Premier concert parisien réussi pour The Hunna

Premier concert parisien réussi pour The Hunna

Les jeunes britanniques de The Hunna avait donné rendez-vous à leur fan français au Pop-Up du Label le 5 mars dernier. Leur passage fut explosif !

The Hunna au Pop-Up du Label

Petite salle sombre située proche de gare de Lyon sous un bar/restaurant branché. Très vite remplie, le public est assez varié. Devant, pas mal de jeunes femmes. Le Pop-Up du Label possède une scène étriquée qui a eut du mal à accueillir la fougue débordante et à contenir l’énergie pure de Ryan (Voix et Guitare), Dan (Guitare), Jermaine (Basse) and Jack (Batterie), les membres de The Hunna.

The Hunna

Une déferlante rock

A peine en place, la salle s’agite et on entend quelques cris au premier rang. Quelques mots d’amours fusent et les filles trépignent d’impatience. Mais ce n’est pas juste des élans d’adolescence tardive. Rapidement, cette fièvre s’empare de la salle et tout le monde bouge en rythme. Le charisme du groupe fait effet. Malgré quelques larsens, leurs chansons sont vite reprises et le public convaincu qu’il s’agit bel et bien là d’un groupe à succès. On aspire à les voir dans une salle mieux sonorisée et avec un peu plus de place pour laisse cette belle énergie contenue, exploser sur une foule plus nombreuse. On se rappelle des débuts de certains groupes de rock US mais avec cette petite touche anglaise à la U2 en plus qui les rend plus européen. Définitivement une bonne pioche ! 

The Hunna - Dan The Hunna - Ryan - Jack The Hunna - Jermaine

Ryan charismatique

Des riffs bien pensés pour un rock efficace qui ne met pas longtemps à conquérir ceux qui les découvre pour la première fois ; la présence captivante du chanteur fait fondre les cœurs des plus jeunes. Ryan sous sa tignasse blonde a une gueule d’ange démoniaque : il oscille entre la nonchalance trash d’un Kurt Cobain et la classe retenue néo-romantique d’un Lestat de Lioncourt (mais si le personnage de Anne Rice dans Entretien avec un vampire… celui qui finit chanteur de rock justement… Non c’est pas du Twilight). Il a ces attitudes à la fois frénétiques et posées, agitées et droites. British dans la retenue comme dans le relâchement. Une voix qui grince et coule à la fois. Un peu sèche et tendre. ce contraste en est perturbant et attirant.

Ryan Ryan

On espère que cette tempête rock annonce un ouragan et que le phénomène The Hunna reviendra bientôt sur notre territoire.

The Hunna

Laissez votre commentaire