Fortnite : Les carcasses n’ont qu’à bien se tenir (Test – PC)

Fortnite : Les carcasses n’ont qu’à bien se tenir (Test – PC)

Vous connaissez Fortnite ? Non ? Alors, découvrez notre test sur la version PC, sans plus tarder !

« Ne cherchez pas un abri construisez-le ». C’est ainsi que Fortnite, le jeu de survie et de craft multijoueur d’Epic Games, se présente. Sorti en accès anticipé depuis le 25 juillet, Fortnite a déjà trouvé son public ! Pour pouvoir y jouer, il vous faudra choisir un pack fondateur allant de 30 euros à 90 euros, du plus simple au plus élaboré. Bien entendu, en fonction du prix, vos avantages de départ ne seront pas les mêmes. Pour les plus sceptiques, on sent le mot « pay to win » au coin des lèvres. Mais qu’en est-il vraiment ? Doit-on nécessairement débourser au maximum à l’achat et en jeu pour pouvoir évoluer ? L’accès anticipé promet-il une vie prospère au jeu ? C’est à partir d’un pack fondateur spécial que nous avons fait ce test et nous vous faisons un debrifing de nos différentes sessions de jeu sans plus tarder.

Fortnite : qui sème la tempête récolte des carcasses !

Le scénario de départ est simple : des tempêtes font apparaître des monstres, intitulés sommairement « carcasses » et ravagent le monde. Les villes ne sont plus que ruines et chaos, et partout où vous irez les survivants auront besoin de vous. Dans cette ambiance post-apocalyptique, la patte visuelle de Fortnite détonne. C’est très coloré, très cartoonesque, tout est fait pour y incorporer une touche loufoque. Entendons-nous bien, le jeu garde une ligne directrice assez sérieuse, mais toute son ambiance est parsemée d’une petite touche d’humour acidulée qui n’est pas déplaisante. Le bestiaire est par exemple assez varié et peu commun. Vous commencerez par taper des carcasses lambda, sorte de mi-zombie mi-squelette crasseux. Puis, arrive bientôt la carcasse joueuse de baseball (avec l’équipement) qui vous envoie son os en plein poire, le mimic qui prend la forme d’un coffre tentant pour mieux vous attaquer, ou encore la carcasse « Jean René le chauffagiste » qui arrive avec sa bonbonne de gaz sous le bras et vous l’explose à la figure si vous ne le descendez pas avant. Ce n’est ici qu’une petite partie du bestiaire car plus vous avancez et plus vous trouverez des créatures aussi impressionnantes visuellement que coriaces. Mention spéciale aux spectres et aux « mamies enflammées » qui peuvent vite submerger votre camp. Ce qui fait la force de Fortnite, c’est cette ambiance visuelle et sonore marquée. Quand un combat s’engage ou que la nuit tombe, vous le savez directement en un coup d’œil !

Les tempêtes teintent le ciel et les environs et amènent leur lot de créatures aussi redoutables qu’étranges.

Vous l’aurez donc compris dans ce contexte de fin du monde annoncée, vous et vos amis êtes les derniers espoirs pour sauver la Terre. Le but du jeu est plutôt simple dans les grandes lignes : vous choisissez votre héros parmi 4 classes (soldat, constructeur, aventurier, ninja), vous avez un objectif à remplir, vous localisez l’endroit, vous construisez un camp pour vous protéger et vous tenez valeureusement jusqu’à la fin du timer. Le tout bien entendu seul ou en équipe de 4 joueurs maximum. La progression du jeu repose tout de même sur une ligne directrice qui vous fera avancer et « l’histoire » avec, en suivant les objectifs à remplir. Mais rien ne vous oblige à suivre uniquement ce chemin. Vous pouvez à tout moment lancer une mission rapide, une mission spéciale (souvent disponible pour un temps limité avec des récompenses particulières à la clef) ou même retourner dans votre base personnelle (le bouclier). Car Fortnite parsème sa progression avec des phases marquantes de défense de bouclier, à savoir, votre base, pour agrandir le champ des possibles sur votre carte. Pour un accès anticipé, il n’y a que très peu de bugs à déplorer, de temps à autre des problèmes de langues (des personnages qui parlent anglais ou espagnol) et un bug du butin lama qui s’ouvre sans vous demander votre avis.

