Critique « Flat Heroes » de Deck 13 : Un sympathique jeu minimaliste !

Critique « Flat Heroes » de Deck 13 : Un sympathique jeu minimaliste !

Critique « Flat Heroes » de Deck 13 : Un sympathique jeu minimaliste !

Originalité/Innovation

Gameplay/Jouabilité

Graphimes/Bande son

Durée de vie/Prix

Summary:
Sans prendre de risque, Flat Heroes est un jeu qui souhaite se faire passer pour un jeu indépendant, mais qui est développé par un studio. Or la sauce ne prend qu’à moitié, dû à un solo trop accessible même en mode héroïque, des graphismes qui manquent le virage menant à l’extase visuelle et un travail sonore bâclé. Il ne peut compter que sur son mode multijoueurs pour le sauver. Un mode qui ravira les soirées entre amis tant le concept de Flat Heroes est finalement plus adapté en multi. La sortie sur Nintendo Switch est là pour le prouver. De plus son prix très serré de 9.99 sur l’Eshop et 7.99 sur Steam est un argument en sa faveur.

65%

A l’occasion de la sortie de Flat Heroes sur Nintendo Switch, revenons sur ce jeu qui est sorti en 2016 sur PC. Développé par le studio allemand Deck 13, Flat Heroes surf sur la vague des jeux indépendants où « die » rime avec « retry ».

Flat Heroes est un jeu ou l’on incarne un cube qui doit survivre aux attaques de son environnement pour avancer dans les niveaux. Derrière cette description simplifiée, se cache un jeu où les développeurs s’en sont donné à cœur joie pour jouer délicatement avec les nerfs du joueur. Entre le shoot’em up et le jeu de plateforme, Flat Heroes joue de ses deux dimensions pour dévoiler sa robe minimaliste dans le visuel, mais ultra intense dans le gameplay.

Gameplay :

Les différents niveaux sont truffés de pièges plus ou moins arasant à éviter. Que ça soit les missiles à têtes chercheuses, les murs et les lignes traçantes désintégrateurs, ou les tirets explosifs, tout ce qui bouge dans les niveaux sont sources de pièges à éviter absolument. Die & retry oblige, dès que votre cube se fait toucher, il se désintègre tout de suite et vous devez recommencer. Ce concept laisse la part belle à l’apprentissage par les erreurs à un rythme effréné.

Pour survivre, le joueur a accès à une petite panoplie de mouvements très simple. Il peut sauter, effectuer une attaque sous la forme d’un double saut boosté dans la direction de son choix. Ce double saut est très précieux, dans la mesure où il servira également à s’enfuir rapidement. Le cube peut également activer un bouclier éphémère pour détruire certains projectiles. Cependant, cette défense ne dure que le temps de son apparition. Le cube peut rebondir ou s’accrocher aux parois verticales et aller où bon lui semble, en répondant au doigt et à l’œil du joueur sans aucun temps de latence ou d’inertie. De ce point de vue les parties s’enchaînent avec plaisir tant les développeurs ont tout fait pour rendre le jeu accessible.

Si les premiers niveaux semblent faciles, à partir de la moitié du jeu les missions seront un peu plus ardues. Les batailles finissent même par devenir épiques contre les boss de fin de niveaux. Il faut s’armer de patience pour en venir à bout. Cependant, malgré ce petit challenge, le jeu n’est pas si difficile que cela. Un gamer habitué à ce genre de jeux peut finir la campagne solo en une ou deux journées… Même en mode héroïque le jeu n’est pas insurmontable, alors que l’on aurait aimé plus de challenge.

Côté contenus, différents modes de jeu sont à débloquer, comme un mode survival assez complet avec classement, ou encore les défis en multijoueurs. C’est sur ce point que le jeu se rattrape, avec quatre modes de jeu qui sont : le maintien d’une zone, la capture, le combat et la poursuite. Sachant que chaque joueur peut attaquer son congénère en activant son bouclier, les niveaux multi en deviennent du coup beaucoup plus fun à jouer.

Graphismes :

D’un point de vue graphique, Flat Heroes est comment dire… flat… Effectivement même si l’esthétique du minimalisme peut apparaître belle et à certains moments entrer en résonnance avec le gameplay, le jeu pêche malheureusement de ce côté-là. Si le jeu avait été réalisé dans un grenier par une seule personne, cela serait passé, mais dans le cas présent, il s’agit d’un petit studio qui surfe bêtement sur la vague des jeux indépendants minimaliste.

Durée de vie :

Les challenges du jeu solo sont ridicules par rapport à d’autres productions, même si les 300 niveaux proposés peuvent faire rêver. En effet, le joueur les avale à toute vitesse sans forcément avoir envie de les refaire… Seul le mode multijoueurs est une bonne surprise tant on s’amuse à former des équipes et à se castagner sans vergogne. Pour le plaisir du mode multijoueurs, le jeu est une perle.

Environnement sonore :

Côté son, il ne faudra pas s’attendre à de la grande symphonie. Les musiques et bruitages électro sont juste chip à souhait. Il aurait fallu trouver des bruitages en accord avec le style visuel pour donner une personnalité au jeu, plutôt que de bêtement se dire que le style 8 bits rétro ferait l’affaire…

Sans prendre de risque, Flat Heroes est un jeu qui souhaite se faire passer pour un jeu indépendant mais qui est développé par un studio. Or la sauce ne prend qu’à moitié, dû à un solo trop accessible même en mode héroïque, des graphismes qui manquent le virage menant à l’extase visuelle et un travail sonore bâclé. Il ne peut compter que sur son mode multijoueurs pour le sauver. Un mode qui ravira les soirées entre amis, tant le concept de Flat Heroes est finalement plus adapté en multi. La sortie sur Nintendo Switch est là pour le prouver. De plus son prix très serré de 9.99 sur l’Eshop et 7.99 sur Steam est un argument en sa faveur.

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.