Critique Make me Up ! tome 1 et 2 : un shonen plein d’humour…et de maquillage!

Critique Make me Up ! tome 1 et 2 : un shonen plein d’humour…et de maquillage!

Critique Make me Up ! tome 1 et 2 : un shonen plein d’humour…et de maquillage!

Scénario

Dessin

Personnages

Summary:
Make me Up! est un shonen insolite qui mêle humour et maquillage. Comédie légère mais touchante, elle vous fera passer un très bon moment!

67%

Divertissant!

Publié pour la première fois en France en juin 2018 chez Pika, Make me up ! est un shonen surprenant dans lequel le héros ne manie pas l’épée mais le pinceau à blush. Il invite le lecteur à se plonger dans le quotidien de Kobayakawa, un lycéen dont la paisible routine va être chamboulée par Hoshino Misaki…

 

 

 

 

 

 

 

Titre original : 星野、目をつぶって。/ Hoshino, Me wo Tsubutte.

Titre alternatif : Make me up !

Mangaka : NAGASHII Kouhei

Type : Shonen

Genres : Comédie – Romance – School Life

Éditeur japonais : Kodansha

Éditeur français : Pika (Pika – Shonen)

Année de lancement : 2016 (Japon) – 2018 (France)

Nombres de tomes parus : 13 (Japon) – 3 (France)

Statut : Terminée

 

Synopsis :

Elle, c’est la très populaire Misaki Hoshino. Choyée par ses amis, elle cache en fait un secret inavouable. Lui, c’est Kobayakawa, un garçon des plus ordinaires qui passe son temps à faire semblant de dormir, mais doté d’un réel talent pour la peinture. Un soir, il découvre par hasard son secret. Maintenant, à lui de la protéger, peu importent les péripéties ! Le garçon qui s’ennuie et la fille qui s’amuse vont désormais partager le même quotidien ! (©Pika)

 

Un shônen ?

N’importe quelle personne qui fréquente les mangas rangerait Make me up ! dans la catégorie shojo car un œil entraîné reconnaîtrait immédiatement le type de graphisme de ce genre de manga. Pourtant, la série de Kouhei NAGASHII est bel et bien un shonen. Nous suivons le quotidien de Kobayakawa, un jeune lycéen qui choisit de ne pas s’intégrer à sa classe.

Comment ? Tout simplement en faisant semblant de dormir à chaque pause. Ainsi, il se créé son propre petit monde où il contrôle tout car tout ne dépend que de lui. Kobayakawa possède pourtant un don, et pas celui de faire tellement parfaitement semblant de dormir que les autres n’y voient que du feu… Non, c’est un peintre hors pair. C’est d’ailleurs par le biais de sa professeur d’arts plastiques, Mme Yuge, que le destin de ce garçon calme va croiser celui de Hoshino Misaki, une tornade qui est dans la même classe que lui.

L’histoire est basée sur l’expérience de Kobayakawa qui doit apprendre à s’ouvrir aux autres, et plus spécialement aux filles, à ne pas juger sur les apparences mais aussi à maquiller…

 

La réunion de personnages aux tempéraments opposés

Make me up ! se démarque par son humour léger et ses situations décalées mais le manga essaye tout de même de toucher les lecteurs à travers ses personnages.

Hoshino Misaki, l’élément perturbateur de la vie de Kobayakawa, ressemble à n’importe quelle lycéenne populaire, superficielle et qui porte des vêtements tape-à-l’œil. Mais qui est-elle vraiment ? Ce que découvre notre héros, c’est une jeune fille qui surpasse sa timidité grâce à un masque de maquillage au lycée. Et qui, malgré sa volonté de se ranger du côté des élèves populaires, n’hésite pas à enlever ce masque et à secourir qui en a besoin incognito. Proche de la professeur d’arts plastiques de Kobayakawa, c’était elle qui se chargeait de la maquiller…jusqu’à maintenant.