Fontainebois, la première zone vous propose des banlieues, des forêts et des zones industrielles !

Rien ne se perd rien ne se crée tout se transforme

Mais alors Fortnite, ce n’est qu’un simple jeu du type TPS en Tower Defense ? Non, pas du tout. Tout d’abord, chaque mission donne accès à une carte de bonne taille. En général, assez pour que vous passiez facilement une bonne heure juste à fouiller et à récolter. Ensuite, les environnements auront tendance à varier selon le type de zone. Dans la première partie de la Terre, dans la zone Fontainebois, il y a ainsi : des forêts, des banlieues, des zones industrielles. Chacune ayant sa spécificité : si vous avez besoin d’écrous et de boulons, les zones industrielles sont à privilégier. Si vous désirez plutôt des minerais, alors direction la forêt. Actuellement, le jeu possède 4 grandes zones jusqu’au niveau 100. Fontainebois étant la première pour le niveau 1 à 19.  Les  cartes de mission sont bien remplies, entre les bâtiments à découvrir, les voitures, les événements aléatoires, les survivants à aider, les coffres cachés à découvrir, les anomalies, les multiples endroits à fouiller… Vous aurez toujours de quoi faire. Si bien qu’il est difficile de remplir l’objectif d’attendre la fin de la mission en deux jours. Parce que oui, Fortnite gère aussi un cycle jour / nuit qui vous imposera parfois d’aller à l’essentiel. Mais pour les missions où il n’y a pas particulièrement de timer, vous pouvez rester le temps que vous voulez. Et à chaque matin, vous gagnez ainsi de l’expérience.

Mon modeste chez moi (bouclier)

D’ailleurs, Fortnite vous poussera à explorer et à ne pas tracer quand ce n’est pas nécessaire. Pourquoi ? D’abord parce que tout se récolte dans le jeu, que cela soit grâce à votre magnifique pioche, ou en fouillant. Inutile, dites-vous ? Détrompez-vous. Les munitions s’épuisent vite, les pièges vont devenir peu à peu vitaux, vos armes ont une durabilité limitée, et pour l’un comme pour l’autre, vous aurez inlassablement besoin de boulons et d’écrous. Ces petites choses bien utiles peuvent encombrer votre inventaire mais vous verrez avec le temps que c’est primordial, que dis-je… vital d’en avoir plus que 100 sur vous. Et pour ce faire, il n’y a pas 36 méthodes : casser des machines, des voitures, fouiller les boites de conserve…  Si vous êtes nostalgiques des inventaires pleins dans les RPG, ne vous en faites pas, vous ne serez pas dépaysés puisque dans Fortnite, vous passerez votre temps à faire de la place dans votre inventaire (et ce, même en faisant du recyclage). Avouons-le, c’est vite agaçant. Certes, il est possible d’agrandir ses capacités de stockage dans l’arbre des talents, mais les ingrédients pour le craft prennent plus de place que les armes. Et il est difficile de faire l’impasse dessus tant d’une mission à une autre, les stocks s’avèrent cruciaux.

Quand tu passes ton temps à faire de la place …

Outre ce besoin impérieux de fouiller, votre équipe gagne des médailles à remplir des objectifs. On en distingue 3 matérialisées à droite : médaille de combat, médaille de construction et médaille utilitaire (qui regroupe le craft et différents événements). Découvrir la carte à 100% sera aussi  l’occasion de récupérer une médaille. Terminer la mission avec un maximum de médailles élevées garantit un loot final plus intéressant. En effet, à chaque fin de mission, vous débloquez un coffre. Jusqu’à présent, nous n’avons eu que des coffres niveau 4 au mieux. C’est d’ailleurs parfois un peu déstabilisant d’obtenir un coffre 3 en ayant eu que des médailles d’or. Certains paramètres de récompenses sont encore flous et c’est parfois un peu frustrant.  

