Birdy à l’Olympia

Birdy à l’Olympia

Instant magique pour l’Olympia qui accueillait la jeune Birdy hier soir. Une belle performance qui n’a pas laissé le  public parisien indifférent.

Birdy, c’est Jasmine Van Den Bogaerde, compositrice, musicienne et chanteuse britannique (d’origine flamande) au timbre de voix enchanteur. A 12 ans, elle est découverte lors du concours Open Mic UK 2008 avec une de ses compositions. C’est en 2011 qu’elle sera vraiment révélée avec sa reprise de Skinny Love de Bon Iver. Elle enchaînera plusieurs reprises qui feront son succès, dont celle de 1901 de Phoenix en 2012. Elle sera par la suite sollicitée pour la bande originale de Hunger Games pour laquelle elle écrira Just a Game, et celle de Rebelle de pixar, pour laquelle elle chantera Learn Me Right. Son deuxième album, Fire Within, est sorti fin septembre 2013 ; plus personnel, c’est ce nouvel opus qu’elle venait présenter à l’Olympia.

Après une introduction particulièrement déroutante, on découvre un léger décor constitué d’une sorte de cadre flottant dans le fond de la scène. Jusqu’ici, une petite appréhension, mais les musiciens se mettent en place et Birdy entre enfin pour rejoindre le piano. On retient son souffle. Plus un bruit ; le silence s’est fait et on écoute la grâce… Sa voix résonne dans toutes les têtes et les yeux commencent à s’embuer. C’est une musique de l’émotion, celle de Birdy!

La chanteuse se révèle être timide et discrète. Elle parle doucement, murmure presque et échange peu avec le public. Elle est visiblement touchée dès les premières chansons par l’enthousiasme qui règne dans la salle pleine à craquer de l’Olympia. Elle ne parlera pas beaucoup, citant simplement les titres de ses chansons avant de les interpréter, et remerciant humblement après chaque titre. Petit regret : les morceaux s’achèvent parfois brusquement, empêchant de savourer un ralentissement en fin de morceau, permettant de retenir l’instant. Pourtant, c’est une assurance incroyable qu’elle a dans la voix lorsqu’elle chante : une belle virtuosité, une forte intensité émotionnelle.

Avec elle, un violoncelliste/bassiste, un batteur, un guitariste (qui semble aussi s’occuper des samples), une claviériste/guitariste qui vient aussi en soutien vocal de façon régulière, donnant plus de profondeur et d’amplitude à la voix de Birdy. Un bel ensemble donc qui fonctionne bien, avec des petits arrangement musicaux, offrant une interprétation légèrement différente de l’album. Des vidéos viennent illustrer de temps en temps les chansons en fond de scène, utilisant le cadre pour créer plusieurs dimensions. Cet effet et le choix des lumières rendent le concert à la fois intime et chaleureux, mais aussi grandiose. Une ambiance folk comme on les aime. Il y a dans ce concert une part de mélancolie maîtrisée, mais aussi une belle énergie, un dynamisme positif et une grande puissance. On sent beaucoup de passion chez la jeune Birdy.

Elle effectuera un rappel avec le tant attendu Skinny Love que la salle reprendra doucement, afin de ne pas couvrir la merveilleuse voix de Birdy, et quatre autres chansons, avant de saluer avec son groupe et de sortir discrètement de scène.

Un beau concert donc, avec une setlist équilibrée et pertinente, pour un public séduit en cette avant-veille de Saint-Valentin.  Il ne nous reste plus qu’à lui souhaiter un peu plus d’assurance pour avoir une présence scénique en plus de vocale qu’elle a déjà. A 17 ans, Birdy est un joli petit bout de  femme déjà très professionnelle qui, à n’en pas douter, n’a pas fini de nous charmer.

[vsw id= »WJTXDCh2YiA » source= »youtube » width= »575″ height= »400″ autoplay= »no »]

1 Comment on this Post

  1. J adore cette petite jeune fille. Laquelle la chanteuse ou la chroniqueuse ??? Les deux mais pas pour les mêmes raisons. Bravo pour les jolis papiers c est toujours un plaisir de les lire

    Répondre

Leave a Comment