Critique « Tokyo Ghoul » : challenge gagnant pour un film live de toute beauté !

Critique « Tokyo Ghoul » : challenge gagnant pour un film live de toute beauté !

Critique « Tokyo Ghoul » : challenge gagnant pour un film live de toute beauté !

Réalisation

Scénario

Acteurs

Summary:
L'univers horrifique de la licence est exploité à sa juste valeur en nous offrant du haut de gamme !

90%

Excellent

Après notre avis sur l’adaptation live de Assassination Classroom, nous nous sommes penchés sur une autre licence à succès très attendue. Celle du mangaka Ishida Sui, j’ai nommé Tokyo Ghoul. L’un des longs métrages les plus attendus en 2017. On vous donne notre avis sur cette adaptation. Réussie ou non ? 

 

Il nous était impossible de passer à côté de cette production prometteuse qui a fait beaucoup de bruit ! Pour ces raisons, découvrez sans attendre ce que nous avons pensé du film live. Et si nous avions été conquis ?

 

Tokyo Ghoul

 

Tokyo GhoulTitre original : 東京喰種

Titre alternatif : Tokyo Ghoul

Genre : action – fantastique – horreur

Pays : Japon

Date de sortie : 29 juillet 2017

Réalisateur : Kentaro Hagiwara (Uso Nante Hitotsu mo nai no)

Scénariste : Ichiro Kusuno (The Big Bee)

Manga original : Ishida Sui

 

Synopsis

À Tokyo, vit une autre espèce appelée goule, qui se nourrit de chair humaine. Ces créatures ont une apparence humaine qui leur permet de se fondre dans la masse. Elles sont néanmoins traquées par le Centre de Contrôle des Goules (CCG), une organisation créée pour les exterminer. 

Ken Kaneki est un étudiant timide, intéressé par Rize. Mais lors de son premier rencard en sa compagnie, il découvre qu’elle est une goule, voulant faire de lui son repas. Mortellement blessé, Ken survit cependant miraculeusement  en subissant une greffe des organes de celle-ci. C’est alors que sa vie bascule et devient un cauchemar. Désormais incapable de manger comme un être humain et déchiré par des pulsions qui le pousse à attaquer ses congénères, il va devoir survivre et se rendre à l’évidence… Il n’est plus celui qu’il était, mais un hybride mi-humain, mi-goule…

 

Casting principal

 

Masataka KUBOTA

Tokyo Ghoul
Ken Kaneki
(Mars)

Fumika SHIMIZU

Tokyo Ghoul
Toka Kirishima 
(Warau Manekineko)

Nobuyuki SUZUKI [Gekidan EXILE]

Tokyo Ghoul
Kotaro Amon
(Anata no Koto wa Sorehodo)

Yo OIZUMI

Tokyo Ghoul
Kureo Mado
(I Am a Hero)

Hiyori SAKURADA

Tokyo Ghoul
Hinami Fueguchi
(Hanzai Shokogun)

Kunio MURAI

Tokyo Ghoul
Kuzen Yoshimura
(Reverse)

 


 

Cet avis contient des éléments importants issu du film et peut donc contenir des spoilers. A lire à vos risques et périls. 

 

Deux mondes

 

L’intrigue du film live nous fait découvrir l’univers des goules au travers de Ken, un jeune homme humain. Du moins… Au début. Le choix scénaristique s’avère payant, permettant aux néophytes comme aux adeptes de la série, de s’immerger totalement dans Tokyo Ghoul. En effet, nous en attendions beaucoup et avons été fort surpris et impressionnés par une réalisation tenant ses promesses et offrant une très bonne adaptation. Ainsi, dès les premières minutes, nous voilà complètement absorbés par l’ambiance ; avec néanmoins quelques explications sur le contexte, afin de ne pas s’y perdre. Sans oublier que le film a su doser les différents éléments, petit à petit, tout en les intégrant facilement à son histoire peu banale.

Tokyo Ghoul

Si l’univers des goules nous intrigue et nous rend curieux sur leur mode de vies aux côtés des hommes, c’est surtout Ken, personnage central et antihéros qui nous interpelle. En outre, le contexte est d’une grande importance, puisqu’on assiste à une lutte dans l’ombre entre les membres du CCG et les goules.