Les scores individuels viennent nourrir un seul et même score d’équipe.

Récolter serait totalement superflu si derrière vous ne pouviez pas construire. Et le gros du gameplay de Fortnite repose justement sur la construction. Vous avez tout d’abord le choix entre 3 matériaux de base : le bois, la pierre et le métal. Il va de soi que construire en métal vous garantit une meilleure résistance qu’en bois, mais c’est plus couteux aussi. Fortnite excelle d’ailleurs dans la variété des formes de structure. A tout moment, vous pouvez modifier le mur déjà posé pour le rabaisser, mettre une porte, une fenêtre. De même pour le sol, les escaliers, il est possible de modifier la forme, l’inclinaison. Les différentes constructions radars vous permettent d’en apprendre plus sur ses variations possibles ! A partir de là, vous pouvez installer des pièges sur les sols, les murs et les plafonds, de quoi optimiser un maximum votre défense. Mais tout à un prix et les pièges les plus efficaces sont un gouffre à ingrédients et matériaux. Dommage d’ailleurs que le jeu ne bénéficie pas d’un vrai tutoriel pour la construction, parce qu’il faut avouer que beaucoup de choses en jeu se découvrent à tâtons. La faute d’ailleurs à un menu en jeu totalement bordélique au possible et qui n’est pas toujours aisé à comprendre.

Dans jouer, vous trouverez les objectifs d’histoire à remplir. L’onglet quêtes concerne tout le reste !

Du fun en équipe !

Comme nous le disions en introduction, Fortnite est avant tout un jeu multijoueur coopératif. On oublie déjà le PVP et tant mieux. Ici, il n’est pas question d’obtenir mieux que les autres. Les statistiques sont collectives : tuer des ennemis, crafter, construire à échelle individuelle permet de remplir les objectifs de médaille pour l’équipe. La notion de groupe est d’autant plus importante que pour défendre le van de Lars, votre bouclier, des données en cours d’échange, vous avez besoin des autres. Besoin d’eux pour gérer les vagues de carcasses, pour poser des pièges qui deviennent vite coûteux et aussi de leurs défenseurs. Fortnite possède une richesse de gameplay qui n’apparaît que si vous avancez dans le jeu. Ainsi, vous allez pouvoir débloquer des défenseurs grâce à une dalle. Celle-ci se pose, vous choisissez votre défenseur parmi ceux que vous avez déjà obtenus, vous lui donnez une arme et des munitions et le tour est joué. C’est ainsi qu’en partant à deux joueurs dans des territoires de niveau 15 et plus, nous avons pu compter sur le renfort de ma snipeuse et du spécialiste du pompe de Romain. Ce qui revient à être « presque » 4 au lieu de 2. Presque parce que l’IA n’est pas toujours gage de qualité même si dans l’ensemble, cela se passe pour le mieux. Et puis surtout, les défenseurs couvrent une zone limitée, donc, il faut les placer avec justesse. D’ailleurs, les défenseurs ont tendance à spammer en boucle qu’ils ont besoin d’une arme, et si vous ne voulez pas subir indéfiniment leur nuisance sonore… ou défoncer votre ordinateur, posez vite une arme.

Les quêtes quotidiennes vous donnent des V-Bucks la monnaie du jeu qui permet d’acheter des lamas.

 

Il existe dans Fortnite des missions de différents types, de la chasse à la tempête à la récolte des survivants, en passant par un échange des données à la construction de tours radars ou à la casse de campement. Le type de mission est visible sur la carte grâce aux symboles associés. Si celui-ci est grisé, c’est qu’il ne vous donnera plus d’expérience, s’il est en jaune ou en vert, c’est qu’il est à votre niveau ou légèrement en dessous. S’il est en rouge, c’est que vous n’avez pas encore le niveau (l’équipe) pour le faire. Il y a souvent des missions limitées dans le temps, qui donnent des récompenses plus intéressantes comme des bidules rotatifs, nécessaires pour obtenir des armes.

