La Virginité passé 30 ans : un manga documentaire sur le Japon actuel !

La Virginité passé 30 ans : un manga documentaire sur le Japon actuel !

En mars 2018, Akata sortait deux nouveaux titres. D’un coté Game – entre nos corps une romance entre adultes, de l’autre La Virginité passé 30 ans, un documentaire illustré sous forme de manga, et c’est de ce dernier dont nous allons parler aujourd’hui !

 

La Virginité passé 30 ans, souffrances et désirs au quotidien

 

 

Titre original : 漫画ルポ 中年童貞

Titre alternatif : Manga rupo chûnen dôtei

Auteurs : SAKURAI Toshifumi (dessins) NAKAMURA Atsuhiko (scénario)

Éditeur français : Akata

Éditeur original : Leedsha au Japon

Date de sortie : 22/03/2018

Nombre de tomes : one-shot

Statut : série terminée au Japon

Prix : 14 €

 

Synopsis :

Au Japon, un quart des hommes entre trente et cinquante ans n’aurait jamais eu d’expérience sexuelle, ce qui représente donc plus de 4 millions d’individus… vierges ! Ce sont les vies de huit d’entre eux qui sont mises en scène dans ce manga sociologique. Des vies bien réelles, entre souffrances et désirs, espoir et fierté, honte et humiliations publiques… Avec un regard bizarrement tendre et sans jugement, mais aussi très acerbe sur la société, Sakuraichi nous dévoile leur intimité, dénonçant du même coup toute l’hypocrisie du système. Un système qui use les individus, les tue à petit feu. Malgré des situations humainement inacceptables, les auteurs se refusent à tout compromis, et nous offrent une vision sans fard d’un Japon bien réel. Victimes et bourreaux à la fois, les « puceaux tardifs » décrits dans ce recueil ne sont-ils pas, après tout, que le résultat des dérives d’une société trop déshumanisée ?

 

Après l’excellent et déjanté Ladyboy vs Yakuza, Bargain Sakuraichi allias Toshifumi Sakurai revient pour un nouveau titre dans un style totalement différent en duo avec le journaliste Atsuhiko Nakamura. Dans la virginité passé 30 ans, il s’occupe principalement de mettre en image les investigations de son associé, qui est allé à la rencontre de multiples profils de puceaux tardifs. Si la baisse du taux de natalité au Japon est un cas connu de tous (ou presque), Atsuhiko Nakamura a voulu comprendre ses causes. Et si dans les faits, les analyses montrent que les mariages arrangés sont de moins en moins courant au pays du soleil levant, peut-on en déduire que c’est la seule raison de cette situation ?
La virginité passé 30 ans 1
 
 
Si plusieurs médias nous montrent une société japonaise rongée par les hikikomori, solitaires, accro aux jeux vidéos/anime, la réalité mise en avant dans ces investigations montre que ces personnes ne sont qu’une population parmi tant d’autres. Dans les faits, une seule constatation est présente dans tous les cas interrogés, les puceaux tardifs (comme ils sont nommés dans cet ouvrage) connaissent de réelles difficultés à entretenir des relations saines avec la gente féminine. Phénomène qui s’explique par l’isolement dont certains font preuve volontairement, mais aussi par une société qui ferme les yeux face aux brimades scolaires, ou qui met en avant une compétitivité hors norme dans le système scolaire, qui entraîne un rejet de la société pour ceux qui ne font pas partie de l’élite.
 
 
Après lecture de La virginité passé 30 ans, je trouve difficile de ressentir de la sympathie pour ces personnes plongées dans la spirale dans laquelle ils se trouvent, pour autant, chacun des témoignages met en lumière une part de responsabilité de la société japonaise. Dans tous les cas, j’ai trouvé cette lecture très enrichissante, puisqu’elle évoque des soucis, que l’on peut difficilement soupçonner sans y être confronté directement. 

 

 

 

 

Laissez votre commentaire