Ouverture de la saison 2017-2018 à la Cinémathèque française

Ouverture de la saison 2017-2018 à la Cinémathèque française

Créée en 1936 par Henri Langlois, la cinémathèque française est devenue un pilier du 7ème art. Cette institution a pour vocation de conserver, restaurer et diffuser les oeuvres du patrimoine cinématographique mondial. Son budget s’élève à 25 millions d’euros (dont 80% financé par l’Etat). Elle a d’ailleurs compté parmi ses plus fidèles visiteurs les précurseurs de la Nouvelle Vague : François Truffaut, Eric Rohmer, Jean-Luc Godard, Jacques Rivette ou Suzanne Schiffman. Retour sur la soirée de lancement de la nouvelle saison. 

Dans un auditorium plein à craquer, Frédéric Bonnaud (directeur général) et Jean-François Rauger (directeur de la programmation) ont rencontré les abonnés privilégiés de la cinémathèque. C’est une première pour l’institution qui compte une grande communauté de fidèles visiteurs. L’occasion de présenter la programmation de la nouvelle saison. Et cette année, ce seront plus de 1 500 films projetés dans les trois auditoriums. Et toujours des séances animées par une personnalité du cinéma voire le(la) réalisateur(rice) du film. De nombreuses rétrospectives permettront de redécouvrir les plus grand(e)s cinéastes (Milos Forman, Roman Polanski, Claire DenisMax Ophuls, Chantal Akerman, Luchino ViscontiJacques Tourneur, Rainer Werner Fassbinder, ou encore George A. Romero). La cinémathèque renouvelle une nouvelle fois son projet de diffusion d’oeuvres mondiales avec des segments sur le cinéma lituanien, colombien ou encore de Hong Kong. L’accent sera également mis sur les avant premières avec cinq projections pour les abonnés d’ici novembre.  

Dans sa volonté de découverte universelle du 7ème art, des expositions auront lieu pour les plus jeunes. D’octobre à mars le jeune public pourra découvrir la relation intime qu’entretenait René Goscinny avec le cinéma (Astérix & Obélix, Lucky Luke…). On s’attend à un traitement riche en archives comme sait le faire la cinémathèque. L’exposition sur George Meliès l’an passé avait connu un franc succès. 

 

Cette table ronde fut également l’occasion d’un échange entre la direction et les abonnés. Ces derniers, pour la plupart fidèles depuis des dizaines d’années, ont pu soumettre leurs questions et recommandations. Une très belle opportunité pour l’institution de rencontrer son public exigeant et cinéphile. Une volonté d’établir un dialogue constructif afin d’améliorer le fonctionnement de l’établissement qui a changé de direction en janvier 2016. 

« Les abonnés, vous êtes notre deuxième plus grande préoccupation après la conservation des films »

Frédéric Bonnaud, directeur général de la Cinémathèque française 

Pour découvrir le programme.

La soirée a continué avec l’avant-première du dernier film  de Mathieu Amalric. L’acteur/réalisateur, très réservé, été accompagné des actrices Jeanne Balibar et Aurore Clément. On sait qu’Amalric connaît (et aime) tous les métiers du cinéma et il a joint les actes à la parole pour notre plus grand plaisir. Une dizaine de collaborateurs étaient présents dont Phillipe Di Folco (co-scénariste), Christophe Beaucarne (chef opérateur), Olivier Mauvezin (ingé son) ou encore François Gédigier le monteur.   

Costa-Gavras (président de la Cinémathèque), Françoise Nyssen (la ministre de la Culture), Frédérique Bredin (présidente du CNC et mécène de l’institution) mais aussi Sidonie Dumas (directrice générale de Gaumont, producteur du film) étaient également dans la salle. 

 

Le coup d’envoi à été donné à la cinémathèque française le 4 septembre. Une saison riche en pépites, rencontres et expositions qui court jusqu’au mois d’août 2018. L’occasion pour Just Focus de vous faire partager cette plongée dans la maison qui défend la richesse et la beauté du 7ème art.

Laissez votre commentaire