Le beau ballon que voilà !

Lorsque vous jouez avec des personnes que vous connaissez, des automatismes de rôle s’adoptent vite. Ainsi, les choses deviennent intuitives sur le terrain et c’est la grosse force de Fortnite. Pas besoin de blablater pendant 10 ans pour savoir qui fera quoi. L’un peu se charger de raser les éléments encombrants autour du fort, pendant que l’autre dresse les murs et les sols, les pièges manquants seront comblés par l’autre et… vous pouvez même vous donner du matériel en cas de pénurie. Il suffit de poser les éléments par terre et l’autre le récupérera. Pour ceux qui n’auraient pas la chance de jouer avec des amis, sachez que vous pouvez rejoindre des parties publiques et demander à grouper pour une mission spécifique. La communauté est plutôt agréable, les gens répondent facilement aux questions sur le canal général. Mais pour plus de tranquillité, rien ne vaut les parties « privées » avec que des joueurs que vous connaissez. Ainsi, pas de risque de tracer, surtout si vos objectifs personnels sont de refaire vos stocks d’ingrédients et de matériaux.

Le fun dans Fortnite, il est autant dans la construction que dans les combats. Déjà parce que le combat est assez varié, vous pouvez équiper tous les types d’armes sans restriction mais aussi parce que vous déverrouillez des compétences de personnage en plus. Ensuite, vous êtes au cœur de l’action, vous pourrez voir votre ami lancer une grenade qui fera un strike, ou au contraire se louper lamentablement en tapant à la clef à molette. De même, on utilise au quotidien la construction : pour rejoindre plus rapidement un accès de la carte, vous vous retrouverez à faire des escaliers improbables ou comme moi, vous ferez un pont de fortune au-dessus du vide et marcherez en même temps tel Moïse qui marche sur l’eau. Les constructions se font instantanément, du moment que vous les avez posées, vous êtes dessus et ce, même si le processus est en cours de création. Cela donne du coup une rapidité de construction appréciable.

Trop haute pour l’atteindre ! C’est ce qui s’appelle un « epic fail »

Héros, survivants, armes  : attrapez-les tous !

Votre héros, c’est celui que vous jouerez sur le champ de bataille. Vous pouvez le changer à tout moment. Il peut être :

  • Soldat, spécialisé dans les combats (armes à distance) et les buffs d’équipe
  • Constructeur, spécialisé dans le craft et la construction de base
  • Ninja, rapide et mobile, spécialisé dans les combats au corps-à-corps
  • Aventurier, spécialisé dans la collecte des ressources et la chasse au trésor
Les personnages jouables qui vont du commun au légendaire !

Chaque classe possède plusieurs sous-classes avec des personnages masculins et féminins. Selon vos affinités, vous vous axerez plutôt vers un type de héros. Même si dans les faits, vous pouvez changer à tout moment. En gagnant des points de commandement, vous pourrez débloquer des talents pour votre héros et sa classe, mais aussi des passifs, des emplacements de survivants pour votre base, du nouveau gameplay. Ajoutées aux talents, des recherches permettront de vous octroyer des passifs, de débloquer des missions de collectes et des emplacements de survivants.

Il existe 4 paliers pour l’arbre des talents !

