[CRITIQUE] Boxes : Le 1er album de Black Lilys est une bouffée d’air frais

[CRITIQUE] Boxes : Le 1er album de Black Lilys est une bouffée d’air frais

Si le nom de Black Lilys vous est encore inconnu, gardez-le bien en mémoire car il risque de ne plus vous quitter prochainement. Camille et Robin, une sœur, un frère et une musique complètement envoûtante dont le premier album, Boxes, nous a jeté un sort. Impossible de s’en défaire, c’est une bouffée d’air frais. 

C’est à la mort de leur mère que Camille et Robin Faure, deux lyonnais, se retrouvent et se trouvent musicalement.Dans un fort besoin de s’exprimer, ils se rapprochent : elle au chant, lui à la guitare, la fratrie se ressoude au contact des notes et des mots. De ces compositions né Black Lilys, un projet musical incroyable dont il fallait absolument qu’on vous parle. 

En avril 2014, sort leur premier EP, Memories of a Blind Mind. C’est déjà une identité en devenir : l’idée est là, la voix se pose dessus, la musique se cherche encore.
Des tournées, des scènes… Puis il y a Blood Ties, un second EP… et enfin leur premier album, Boxes, sorti le 30 mars dernier !

Boxes est un album magique, une incantation païenne chantée par une voix de sorcière venue d’un autre temps. Le timbre d’enchanteresse de Camille nous rappelle un divin mélange de FlyleafAurora et CocoRosie. Autant de références prises dans un répertoire varié et qui classe tout de suite la musique de Black Lilys dans la catégorie atypique… Hors du commun !

Leur musique est mystique, mais à la fois tellement ancrée dans le réel. Elle parle à nos corps et notre âme… L’une entraînant l’autre dans une transe. Tous nos sens sont en éveil à l’écoute de Boxes et voici un récit de cette expérience auditive.

On entre dans l’univers de la fratrie par Blood Ties, qui est aussi le titre de leur dernier EP, paru en avril 2017, il y a un an. Blood Ties venait confirmer la pâte de Robin et Camille et contenait déjà un certain nombres de chansons qui figurent dans l’album.Dès les premières mesures, le ton est donné : envolée, invitation au voyage intérieur, lyrisme et évasion. Et cette sensation va se poursuivre tout au long des titres. Les rythmes sont des échos aux battements de notre cœur : ça s’agite, ça vibre, ça nous balance, ça nous remue…. ça nous libère !

Boxes est le titre qui nous a permis de découvrir le groupe et c’est un immense coup de cœur ! Un morceau tendre et puissant, sombre et lumineux à la fois, tout en contraste. Un grain de folie habite cette chanson… ça vient chatouiller quelque chose au fond de nous.

Nightfall est comme une sorte de rituel. On sent l’installation, la montée en tension, en intensité. Puis ça se pose pour repartir de plus bel. Le rythme nous donne l’impression d’un essoufflement. C’est prenant !

Dust Of You est une petite ballade toute douce qui nous berce. Comme un clair de lune après la tombée de la nuit.

Wrong Timing  commence comme un chant de sirène qui va hanté le morceau jusqu’au bout. La guitare sonne presque comme une harpe.

Shelter se veut rassurante, une ode peut être, une poésie volubile qui flotte dans l’oreille, légère et chaleureuse.

Voici une étape du voyage : Istanbul. Morceau presque religieux, imposant et fort. On a l’impression d’être confronté à quelque chose qui nous dépasse. Impressionnant et démesuré.

Le titre qui suit, Behind the Street, nous a tout de suite fait pensé à Archive. Un petit côté Again assumé. Un hommage peut être ? Un vrai plaisir en tout cas.

Land of Joy est plus rythmé, plus entraînant, moins contemplatif. On est en mouvement, dans un road trip… à cheval sûrement… et on traverse de multiples paysages.

Color My Soul est un moment poignant de l’album. C’est une confession parlée, c’est un discours, un appel ! Sa portée émotionnelle n’est pas sans rappeler le Body Love de Mary Lambert. Il y a beaucoup de tristesse et de mélancolie dans cette chanson. Elle nous hante encore une fois terminée.

Mama Bi Mena conclut l’album. Une sorte de comptine toute douce elle aussi, dont le refrain est chanté dans une langue que je n’ai pas réussi à définir. Quoiqu’il en soit, on dirait un hommage à leur mère.

Boxes est certainement un appel à lâcher prise, à sortir de cette boîte qui est la nôtre, dans laquelle on s’enferme : un appel à vivre pleinement. Un retour à la nature aussi, à notre nature profonde, libre et sauvage. Un retour au source enfin pour se révéler à nous même. S’il y a quelque chose de tribal dans la musique de Black Lilys, nous avons clairement envie de rejoindre la tribu !

 

Page Facebook de Black Lilys

Site officiel de Black Lilys

Laissez votre commentaire