Mme Yuge décide de passer le flambeau à son élève le plus doué. S’il faut absolument maquiller Hoshino le matin avant ses cours, il faut également que notre apprenti maquilleur reste sur le qui-vive car à la moindre occasion, la jeune fille enlève son maquillage pour jouer les super-héroïnes du lycée.

Kobayakawa se retrouve contraint de surpasser son principe rester à l’écart de toutes les histoires de son lycée, de ne pas se faire d’amis à cause de Hoshino. Ce que nous apprend cette plongée forcée du héros dans la vie de son lycée, c’est que le principe qu’il s’impose vient d’une blessure profondément imprimée en lui. Il partage avec Hoshino le fait de se cacher aux autres.

Iori Matsuka vient compléter l’étrange duo. Elève dans la même classe et suivant le cours d’arts plastiques de Mme Yuge, Iori est une lycéenne timide. Elle se fait harceler par ses camarades jusqu’à l’intervention de Hoshino dont elle découvre le secret par hasard.

Les trois lycéens vont devoir apprendre à s’entendre pour sauver garder le secret de Hoshino intact !

 

Un sujet de fond sérieux…

Ce qui touche pendant la lecture de Make me up ! c’est la cruauté du groupe dans le lycée. Kobayakawa, en premier, se fait complètement ignorer par ses camarades. Il est laissé de côté et, même s’il a décidé d’être dans cette position, les autres ne se rappellent même pas de son nom… Il voit tous les groupes autour de lui, tous les faux-semblants de ceux qui se prétendent amis pour adhérer au groupe. C’est une construction qui le répugne et c’est pourquoi il a décidé de ne pas rentrer dans le moule. Il décide de fuir la pression sociale.

C’est le contraire de ce que fait Hoshino Misaki. Chaque jour, elle arrive devant le lycée en jogging et sans maquillage puis va se transformer en fille maquillée et bien habillé dans la salle d’arts plastiques. Elle a besoin de jouer un rôle pour faire partie du groupe des gens populaires et elle accepte de le jouer.

Et la transformation est fulgurante, personne ne reconnaît Hoshino quand elle n’est ni maquillée ni habillée. Son personnage est tiraillé entre les amis qu’elle s’est fait dans le cercle des gens populaire de son lycée où elle joue son rôle et celui de la Hoshino au naturel, douée en sport, toujours prête à se bagarrer pour sauver ceux qui sont victime d’injustice ou de harcèlement. C’est d’ailleurs comme ça qu’elle se fait démasquer par Iori.

Cette dernière est l’archétype de la fille timide. Elle n’a pas d’amis dans la classe ni dans son club d’arts plastiques. Des filles la prennent pour cible régulièrement et lui piquent des affaires pour les mettre à la poubelle et l’humilient publiquement. Elle est seule contre tous car personne n’ose aller à l’encontre du groupe qui la harcèle jusqu’à l’intervention de Hoshino.

… mais un plaisir de lire toujours présent

D’un côté, il paraît clair que le fait de vouloir absolument, quitte à se changer, appartenir à un groupe est dangereux. Mais, d’un autre côté, rester seul ne paraît pas non plus être une option raisonnable. Si le maquillage peut sembler insignifiant à Kobayakawa, il est pourtant ce qui le lie à Hoshino et à Iori… Il s’est construit bien malgré lui un petit groupe où les faux-semblants n’ont pas cours. Ainsi, il se pourrait que les vrais amis existent et qu’il n’exigent de vous que le fait d’être vous-même. C’est un message d’espoir qui se glisse dans le manga même si le ton n’est jamais trop sombre ou torturé. Au contraire, c’est une comédie bien pensée!

Vous l’aurez compris, le manga n’a pas peur de montrer la méchanceté des élèves entre eux mais sait rester léger. Make me up ! nous offre un récit touchant et drôle sur l’amitié naissante entre des tempéraments que tout oppose.

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.