« Birth » : WYVE éclot avec un premier album bien rodé

« Birth » : WYVE éclot avec un premier album bien rodé

« Birth » : WYVE éclot avec un premier album bien rodé

Note

Summary:
Birth raconte l’histoire d’un voyage initiatique. WYVE ne s’éloigne pas d’une idée bien précise : faire voyager l’auditeur avec eux. L’atmosphère générale est uniforme et on reste suspendu à la musique sans jamais réellement se poser.

70%

Pour ce premier album intitulé Birth, le groupe WYVE formé de Michaël Dietrich à la guitare, aux chœurs et drums et Maxime Toussaint au chant, pad et guitare, nous transporte dans un voyage initiatique emprunt de mélancolie et d’une musicalité plutôt constante qu’il convient de saluer. 

 

Capter le sentiment réel qui échappe

En huit titres, WYVE signe avec Birth une métaphore filée initiatique qui transpire la recherche de soi et la nostalgie. Musicalement, le duo s’engage dans un pari égal : une, l’électro-pop et des basses bien présentes à la London Grammar ou encore The xx, saupoudrée d’une voix pesante qui conte la recherche d’un idéal. Presque symptomatique d’une génération qui vogue entre espoir d’un idéal caractérisé par ce côté aérien, et la réalité qui explose par ces riffs plaintifs, la voix profonde de Maxime est pesante, presque résignée mais consciente du réel.

Si certains titres sont plus rythmés que d’autres, l’atmosphère générale est uniforme. On reste suspendus à la musique sans jamais réellement se poser. Les titres Breathe et I Wanna Go raviront les adeptes du remix, les mélodies étant plutôt riches pour se laisser transporter plus loin qu’en suspens. Ce qui guide cet album est avant tout la sensation qu’il est impossible de capter le sentiment qui reste un ressenti, constant, blême mais apaisant !

 

Birth : une bande audio énigmatique

Cet album est une bande originale bien marquée. Les références à la Woodkid sont bel et bien palpables et on les ressent dans la composition de titres qui se verraient facilement joués dans un film ambiance Sundance. Avant tout, WYVE ne s’éloigne pas d’une idée bien précise : faire voyager l’auditeur avec eux. Birth raconte l’histoire d’un voyage initiatique. Si l’espoir est présent à travers Birth, Breathe et Light, l’atterrissage se veut plus morose avec Drifting Away et Lost.

WYVE se place surtout comme l’un des nouveaux visages de cette French Touch 2.0 qui surprend chaque jour, et qui sort des chemins prédéfinis de la musique française, qu’on a coutume d’appréhender à tort. Avec ce premier album mélodieux, WYVE s’offre une introduction prometteuse parmi les jeunes groupes à suivre de près dans les années à venir. Singuliers et constants, leur univers est charmant et palpable, bien qu’onirique.

Découvrez le clip de Drifting Away :

WYVE sera en concert le 22 avril prochain au Café de la Danse (Paris 11) à l’occasion du festival Clap Your Hands.

Laissez votre commentaire