[Portrait] Un mois, une auteure: Delphine de Vigan

[Portrait] Un mois, une auteure: Delphine de Vigan

Née le 1er mars 1966, Delphine de Vigan est une des auteures contemporaines les plus reconnues de ces dix dernières années. A l’occasion de la sortie de son roman Les Loyautés, paru le 3 janvier 2018 aux éditions JC Lattès, nous vous proposons de faire connaissance avec cette auteure, qui ne finit pas de nous surprendre. 

 

Ses débuts: 

De Vigan nait dans les Hauts-De-Seine en 1966. Jusqu’en 2001, elle vit une vie que l’on qualifierait de « banale ». Comme la majorité des gens, elle travaille dans une entreprise dans laquelle elle est exerce depuis des années. Puis, en 2001 sort Jours sans faim, publié sous le pseudonyme Lou Delvig. Ce titre, à entendre sous un jeu de mots, est un roman autobiographique qui raconte la période d’anorexique qu’a connu l’auteure. On comprend un peu mieux pourquoi l’auteure décida de le dévoiler sous un pseudonyme, d’autant plus que c’était son premier roman publié (chez Grasset). L’auteure fait son retour en 2005, mais cette fois-ci sous son vrai nom. Le roman est intitulé Les Jolis Garçons et cette fois-ci, publié chez les éditions Jean-Claude Lattès. Après cette publication elle décide d’assumer Jours sans faim sous son vrai nom. Cette même année sort son roman Un soir de décembre. Puis en 2007, elle rencontre enfin un succès grand public. 

 

La décennie du succès: 

En 2007 est publié No et moi toujours aux éditions JC Lattès. Cette histoire retrace l’amitié de deux filles dont l’une est SDF.  Ce roman permet à De Vigan de remporter ses premières récompenses: le Prix des libraires en 2008 puis le prix du Rotary International en 2009. Après ça, elle recevra des prix pour chacun de ses romans. En 2009 sort Les heures souterraines, un roman sombre qui raconte le harcèlement au travail. Elle est récompensée par le Prix des lecteurs de Corse, 2010 ainsi que le Prix du roman d’entreprise 2009. Enfin, elle rencontre son plus grand succès en 2011 pour Rien ne s’oppose à la nuit, toujours publié chez JC Lattès. Celui-ci ne remporte pas moins de quatre prix:

– Prix du roman Fnac 2011

– Prix Roman France Télévisions 2011

– Prix Renaudot des lycéens 201

– Prix des lectrices de Elle. 

Ce roman, souvent décrit comme étant le préféré de ses lecteurs.trices est un poignant récit biographique sur sa mère. Cette dernière, ayant des troubles bipolaires et dépressifs, décida de mettre fin à ses jours en 2008. De Vigan décida donc d’immortaliser le vécu de sa mère dans ce roman, qui lui fit rencontrer un succès auquel elle ne s’attendait pas.

 

« Parfois, elle en avait conclu que ses rêves étaient si grands, si démesurés, qu’ils n’entraient même pas dans sa propre tête. »                                              Rien ne s’oppose à la nuit. 

 

Disparue des radars médiatiques après la promotion de Rien ne s’oppose à la nuit, tout le monde se demande quand est-ce qu’elle va réapparaitre, et avec quoi pourrait-elle bien revenir après un si bon roman. En 2015, c’est chose faite avec D’après une histoire vraie, dont vous pouvez retrouver la critique ici. Ce roman tant attendu offre aux lecteurs.trices ce qu’iels attendaient: le réel qu’iels avaient aimé dans Rien ne s’oppose à la nuit, avec une partie de fiction dissimulée entre les lignes. Avec ce roman, qui fait encore une fois beaucoup parler, elle gagne les prix Prix Renaudot 2015 et Prix Goncourt des lycéens 2015. 

 

“… de certains mots, de certains regards on ne guérit pas. Malgré le temps passé, malgré la douceur d’autres mots et d’autres regards.”                      D’après une histoire vraie. 

 

 

Enfin, en cette rentrée littéraire 2018, De Vigan ouvre l’année en beauté avec un nouvel ouvrage intitulé Les Loyautés, paru le 3 janvier 2018 aux éditions JC Lattès. Voici le résumé interprété par babelio.com: « Les destins croisés de quatre personnages : Théo, enfant de parents divorcés ; Mathis, son ami, qu’il entraîne sur des terrains dangereux ; Hélène, professeure de collège à l’enfance violentée, qui s’inquiète pour Théo ; Cécile, la mère de Mathis, qui voit son équilibre familial vaciller. Une exploration des loyautés qui les unissent ou les enchaînent les uns aux autres. ». 

 

 

 

 

Alors, si vous ne connaissez pas encore De Vigan, l’équipe JustFocus vous recommande vivement cette auteure qui manipule sa plume avec très grande précision, pour notre plus grand plaisir. Ses ouvrages peuvent avoir des effets cathartiques sur le.a lecteur.trice: ils traitent de l’Humain et de sa manière de réagir face aux évènements, parfois bouleversants. La fluidité de l’écriture de l’auteure est très agréable, et nous rappelle à chaque instant où nous la lisons que Delphine De Vigan est une grande écrivaine. 

 

Sources: 

  1. http://abonnes.lemonde.fr/livres/article/2018/01/14/delphine-de-vigan-j-aime-cette-idee-que-mes-romans-soient-vraiment-le-reflet-d-une-epoque_5241479_3260.html 
  2. http://data.bnf.fr/fr/14600626/delphine_de_vigan/#other-pages-databnf
  3. https://www.youtube.com/watch?v=voPpm8gXL5Y&t=2185s

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.