Critique « Fruits Basket » Perfect Edition : retour sur un shojo culte !

Critique « Fruits Basket » Perfect Edition : retour sur un shojo culte !

Un classique !

Critique « Fruits Basket » Perfect Edition : retour sur un shojo culte !

Scénario

Dessins

Personnages

Summary:
Ce shojo est une série culte idéale pour les adolescentes et ceux acro aux romances.

70%

Nous reprenons nos avis manga et avons choisi de nous pencher sur la réédition d’un shojo bien connu de tous. Un de ceux qui a marqué son temps il y a quelques années et qui plait toujours autant… On vous parle bien sûr de la Perfect Edition du manga Fruits Basket de l’auteur Takaya Natsuki.

 

Un shojo qui n’a pas pris une ride malgré son âge et dont l’édition en format double ravira les fans de la mangaka. Et également tous ceux qui voudraient découvrir cette série culte.

 

Fruits Basket – Perfect Edition

 

fruits basketTitre original : フルーツバスケット 

Titre alternatif : Furuba

Mangaka : Natsuki TAKAYA

Genre : comédie – école – romance – fantastique

Type : Shojo 

Éditeur français : Delcourt/Tonkam

Éditeur japonais : Hakusensha

Date de parution : 14 février 2018

Nombre de volumes parus : 4 (France) & 12 (Japon)

Statut : terminé

Prix : 12.50€

 

Synopsis

Tohru, orpheline de seize ans, a décidé d’être totalement indépendante. Elle installe une grande tente au milieu d’un terrain en friche. Malheureusement, le terrain appartient aux Sôma, une famille maudite, dont les membres se transforment en l’un des douze animaux du zodiaque chinois à chaque fois qu’ils sont trop fatigués ou approchés de près par une personne du sexe opposé ! Tohru est la première à percer leur secret…

 

Source : Delcourt/Tonkam

 

Cet avis contient des éléments importants et des spoilers du manga. A lire à vos risques et périls.

 

Pimenter un quotidien classique

 

fruits basket
© 2015 Natsuki TAKAYA / Hakusensha

 

Tout d’abord, parlons un peu de l’histoire de ce shojo dont l’originalité vient du côté fantastique apporté par l’auteur. Nous découvrons une lycéenne dont la vie n’est pas simple, qui vient de perdre sa mère et se retrouve seule. Pourtant, le caractère de l’héroïne nous montre déjà que face aux épreuves, Tohru ne baisse pas les bras. En effet, loin de nous faire pleurer dans les chaumières, la jeune fille le prend plutôt bien. Ainsi, bien que l’entrée en matière soit triste, le ton est donné et nous avons déjà envie de suivre cette héroïne pas comme les autres

Dans un second temps, c’est l’arrivée de la famille Sôma qui va nous intéresser, avec cette malédiction assez étrange. La façon dont les membres de ladite famille sont touchés par ce phénomène reste un mystère que l’on aimerait connaitre. Mais on s’attache facilement au noyau de personnages (Tohru, Yuki, Kyo, Shigure, Arisa, Saki et la famille Sôma) qui est tissé dès les premiers tomes.

 

L’histoire s’installe dans un quotidien de tous les jours, amenant une certaine proximité pour le lecteur. La mangaka nous offre ici, un shojo bien défini mais, dont les protagonistes ont déjà une personnalité propre !

 

 

Une malédiction au centre de l’histoire

 

fruits basket
© 2015 Natsuki TAKAYA / Hakusensha

 

Par ailleurs, le point fort de ce manga est évidemment ses personnages qui, bien que stéréotypés, sont bien construit et bien amenés. Partant de ce fait, l’intrigue se développe petit à petit autour d’eux, de façon fluide, sans être dénuée de rebondissements ou de questionnements existentiels. De même que Tohru, en décidant de vivre chez les Sôma, s’offre une seconde famille en contrepartie de celle qu’elle vient de perdre. D’un autre côté, bien qu’elle connaisse Yuki puisque ce dernier fréquente le même établissement, elle était loin de le connaitre personnellement. C’est pourquoi, à travers son malheur, notre héroïne gagne une sorte de renaissance salvatrice, l’empêchant également de perdre pied.

 

A noter que ce changement ne touche pas uniquement la lycéenne mais aussi tous ceux qu’elle va côtoyer, et plus particulièrement Yuki et Kyo chez qui elle a trouvé refuge. En somme, chacun y trouve finalement son compte, qu’il le voit ou non, cela est bénéfique. En plus de ce système de vase communiquant, c’est tout le passé des protagonistes que l’on découvre à travers notre héroïne du quotidien. Ainsi, les combats incessants de Kyo et Yuki ne sont pas anodins, ni uniquement dû à la malédiction (voir la légende racontée dans le volume un). Tohru a un rôle très important puisqu’elle permet à ceux qui l’entourent de changer petit à petit, en témoigne l’évolution de Yuki entre le tome un et deux.

 

Une belle édition

 

fruits basket
© 2015 Natsuki TAKAYA / Hakusensha

Fruits Basket étant un grand classique du shojo, il était donc plus qu’agréable, que l’éditeur français nous propose une version dépoussiérée de ce manga. Notons aussi que le format double est appréciable, d’autant plus que la série de base est assez longue puisqu’elle comprend vingt-trois tomes (douze du coup ici). Le toucher est doux, les couleurs sont belles à l’œil et pas trop agressif avec cependant, un bémol sur ce vide derrière le personnage représenté sur la couverture. De plus, le fait de mettre deux protagonistes par tome permet d’en mettre un grand nombre. On apprécie également le prix abordable de la perfect édition, puisque moins cher que l’édition simple si on fait le calcul.

Enfin, vous trouverez huit pages couleurs par tome, mais il vous faudra dire adieu aux commentaires de l’auteur qui permettaient d’en apprendre plus sur les différents personnages. Les représentations des douze animaux du zodiaque chinois sont mignonnes et permettent de découvrir leurs noms originaux en japonais ;  bien que le tour soit vite fait.

Toutefois, nous sommes légèrement déçus que la traduction n’ait pas été revue, comme attendu d’une édition deluxe… Au final, la lecture du Fruits Basket est agréable avec sa prise en main assez souple bien que lourde mais dont le grand format apporte un plus, évitant de devoir trop forcer lors sa lecture.

 

 

Fruits Basket de l’éditeur Delcourt/Tonkam est un classique du genre qui cependant, reste d’actualité avec sa romance et ses personnages attachants. Cette Perfect Edition est de bonne facture et conviendra aussi bien aux fans de la première heure qu’aux nouveaux.

 

fruits basket

Laissez votre commentaire