[Portrait] Un mois, une auteure: J.K Rowling

[Portrait] Un mois, une auteure: J.K Rowling

Connue du (très) grand public comme la mère de Harry Potter, personnage mythique dont les aventures auront su faire rêver des générations entières à travers le monde, Joanne Rowling est avant tout une femme forte qui a pu affronter moults épreuves par son courage et son talent pour l’écriture.

 

Vie Personnelle

Née le 31 Juillet 1965, elle est la fille aînée de Peter et Anne Rowling, d’anciens Marines. Elle grandit dans les faubourgs de Bristol, où sa sœur et elle sympathisent avec des petits voisins du nom de Potter. C’est aussi à cette époque qu’elle trouve l’inspiration pour le personnage d’Albus Dumbledore dans son directeur d’école, Alfred Dunn.

Lorsque la famille déménage une dernière fois au Pays de Galles, Kathleen Rowling (la grand-mère paternelle) décède. C’est en son honneur que Joanne ajoutera la lettre « K » à ses propres initiales pour former son pseudonyme d’auteure.

La jeune fille découvre le théâtre au collège Wyedean à Sedbury, notamment à travers Le Roi Lear et Le Conte d’Hiver de William Shakespeare, où elle découvre pour la première fois le prénom « Hermione ».

Alors qu’elle n’a que quinze ans, une sclérose en plaques est diagnostiquée à sa mère, qui en meurt au cours de l’année 1990.

Elle intègre l’université d’Exeter où elle perfectionne sa maîtrise des langues étrangères (notamment le français) et étudie la littérature antique, qu’elle abandonne rapidement.

Passant le plus clair de son temps à la bibliothèque du campus, elle découvre l’heroic fantasy de Tolkien et l’univers de Charles Dickens dont le personnage de Charles Darnay la marque profondément.

Elle prolonge ensuite son étude de la littérature à la Sorbonne où elle officie pendant un an en tant qu’enseignante-assistante.

A son installation à Londres, elle devient secrétaire bilingue pour Amnesty International et entame en parallèle une carrière secrète d’écrivain.

Lors d’un trajet en train entre Londres et Manchester (où elle emménage avec son compagnon), Joanne imagine les prémices de l’histoire d’un jeune garçon recevant sa lettre d’admission à l’école de sorcellerie.

Suite à son licenciement à la chambre de commerces de Manchester, elle part pour le Portugal enseigner l’anglais à Porto. Elle rédige les aventures de Harry Potter dans son appartement ou les lieux emblématiques de la ville.
Elle se marie en 1992 au journaliste de télévision Jorge Arantes dont elle a une fille, Jessica. Malheureusement, son époux devient rapidement violent et le couple divorce en 1994.

Contrainte de retourner vivre au Royaume-Uni chez sa sœur pour assurer ses besoins et ceux de sa fille alors qu’elle se retrouve sans emploi, elle est diagnostiquée avec une dépression chronique et envisage même le suicide. Un état d’esprit qui rappelle l’effet qu’ont les Détraqueurs sur les victimes dont ils aspirent progressivement l’essence vitale.

Aujourd’hui mondialement reconnue et admirée, J.K. Rowling connaît une prospérité professionnelle rarement égalée doublée d’une harmonie retrouvée dans sa vie personnelle : remariée, elle a donné naissance à David (2003) et Mackenzie (2005).

 

Les Débuts

Se décidant à reprendre l’enseignement à temps plein peu après sa période de dépression, Joanne s’acharne à terminer son premier roman au plus vite. Elle trouve un agent en la personne de Christopher Little qu’elle choisit au hasard dans l’annuaire. Little envoie le roman à des dizaines d’éditeurs (qui trouvent le manuscrit trop long) pendant un an avant que Bloomsbury Publishing décide de le publier en 1997. Son agent déterminant la cible du livre comme les jeunes garçons, il lui conseille de n’utiliser que ses initiales afin que les lecteurs ne soient pas rebutés par le fait d’acheter un livre écrit par une jeune femme.

