« After Laughter » de Paramore : des paroles fortes qui font groover

« After Laughter » de Paramore : des paroles fortes qui font groover

Malgré de nombreux doutes par rapport à la sortie d’un nouvel album, Paramore a fini par dévoiler After Laughter le 12 mai dernier.

Le concept est très passionnant : dans la plupart de l’album, il y a une énorme contradiction. Le rythme joyeux et pop contre des paroles qui exposent les moments difficiles de la vie. « For all I know, the best is over and the worst is yet to come », « tout ce que je sais c’est que les meilleures choses ont fini et le pire est dans l’avenir » chante Hayley Williams sur Told You So. En effet, la chanteuse du groupe a déclaré qu’elle est fascinée par le moment où, après avoir un fou rire, on arrête de rigoler en se demandant quelle en a été la raison, la pensée, qui nous a fait atterrir sur terre, qui nous a fait arrêter de rire ? Voilà le concept de After Laughter.

 Resultado de imagen para paramore after laughter

 

Hard Times 10/10

Plusieurs fans ont été déçu par le changement de son de Paramore, beaucoup plus tourné vers la pop que le rock. Le groupe avait déjà des morceaux tels que Still Into You et That’s What You Get très pop mais le groupe restait quand même rock. Cependant, nous apprécions la diversité et Paramore ne nous a jamais fait autant danser que sur Hard Times. Avec un riff de guitare très funky, le refrain est fait pour être chanté par tout le Stade de France en répétant « Hard Times! These Lies! ». Parallèlement, le traitement des voix à la Daft Punk à la fin du morceau nous met en évidence le fait que pour cet album, le son de Paramore va être très actuel. Williams exprime sa volonté de ne pas vouloir tomber dans une profonde déprime mais avec cette perle de la pop, impossible.

 

Rose-Colored Boy 8,5/10

L’intro est très proche de la musique des années 80, à la Girls Wanna Have Fun de Cindy Lauper et on retrouve encore un chant qui va inciter les fans à chanter avec eux « Low key ! No pressure ! Just hang with me and my weather ! ». Cette chanson fait un beau mélange pop et rock et elle est parfaite pour une playlist de l’été. Cependant, les paroles restent toujours déprésives: « Cause I just killed off what was left of the optimist in me« . Williams parle d’un garçon coloré en rose. Par contre, à l’intérieur de son âme, elle a beaucoup de nuances.

 

Told You So 8,5/10

Paramore revient aux sons électroniques. Le pont musical après le chant rempli de colère de « Say you say you told me ! » et le rythmé « Throw me into the fire, Throw me in, pull me out again«  nous fait danser mais tout en gardant une certaine fragilité.

 

 

Forgiveness 6/10

L’esprit funky est disparu pour laisser la place au chagrin d’amour. Les voix superposées dans le refrain font appel aux pensées de Williams qui ne sont pas prêtes pour pardonner. Le morceau est simple et charmant. Cependant, il fait perdre un peu de force à l’album.

 

Fake Happy 9/10

Le morceau représente à la perfection le concept de l’album. Il s’agit d’une attitude hypocrite face à ses sentiments, notamment la joie. La rupture entre le début du morceau très doux accompagné d’une guitare avec le retour des vibes des années 80 mettent en emphase le côté « fake », pas réel, et « happy », joyeux. Le bridge de la chanson est absolument magnifique. Une autre perle de l’album.

 

26 8,5/10

Plus de « Fake Happy » ici. Williams enlève tous ses masques et nous dévoile son visage le plus honnête accompagné d’une guitare acoustique et des cordes à la Hate To See Your Heart Break. C’est la ballade de l’album qui fera pleurer plus d’une personne et qui d’ailleurs est très bien réussie.

 

Pool 7,5/10

Intro psychédélique. Le morceau pourrait être un enfant entre Forgiveness et Told You So, plutôt dirigé du côté de l’émotionnel que du côté dansant. Le refrain est très aérien et fait appel au courant de l’eau « I’m underwater… » ou plus précisément de la piscine. Le bridge du morceau est très dansant et il est beaucoup plus efficace que le refrain qui reste un peu mou.

 

Grudges 7/10

Une intro qui nous renvoie à un jeu vidéo mais qui disparaît pour laisser la place à la chanson la plus fidèle au son du départ de Paramore, certes le côté pop rock. Cette fois ci, le côté funky, années 80 et électronique n’est plus présent (à l’exception du début). Cette chanson est là pour dire que, malgré le changement sonore et de son image, Paramore est toujours le même.

 

Caught In The Middle 7,5/10

La guitare funky est plus que présente et le refrain rentre dans la tête dès la première écoute et on perçoit une légère vibe reggae qui l’accompagne. Williams chante avec force ce qui rend le morceau très dynamique. Il ne s’agit pas du meilleur morceau de l’album mais il ne vous décevra pas.

 

Idle Worship 9/10

Yes ! Yes and Yes ! Un autre bijou de l’album. C’est dansant, c’est rock, c’est pop, c’est ce qu’on a envie d’écouter. Williams chante dans le refrain beaucoup plus détaché, moins lié que d’habitude, ce qui lui donne un côté percussif à la voix. Une merveille.

 

No Friend 6/10

Ici, on écoute le côté expérimental de Paramore. Williams n’est plus la chanteuse principale mais Aaron Weiss du groupe mewithoutYou qui parle de l’histoire du groupe en faisant appel à des anciennes paroles de chansons de Paramore. D’ailleurs, sa voix est au deuxième plan et on pourrait même le considérer comme une espèce de prêcheur dans le morceau. Intéressant mais c’est évident que l’impact de Paramore est dû à la voix et au talent de Williams.

 

Tell Me How 7/10

La ballade qui clôture l’album. Piano, percussions et un refrain purement pop en répétant constamment « Tell Me How I Feel About You Now? ». Un bon choix pour terminer l’album : ni trop calme, ni trop bruyant.

 

Conclusion

7,5/10

Paramore a fait un album extrêmement fidèle au concept de « L’After Laughter », autrement dit l’après rire et s’est bien approprié sa nouvelle esthétique en restant toujours Paramore. Il y a de très bons morceaux en particulier Hard Times, Fake Happy et Idle Worship. Paramore a pris une décision risquée par rapport au changement sonore et d’esthétique mais l’a bien assumée. La force et le dynamisme de l’album se perdent par moment mais il reste toujours très satisfaisant à écouter.

Laissez votre commentaire