Auteurs en colère : la Ligue des auteurs professionnels est maintenant formée !

Auteurs en colère : la Ligue des auteurs professionnels est maintenant formée !

Il y a quelques mois, un tout nouveau style de buzz enflammait la toile avec un hashtag quelque peu anodin : #AuteursEnColère. Aujourd’hui, leur réflexion ne cesse de se synthétiser puisqu’ils viennent tout juste de fonder la Ligue des auteurs professionnels.

Ligue des auteurs professionnels

Joann Sfar, Tatiana de Rosnay, Maliki, Virginie Grimaldi, Aurélie Neyret, Christophe Arleston, Cy, Érik L’Homme, Fabrice Luchini… et bien d’autres, se sont associés avec les États généraux de la Bande dessinée et la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse pour fonder la Ligue.

On croirait presque à la création d’une Ligue de super-héros… Que ce soit #PayeTonAuteur ou #AuteursEnColère, les mouvements se sont multipliés ces derniers temps afin de défendre les droits des artistes du livre. Au début de l’année, en mars, un collectif d’auteurs, illustrateurs, dessinateurs s’est formé afin de réfléchir et d’agir sur le statut social de l’auteur. Leur nom : les auteurs en colère. Ils ont d’ailleurs mis en place depuis mars une pétition que vous pourrez trouver sur leur site.

Les modèles économiques dans le secteur du livre sont soigneusement étudiés par le Conseil Permanent des Écrivains, qui appréhende les nouvelles réformes du gouvernement.

#Auteurs en colère

Les réformes sociales et fiscales risquent de placer les auteurs dans une situation encore plus fragile que celle qu’ils connaissent actuellement. Les auteurs de livres ne sont pas des actifs comme les autres : leur rémunération est soumise à une périodicité. Généralement, ils ne sont payés qu’une seule fois par an, après l’arrêté des comptes des éditeurs. Ils demandent alors une concertation commune autour de leur régime social qu’il est vital de renforcer, à l’heure où la création est portée en étendard national.

La Ligue des auteurs professionnels est donc la continuité logique des mouvements viraux que l’on a vu jouer sur la toile depuis le début de l’année. Leur priorité est de faire reconnaitre leur activité comme un travail et sauver leur métier. Cela fait plusieurs années déjà que les organisations d’auteurs s’alarment de la dégradation de leur situation du livre en France. Les études se multiplient, montrant que 41% des professionnels gagnent déjà moins que le SMIC et que leurs revenus continuent de baisser, en particulier pour les plus jeunes.

Leurs réunions devront démêler tous les points nébuleux actuels : protection sociale, rémunération, renforcement du droit d’auteur, encadrement par le code du travail, rééquilibrage du rapport auteur/éditeur…

 

Amoureux des livres que nous sommes, nous ne pouvons que soutenir cette cause. Et vous, que pensez-vous de cette démarche?

 

 

Pour toute demande de renseignements : ligue@auteurs.pro

 

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.