Il est possible dans le jeu d’obtenir des lamas, sorte de Piñata en forme de lama, qui vous donneront des survivants, des héros, des schémas d’armes, de l’expérience, de la monnaie de fondateur… C’est là que les tensions peuvent se cristalliser. Si vous êtes patients, en remplissant les quêtes quotidiennes, les défis et les quêtes histoire, vous pouvez obtenir des lamas et même en acheter in-game sans avoir à débourser de l’argent réelle. Si vous êtes du genre impatient et à ne pas aimer farmer, sans doute que vous passerez par la case « boutique » pour obtenir de l’argent du jeu et prendre des lamas à tour de bras. « Pay to win » ? Non, puisqu’à ce jour, avec les récompenses quotidiennes et tout ce que j’ai précédemment cité, il n’est pas nécessaire de payer. Ensuite, sachez qu’obtenir des récompenses extraordinaires dépendra surtout de votre chance. En ouvrant un « lama à personne » j’ai obtenu un survivant mythique ! Puis, seul, vos possibilités sont limitées. Qui dit coopération, dit besoin des autres : tout ce que vous obtiendrez sera utile pour l’effort de groupe. Mais il n’y a pas cet aspect totalement dégueulasse que peuvent avoir certains « Pay to win » rien ne vous empêche de lancer des missions, et il n’y  a pas de PVP et donc pas de possibilités de se faire farmer par désavantages.  

C’est l’heure du lama !

En débloquant des talents et des recherches, vous déverrouillez de nouvelles opportunités de gameplay. Ainsi, Fortnite campe des aspects de gestion. Tout d’abord grâce aux différents groupes de survivants que vous pouvez former : section secouriste, groupe de combat alpha, corps de génie, groupe de reconnaissance, section gadgets, équipe d’entrainement, unité d’assaut, section de planification. Puis parce qu’il vous convient de placer avec justesse vos compagnons à de bons postes et surtout qu’avec les missions d’expédition, vous pouvez envoyer des héros pour récupérer des matériaux ou des survivants. Selon le niveau, la difficulté, vos chances de réussite peuvent drastiquement varier. Et tout à un prix ! Prenez garde à vérifier les conditions requises de chaque mission d’expédition.

Deux équipes en missions terrestres et maritimes.

Avec la Collection, vous serez face à un dilemme important : sacrifier des schémas définitivement pour remporter du loot unique. Au début, vous accumulez les schémas et tout parait facile. Puis vous débloquez la collection et là tout se corse. Chaque schéma que vous sacrifiez vous permet d’augmenter votre niveau d’expérience et obtenir des récompenses uniques. A vous de juger des survivants, armes, pièges et héros dont vous pouvez vous passer. Bien entendu, vous pouvez regagner les cartes perdues grâce aux lamas mais… réfléchissez bien à ce que vous comptez sacrifier ! Ce ne sont pas moins de 614 schémas à collectionner et sacrifier. La transformation vous permet tout autant d’augmenter les schémas et les survivants mais les résultats sont parfois surprenants. Mieux vaut ne pas jouer à l’apprenti alchimiste à la légère, vous pourriez perdre un schéma épique pour un résultat bien inférieur.

Pour tout avoir, il y a du boulot et… des sacrifices à faire !

Enfin, sachez que tout, absolument tout prend des niveaux dans Fortnite. Les schémas d’armes, les survivants, les héros. Ce qui demande énormément d’expérience à investir et de points de talents à dépenser (notamment pour obtenir des étoiles supérieures). En somme, pour renforcer l’efficacité de vos pièges, de vos armes et de vos héros… vous êtes bons pour des heures, des heures et des heures de jeu.

Sans prétention et sans vantardise, Fortnite est un jeu qui s’impose là où on ne l’attendait pas. Conçu avant tout pour jouer à plusieurs sans prises de tête, Fortnite gagne en profondeur de gameplay à mesure que l’on s’investit et que l’on progresse. Combinant habilement, craft, survie, « Tower Defense », exploration et gestion, il devient vite addictif. S’il est à ce jour difficile d’estimer le potentiel addictif dans la durée, il ne l’est pas en revanche pour dire que passer 30h de jeu, on s’amuse toujours autant. Il y a à boire et à manger dans Fortnite, que vous soyez collectionneur, bagarreur dans l’âme, que vous soyez fin tacticien, architecte incompris ou plutôt Indiana Jones dans l’âme… Qu’il fait bon de se mesurer aux tempêtes à coup de musiques entrainantes et de dézinguer des carcasses à coup de sniper ou de club de golf. Fort de son identité visuelle et de sa polyvalence, Fornite devrait plaire aux aficionados de la coopération et du PVE !  

