[Critique] Joker Game :  un apprenti espion entre en scène !

[Critique] Joker Game : un apprenti espion entre en scène !

Après Mugen no Juunin, nous restons dans l’action et les combats avec un autre long-métrage un peu plus moderne cependant. L’histoire nous entraîne dans l’univers de l’espionnage et surtout des complots politiques régentés par les différends des grandes puissances mondiales. Il s’agit du Live Action Joker Game dont certains doivent notamment connaitre l’anime !

 

Joker Game

 

Titre original : ジョーカー・ゲーム – Joka Gemu 

Titre alternatif : Joker Game

Genre : action –  espionnage

Pays : Japon

Date de sortie : 31 janvier 2015

Réalisateur : Yu Irie (SR Saitama no Rappa Maiku no Hosomichi)

Scénariste : Yusuke Watanabe (Shingeki no Kyojin: Attack on Titan)

Manga original : Koji Yanagi

 

Synopsis

Au Japon, le lieutenant-colonel Yuki a créé une agence de services secrets de renseignements et d’espionnage : l’agence D. Pendant ce temps, Kato un militaire est condamné à être fusillé pour avoir refusé de suivre les ordres. Mais par chance, Kato est repéré par Yuki et échappe à son sort. Il est alors formé et entraîner avant de se faire confier sa première mission en tant qu’espion. Kato doit récupérer des documents confidentiels détenus par l’ambassadeur américain, Graham : la Black Note. Celui-ci s’infiltre là-bas et commence ainsi une bataille pour prendre possession de la Black Note. Cependant, Rin une espionne free-lance entre aussi dans la course tout comme les services britanniques, soviétiques et l’armée radicale du Japon opposée à Yuki.

 

Casting principal

 

Kazuya Kamenashi

[KAT-TUN]

 

 

 

 

 

Jiro Kato

(The Mysterious Thief Yamaneko)

Yusuke Iseya

 

 

 

 

 

 

Lieutenant-colonel Yuki

(JoJo’s Bizarre Adventure)

Kyoko Fukada

 

 

 

 

 

 

Rin

(Hello Hari Nezumi)

 

 

Complots

(risque de spoil)

 

L’intrigue nous plonge directement dans le film avec tout d’abord le personnage de Kato Jiro un soldat bien plus humain qu’il ne devrait l’être, celui-ci voulant aider l’un de ses camarades de régiment. Seulement, son envie de vouloir bien faire va être sa principale erreur allant même jusqu’à lui coûter la sanction de la peine capitale. Notre soldat n’a d’autre choix que d’accepter sans broncher son triste destin et se résigne en assumant son choix. Alors que l’espoir est infime, le lieutenant-colonel Yuki qui se trouve être un homme de grade important lui offre une chance de vivre si tant est que celui-ci se joigne à lui. Kato qui ne souhaite aucunement mourir d’une injustice aussi futile se retrouve à devoir travailler au service de Yuki devenant un espion à la solde du gouvernement japonais.

Devenu l’un des membres de l’agence D, l’ancien soldat se voit donc formé et découvre aussi ses nouveaux camarades qui se trouvent pour la plupart être en fait de simples civils recrutés comme lui par le lieutenant. Les hommes ne sont pas vraiment amicaux avec le nouveau venu allant jusqu’à le tester afin de comprendre pourquoi il a été choisi. C’est donc dans cette ambiance qui ressemble à l’anime qu’on nous plonge. D’ailleurs, vous y verrez beaucoup de scènes similaires à l’anime durant le film puisque tous deux sont inspirés du même support. Cependant, il n’est pas indispensable de l’avoir vu pour apprécier celui-ci car cela reste avant tout un film d’action classique !

 

La carte du Joker

 

Si l’histoire qui nous intéresse ici se centre bel et bien sur le personnage interprété par Kazuya Kamenashi (Jiro Kato) c’est certainement en raison de ce côté petit nouveau dans le milieu. En effet, il est plus facile de le suivre dans sa reconversion après avoir sympathisé avec lui et autant dire que l’on rit à plusieurs reprises, notamment lors de la course-poursuite ou Jiro se prend pour Arturo Brachetti. D’ailleurs, l’acteur se débrouille bien, comme à son habitude son charisme et sa naïveté (face à Rin) lui collent à la peau. La Black Note se retrouve vite à passer d’un pays à l’autre puisque Kyoko Fukada (Rin) va séduire Kato et ne cesser de l’importuner. Mais cela a le mérite de nous amuser même si ce peut être agaçant de le voir agir comme un bleu parfois.

Hiroshi Yamamoto (Odagiri) et Kiyohiko Shibukawa (Jitsui) servent de support à Jiro mais ils sont assez effacés. La distribution pouvait aussi compter sur d’autres stars internationales comme Richard Shelton (Marks) qui dans son rôle d’espion anglais était parfait malgré un final (il ne meurt pas brûlé, ni après la chute du haut de la tour) pour le moins tiré par les cheveux. Cependant, nous avons bien apprécié les personnages qui loin d’être parfaits nous donnent un beau spectacle et des performances correctes.

 

Anime & Live : deux supports complémentaires

 

Ce film est plaisant dans son ensemble malgré quelques lacunes ou incohérences en raison d’un scénario de ce type. Il a cependant rempli une bonne partie du contrat et la plupart de nos attentes à savoir nous divertir, nous proposer de l’action et des scènes bien filmées. On déplore néanmoins que parfois, les scènes de nuit étaient trop sombres rendant l’identification des personnages pas toujours évidente (Rin coupant le courant quand Kato s’échappe de Marks). Le choix de l’acteur Kazuya Kamenashi comme héros était une bonne idée puisque c’est le genre qui lui va le mieux selon nous.

Pour ce qui est des scènes similaires à l’anime, elles sont assez bien réparties, on y retrouve : la partie de cartes, un Jiro devenu photographe et la fameuse partie d’échec (ainsi, que l’armoire). Sakuma dans l’anime est un militaire qui rejoint l’agence D tout comme Jiro Kato et enfin, ce qu’il se passe dans la base britannique avec le télégramme, le faux plan et l’espion dormant. Autant d’éléments qui ne pouvaient pas être dissociés de l’histoire. On regrette juste que celle-ci ne soit centrée que sur quelques personnages alors que l’anime montrait de nombreux protagonistes ! Nous saluons également le générique signé par le groupe KAT-TUN que l’on adore.

 

Les films d’espionnages sont toujours passionnants quand il s’agit de mettre de l’ambiance et de l’action. Joker Game a su nous divertir tout en nous proposant une nouvelle version par rapport à l’originale.

 

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.