odyssée musicale

The Source : Une Odyssée musicale

  Quel est le point commun entre l’espace, la genèse de l’Homme, l’opéra et la Hollande ? La question peut paraître absurde et pourtant l’album The Source d’Ayreon en est la réponse. Le 28 avril sortait donc le neuvième album d’Arjen Anthony Lucassen sous le nom d’Ayreon: son plus important projet musical consistant en un habile mélange de hard-rock typé ‘70, de rock progressif, de metal et de folk; le tout généralement construit tel un rock-opéra avec une histoire et plusieurs chanteurs incarnant différents personnages à travers les paroles.

Ayreon The Source

 Maintenant que cela est dit, passons à The Source: sorti sous le label Mascot Label Group le 28 avril, d’une durée de 180 minutes, l’album impressionne avant même la première écoute de par le casting totalement démesuré avec notamment James Labrie (Dream Theater), Tobias Sammet (Avantasia), Tommy Karevik (Seventh Wonder), Russel Allen (Symphony X), Tommy Rogers (Between The Buried And Me). Les fanatiques de prouesses instrumentales ne seront pas en reste avec la participation de Paul Gilbert, Mark Kelly et…Guthrie Govan !

Un prequel…au prequel !

  The Source s’inscrit dans la trame “principale” des albums d’Ayreon, il sert de prequel à 01011001 sorti en 2008 et raconte l’exil des ancêtres humains habitant alors sur une autre planète. Un exil forcé par la prise de pouvoir des machines suite au trop fort développement de la technologie. L’élite de cette population va donc partir coloniser une autre planète loin des machines afin de permettre aux Hommes de survivre et d’arriver sur la planète Y qui sera donc le décor de 01011001.

 

Q68n8vkh

Un casting guidé à la perfection !

  L’album à proprement parler est une bonne surprise, Arjen sait comme d’habitude adapter les paroles et les personnages aux chanteurs qu’il choisit, cela se démontre dès la première piste, la plus longue de l’album: The Day That The World Break Down qui, on pourrait le dire, sert de grande introduction à l’album.  Le décor se pose, tous les personnages s’expriment, l’intrigue se fait connaître: le décollage est imminent…et quel décollage ! Les morceaux s’enchaînent avec logique et fluidité, chacun donnant la part belle aux chanteurs qui, guidés d’une main de maître par Arjen paraissent même meilleurs que dans leurs groupes respectifs. Les influences se mélangent et s’assemblent comme avec le très “Queenesque” Everybody Dies ou l’oriental Deathcry Of a Race sans oublier les inclusions plus folk rappelant The Gentle Storm, un autre projet d’Arjen.

Cela tombe sous le sens, impossible de parler de cet album piste par piste. Le mieux étant de l’écouter avec la même logique qu’un film, partir pour une grosse heure de science-fiction (avec le livret de paroles pour une immersion totale). La vision de la musique est alors changée, il ne s’agit plus d’écouter mais de vivre une expérience et de ressortir marqué par l’assemblage complexe de tant de chanteurs et d’influences sur un fond de Space-Opera que ne renierait pas Isaac Asimov.

Longtemps attendu par les fans du genre, The Source est un très bon album facile d’accès même pour les néophytes du Prog. Les mélodies sont recherchées sans jamais verser dans la technique inutile, un équilibre parfait est créé entre les 13 chanteurs et les diverses influences. Une preuve encore une fois qu’Arjen Anthony Lucassen maîtrise parfaitement l’exercice compliqué qu’est celui du rock-opéra.

Leave a Comment