Fortnite : Les carcasses n’ont qu’à bien se tenir (Test – PC)

Graphismes

Gameplay

Bande-son

Multijoueur

Summary:
Fortnite s'offre un accès anticipé réussi, loin des bugs à foison et serveurs instables que d'autres concurrents peuvent connaitre. Alliant le fun, l'esprit d'équipe et les objectifs multiples, Fortnite propose une autre façon de jouer. Le style visuel ne plaira pas à tout le monde, pas plus que le type de multijoueur mais pour ceux qui, comme nous, apprécient le jeu collectif sans à avoir à subir le "bal des egos" ... Fortnite est idéal ! Survie, construction, collection, le trio gagnant pour passer un bon moment !

73%

Bon

4 Comments on this Post

  1. whatisjv

    Encore et toujours un test partial. Mettre une note pareille en graphisme alors que le jeu est visuellement proche de la PS2.
    Un testeur est censé être objectif, et non pas surnoter les jeux qu’il aime, et encore moins critiquer les zones de gameplay qui ne plaisent pas (attaques sur le PVP).
    L’humour, de très mauvais goût, n’est pas nécessaire non plus. A part pour décrédibiliser encore plus un test déjà bancale.
    Changez d’activité, vous n’êtes pas fait pour ca.

    Répondre
    • Kihaa

      Apprenez cher monsieur que pour parler de graphismes, il faut déjà savoir faire la différence entre un style réaliste et un style qui ne l’est pas. Ce qui ne semble pas être votre en cas à en juger par la remarque ô combien pertinente digne d’un élève de primaire. Si je suis votre raisonnement plus que limite, Borderlands, Nier Automata et bien d’autres ne devraient même pas avoir la moyenne. Ce qui est très loin d’être le cas… Depuis quand 73 est une surnote ? Dois-je vous faire le détail de la note sur 20 ou arriverez-vous à faire le calcul ? Avez-vous lu la totalité du test ou dois-je en conclure que vous vous limitez à la conclusion ou au résumé parce que lire 3000 mots c’est compliqué ? Je n’ai en aucun cas attaqué le PvP, il est bien stipulé encore une fois que cela plaira à ceux qui n’ont pas envie de se manger du PVP à tour de bras. Il y a déjà bien assez de multi compétitif pour de temps à autre saluer un multi coopératif.

      Décontractez-vous un peu, si mon humour pourtant bien peu présent et peu grivois vous choque, ne lisez donc plus d’articles sur internet. Cela risquerait de vous rendre aveugle au premier regard. Lorsqu’on critique, on s’assure déjà d’avoir de bons arguments. Si je ne suis pas apte à faire des tests, vous n’êtes pas plus apte à juger.

      Au plaisir de vous voir signer un jour par votre vrai prénom et non un pseudo qui ne s’assume pas 🙂

      Répondre
    • Encore un troll, avec la petite adresse jetable Yopmail, et un VPN ou autre avec OVH pour cacher son adresse IP, la crédibilité, elle est là ! Retournez donc jouer à Candy Crush ou à un jeu de guerre pour décérébrés 🙂 Je pense que c’est le genre de jeu qui doit bien correspondre à vos compétences en matière de jeux vidéo, au vu de vos propos. Quand vous tiendrez une discussion amenant le partage et l’échange, nous en reparlerons, mais je doute fort que vous soyez capable d’une telle éloquence, si ce n’est la logorrhée que vous nous avez servie sur un plateau de bêtises. Cordialement, bisous.

      Répondre
      • Kihaa

        Je dirais plutôt un joueur de FPS multi à graphismes réalistes à en juger par la remarque initiale. Rainbow, Battlefied toussa toussa. Si c’est « le Bal des egos » qui a été mal pris, je n’y peux malheureusement pas grand chose. C’est qu’il y a un fond de vérité pour réagir aussi violemment !

        Répondre

Laissez votre commentaire