[Report] The Heavy en concert au Trabendo

[Report] The Heavy en concert au Trabendo

C’est dans l’intimité du Trabendo, excellente salle située dans le parc de la Villette, que les britanniques de The Heavy se sont produits hier soir.

[box_light]Un show sans chichi, simple mais qui a très vite fait monter la température.[/box_light]

C’est qu’ils ne datent pas d’hier, les membres de The Heavy, puisqu’ils jouaient déjà depuis 10 ans, quand est sorti leur premier single That Kind of Man en 2007. Avec 3 albums à leur actif, ce groupe de rock indépendant a de quoi rassembler : leur musique est un cocktail de soul presque gospel, de rock des années 70 et de funk. Ajoutez à cela une touche de rythm & blues, le tout saupoudré de hip hop. Curieux mélange me direz-vous ? Et pourtant, ça marche. Je dirai même que ça cartonne ! Il y a un côté Pulp dans la musique de The Heavy digne d’une B.O. de Tarantino. C’est sombre, les paroles sonnent juste, ça claque et c’est entraînant. Inutile de dire que le public n’a pas mis longtemps à se trémousser.

    

Sur scène, des cuivres et des choristes accompagnent Kelvin Swaby au chant et  Dan Taylor à la guitare, les deux amis à l’origine du groupe. Aujourd’hui, Spencer Page à la basse et Chris Ellul à la batterie  les ont rejoint et ce quartet fonctionne à merveille.

      

Tout commence par un morceau plutôt lent. Vêtu d’un costume cravate très classe, Kelvin fait son entrée avec un sourire aux lèvres qui ne le quittera pas de la soirée. Il déambule et exploite pleinement le modeste espace que lui offre la scène du Trabendo. Mais très vite ce n’est pas seulement la scène qu’il remplit, mais la salle toute entière qu’il habite avec sa voix de chœur d’église. Et chaque chanson devient un jeu : il annonce des paroles, le public devine alors la chanson et crie de joie en la découvrant, puis reprend en cœur les fameuses paroles avec le chanteur.

   

Toujours plus fort, il fait de plus en plus chaud et Kelvin se défait en moins de 5 titres de sa veste, sa cravate, sa chemise. Il finira en débardeur (qu’il retirera en sortant de scène), complètement en nage. Dans la salle, tout le monde danse et se déhanche. Le chanteur prend le temps entre chaque morceau de parler un peu. Il apprécie le grain de folie qui s’est emparé du Trabendo.

Les tubes s’enchaînent de façon frénétique, le rappel offre une légère pause sur un morceau plus doux avant de finir par une explosion avec How do you like me now ? que le public hurle en sautant partout. Un pur moment de communion et de partage.

The Heavy

En sortant de scène, Kelvin Swaby s’attarde ; il se laisse aborder avec facilité, signe des t-shirts, des CDs et des billets de concert… Il prend la pose avec ses fans et s’excuse de se balader torse nu, tout trempé de sueur dans la salle. Facile d’accès, il remercie chaleureusement chacun avec une tape amicale sur l’épaule et ce sourire radieux tellement communicatif. Il espère revoir son public, toujours fidèle, sur un prochain concert. Kelvin raconte avoir pris énormément de plaisir sur scène hier soir et avoir du mal à descendre de son nuage.

Electrique, punchy et dynamique : je vous mets au défi de ne pas avoir les jambes qui bougent toutes seules avant la fin du concert. The Heavy est le groupe à voir et à écouter en cas de coup de blues pour retrouver la pêche !

Leave a Comment