Le livre est un succès, remportant le British Book Awards et le Children’s Book of the Year. Un éditeur américain lui achète rapidement les droits pour 105 000$ : Joanne peut désormais se consacrer à l’écriture et devient millionnaire en 1999 (et s’est empressée de reverser d’importantes sommes à diverses associations caritatives afin de perdre ce statut).

Depuis le lancement de sa carrière avec la saga Harry Potter, l’auteure ne peut désormais plus arrêter sa fièvre créatrice et publie généralement un écrit par an :

Harry Potter à l’Ecole des Sorciers (1997)

Harry Potter et la Chambre des Secrets (1998)

Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban (1999)

Harry Potter et la Coupe de Feu (2000)

Harry Potter et l’Ordre du Phoenix (2003)

Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé (2005)

Harry Potter et les Reliques de la Mort (2007)

Les Contes de Beedle le Barde (2008), un recueil de contes auquel il est fait allusion dans Harry Potter et les Reliques de la Mort 

Une Place à Prendre (2012)

L’Appel du Coucou (2013) sous le pseudonyme de Robert Galbraith

Le Ver à Soie (2014) sous le pseudonyme de Robert Galbraith

La Carrière du Mal (2015) sous le pseudonyme de Robert Galbraith

Harry Potter et l’Enfant Maudit (2016)

Nouvelles de Poudlard : Pouvoir, Politique et Esprits frappeurs enquiquinants (2016), nouvelles

Nouvelles de Poudlard : Héroïsme, Tribulations et Passe-temps dangereux (2016), nouvelles

Poudlard : Le Guide pas complet et pas fiable du tout (2016), guide

Les Animaux fantastiques (2016), le texte du film et script cinématographique

La meilleure des vies : des bienfaits insoupçonnés de l’échec et de l’importance de l’imagination (2017), discours de remise des diplômes à Harvard en 2008 dont elle a publié le manuscrit

 

La Reconnaissance et le Succès

Depuis ses débuts, J.K Rowling a remporté une quantité impressionnante de prix (littéraires mais pas uniquement) :

1999 : Prix Bram-Stoker du meilleur roman pour jeunes adultes pour Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban206.

2000 : -Officier de l’ordre de l’Empire britannique (OBE) remis par la reine Elizabeth II207.

-Prix Locus du meilleur roman de fantasy pour Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban208.

-Doctorat honoris causa en littérature de l’université d’Exeter209.

-Un tableau de J. K. Rowling peint par Stuart Pearson Wright210 gagne sa place dans la National Portrait Gallery de Londres.

2001 : Prix Hugo du meilleur roman pour Harry Potter et la Coupe de feu.

2006 : Doctorat honoris causa en droit de l’université d’Aberdeen.

2007 : Prix Andre-Norton pour Harry Potter et les Reliques de la Mort.

-Pride of Britain pour avoir inspiré les mères célibataires et auteurs en herbe.

-Ordre de la Forêt de l’Initiative Markets, un organisme canadien de protection de l’environnement, pour l’impression de Harry Potter et les Reliques de la Mort sur papier recyclé.

2009 : Chevalier de la Légion d’honneur, décoration remise par le président de la république Nicolas Sarkozy.

2017 : -Figurant sur la Queen’s Birthday Honours List, elle entre dans l’Ordre des compagnons d’honneur.

-Ordre des compagnons d’honneur pour services rendus à la littérature et philanthropie, délivré par le duc de Cambridge

 

L’Après-Harry Potter

Suite à la reconnaissance acquise par la vente massive de la saga Harry Potter (dont les ventes ont été relancées par les adaptations au cinéma), Joanne publie ensuite plusieurs livres, notamment L’Appel du Coucou (2013) sous le pseudonyme de Robert Galbraith. Le livre reçoit un accueil particulièrement chaleureux des lecteurs comme des critiques, confirmant le statut d’auteure incontournable et talentueuse à Rowling.