Au final, deux camps qui s’opposent à la manière du « bien » et du « mal », nous amenant à certaines réflexions sur notre quotidien. Les nombreux combats entre les goules et les inspecteurs CCG rendent le pitch fort intéressant. Mais, nous n’oublions pas pour autant les moments intenses et remplis d’émotion qui parsèment le film. Un juste milieu qui permet au film de progresser et ne pas perdre son public en court de route !

 

Seconde peau

 

Si le film a su tirer parti du manga, c’est aussi grâce aux acteurs, interprétant leurs rôles avec justesse et sentiments. Et pour mener la barque, l’acteur Masataka KUBOTA, bien connu des dramavores. Il a su nous bluffer dans son approche du personnage, sublimé par son jeu d’acteur et ses expressions naturelles. D’ailleurs, il est impossible de ne pas le prendre en sympathie et en pitié notamment lors de certaines scènes difficiles pour les entrailles…

Autre personnage important, celui de Fumika SHIMIZU qui incarne Toka et apporte la touche féminine dans ce monde masculin avec son talent de combattante. D’ailleurs, elle va aider Ken avec les membres du café l’Antique (Kuzen, Yomo…) à prendre conscience de son nouveau statut, l’entraînant à combattre pour sa survie.

Tokyo Ghoul

De même pour Hiyori SAKURADA, qui nous offre une Hinami fragile et timide, vivant un drame familial tout en affrontant sa nature. Aussi la relation qui anime ces trois-là et les unis a un fort impact sur l’intrigue, la rendant touchante.

Cependant, les inspecteurs du CCG ne sont pas en reste, puisque Nobuyuki SUZUKI dans le rôle de Kotaro nous offre lui aussi une belle prestation, en plus d’un charme indéniable. Son partenaire Yo OIZUMI, alias Kureo nous a paru rajeuni. Néanmoins, il interprète un personnage dénué de sentiment et cruel fidèlement. Toutefois, on regrette que le gourmet ne soit pas présent.

 

Challenge gagnant

 

L’adaptation en film live de la licence Tokyo Ghoul était loin d’être gagnée au départ car rares sont celles qui réussissent. Cependant, le réalisateur et le scénariste ont visiblement fait un bon choix. De ce fait, ce long métrage remplit sa mission haut la main, car oui, c’est une superbe revisite. D’autant plus que le film dure tout de même presque deux heures et qu’on ne voit pas le temps passer.

Toutefois, nous tenions à aborder un dernier point, sur le côté technique des kagune (le pouvoir conféré aux goules) ainsi que sur les scènes chorégraphiées. Mais que dire de l’apparition des kagune ? Eh bien, nous les avons trouvé plutôt réussis, ce qui n’était pas gagné d’avance puisque complexe à illustrer à l’écran. Tout de même, bien qu’ils soient parfois pixelisés et peu voyants dans la pénombre des scènes, nous avons apprécié et vu bien pire. Enfin, nous avons grandement apprécié les chorégraphies lors des combats. Celles-ci sont très bien filmées, nous entraînant dans des scènes de confrontations intenses entre goules et inspecteur du CCG. Les mouvements des kagune sont fluides, tandis qu’on y voit bien la puissance des qinque (armes portées par les inspecteurs du CCG).

Tokyo Ghoul

En conclusion, nous n’avons relevé que très peu de fausses notes. Cette adaptation a su tirer son épingle du jeu à travers son intrigue, ses personnages et son rythme. De ce fait, nous vous recommandons chaudement le film live, que vous connaissiez ou  non le manga original. Et ce, si tant est que vous appréciez la science-fiction, l’action et la violence !

 

Tokyo Ghoul est un film live qui redonne vie au mythe des goules, en l’exploitant avec brio dans une intrigue originale. C’est ainsi un véritable coup de cœur pour la rédaction et qui, nous l’espérons saura vous conquérir aussi !

 

Trailer de Tokyo Ghoul

 

 

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.