[Critique] « Her » : de la consécration de Her au testament de Him

[Critique] « Her » : de la consécration de Her au testament de Him

Après deux EPs acclamés (Her Tape #1 et #2), le duo français Her sort enfin son premier album. Bouleversé par la mort de sa moitié, Victor Solf a dû le terminer seul.

En 2015, Five Minutes est le titre qui déclenche tout pour Her, nouveau duo soul transparent de féminité et de féminisme. Amis d’enfance originaires de Rennes, Victor Solf et Simon Carpentier deviennent alors l’un des groupes les plus prometteurs de la scène française. Malheureusement, le duo est coupé net dans son ascension. Atteint d’un cancer depuis de nombreuses années, Simon disparaît tragiquement en août dernier. Depuis, Victor a travaillé sur leur premier album presque terminé, arrivant à un résultat bluffant.

Nommé tout simplement Her, cet album raconte l’histoire de Her : un destin brisé en pleine ascension. We Choose, la toute première chanson composée par les deux amis, ouvre alors l’album. Les paroles sont déjà évocatrices : on commence sur « Nous choisissons la façon dont on se souviendra de nous » et termine sur « Je pense que nous pourrions faire n’importe quoi, nos ailes sont brisées mais nous continuerons à planer ».

 

Ce n’est plus Her que l’on écoute, c’est Him

Good Night et For Him clôturent l’album. A propos de Good Night, Victor explique : « Ce morceau plein d’espoir parle de la maladie et de la vie mais surtout pas de la mort ». En effet, les paroles se veulent rassurantes : « Ne perds pas espoir, il est temps de se défendre ».

Tout en rendant un hommage fort à son défunt double musical, Victor va de l’avant. Entre soul, pop, r&b, rock et même disco, il continue son chemin comme si son meilleur ami était toujours à ses côtés. Parmi les douze titres de l’album, on retrouve les titres incontournables du groupe, ceux qui ont fait son succès. Blossom Roses, Swim, Five Minutes et Quite Like garnissent alors la galette d’un déjà-vu plus qu’agréable.

Pourtant, pour ce premier album éponyme, Her ne se cantonne pas à cela. On & On, featuring prestigieux avec le rappeur belge montant Roméo Elvis et l’Allemand Henning May, est un condensé subtil et sublime des genres. Wanna Be You, hymne disco dansant et soigné, reste en tête un très long moment, ce qui est loin de nous déplaire. Enfin, sur Icarus, seul titre que Victor a travaillé sans Simon, une énergie vive et fraîche se ressent, de la même manière que sur le single Neighborhood.

En plus de prouver le talent du duo, ce premier album devient un hommage fort à Simon Carpentier. Ce n’est plus Her que l’on écoute, c’est Him, qu’on aurait espéré voir vivre plus longtemps. Au dos de la pochette de l’album, on peut lire « En mémoire de Simon Carpentier, que cet album soit un testament de l’artiste génial que tu es ». Une chose est sûre, c’est l’un des meilleurs albums de 2018 à ce jour.

 

8,5/10

A écouter :
On & On, Wanna Be You, Good Night

 

Her, le premier album éponyme de Her sortira le 30 mars prochain au label Barclay.

Le groupe sera en concert au festival Chorus le 7 avril et à l’Olympia le 25 avril.

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.