Elle a également officié en tant que productrice pour des séries télévisées (Strike, 2017), une mini-série, le dernier film de la saga Harry Potter ainsi que les deux premières adaptations des aventures de Norbert Dragonneau : Les Animaux Fantastiques (2016 et 2018). Elle a notamment enfilé la casquette de scénariste pour ces dernières.

Elle a également effectué du doublage pour l’épisode « Homer Rentre dans la Reine » (saison 4) des Simpson en 2003. L’auteure a même eu droit à un biopic télévisé en 2011, J.K Rowling : La Magie des Mots où elle est incarnée par Poppy Montgomery.

En 2016 et à la surprise générale, elle écrit la suite du sorcier qui a fait son succès sous la forme d’une pièce de théâtre interprétée à Broadway par un casting reconnu.

Grâce au prolifique site Pottermore (une simulation virtuelle de Poudlard où chaque internaute peut s’inscrire et se voit attribuer une maison, il peut alors participer à des mini-jeux pour lui faire gagner des points) régulièrement fourni en articles, le monde enchanté de Harry Potter ne semble pas près de lasser.

Le lien du site: https://www.pottermore.com/

Il a même été annoncé que l’application Harry Potter : Wizards Unite, fonctionnant sur le même modèle que Pokémon Go mais adaptée l’univers du jeune sorcier, est actuellement en développement.

 

J.K Rowling : une femme forte aux prises de position affirmées

Particulièrement engagée, notamment en politique, l’auteure soutient le Parti Travailliste anglais, une pratique modérée de la religion, la lutte contre la pauvreté et les maladies comme la sclérose en plaques.

Bénéficiant d’une appréciation positive de la part de l’opinion publique, elle a même été invitée à la Maison Blanche pour y lire le premier tome des aventures de Harry Potter en 2010.

Pro-européenne, elle s’est même engagée contre le premier ministre Israélien Benjamin Netanyahu et le « président » Américain Donald Trump.

Joanne a donc logiquement pris soin d’intégrer une certaine diversité au sein de son œuvre, n’hésitant pas à s’exprimer publiquement au moindre scandale ou réclamation de ses lecteurs, non sans une certaine pointe d’humour malgré le sérieux des thèmes abordés : l’homosexualité de Dumbledore, la déstigmatisation des maladies mentales, la tolérance religieuse et le vivre ensemble (précisant même que l’unique forme de croyance à laquelle elle n’avait jamais pensé était la religion Wicca, qui se rapproche fortement du chamanisme).

L’auteure n’a d’ailleurs pas manqué de réagir quant à la polémique causée par l’interprétation d’Hermione par la comédienne Noma Dumezweni, rétorquant que la description physique du personnage n’excluait en aucun cas la possibilité qu’Hermione soit d’origine africaine.

Son humour, son talent pour l’écriture mais également sa grande humanité ont su faire de J.K Rowling une artiste reconnue et plébiscitée du grand public malgré quelques scandales et polémiques (on lui a notamment reproché d’avoir plagié l’œuvre du très peu connu Adrian Jacobs pour la trame des aventures de Harry). Autant dans sa vie personnelle que professionnelle, J.K Rowling a su faire face aux épreuves pour s’en relever encore plus forte et déterminée à en démordre.

 

Sources :

https://fr.wikipedia.org/wiki/J._K._Rowling

https://www.babelio.com/auteur/JK-Rowling/3904

https://www.fnac.com/J-K-Rowling/ia289196/bio

https://www.lexpress.fr/culture/livre/j-k-rowling-romanciere-britannique_1799461.html

http://gaming.gentside.com/harry-potter/harry-potter-wizards-unite-ios-android-date-de-sortie-trailer-news-et-astuces-du-jeu-de-niantic_art22832.html

http://gaming.gentside.com/harry-potter/harry-potter-hogwarts-mystery-ios-android-date-de-sortie-apk-trailer-news-et-gameplay-du-jeu-sur-mobile_art23590.html

Laissez votre commentaire