On a testé « Valérian et la cité des mille planètes » en 4DX

On a testé « Valérian et la cité des mille planètes » en 4DX

Lundi 4 décembre au soir, la rédaction a pu assister à la projection de Valérian et la cité des mille planètes, le dernier film de Luc Besson, dans une salle équipée de la 4DX. Retour sur cette expérience pour le moins originale !

A l’instar de la 3D et l’IMAX, la technologie de la 4DX a fait depuis quelque temps son apparition dans les salles obscures. A Paris, c’est le cinéma Pathé La Villette qui est pionnier dans ce domaine. Depuis mars 2017, il s’est équipé d’une salle dédiée à la projection en 4D X. Pour le moment, il s’agit du seul lieu de l’Hexagone à proposer ce type de visionnage. Inutile de dire que nous attendions avec hâte de (re)découvrir le dernier-né de Luc Besson par le prisme de la technologie quatre dimensions ! 

La 4DX c’est quoi ?

Révolutionner le cinéma en faisant appel à nos cinq sens, tel est le credo de la projection en 4DX. En effet, cette dernière a pour objectif de jouer avec nos sensations physiques, en allant bien plus loin que la 3D.

A travers un système de sièges mobiles et articulés, le spectateur peut appréhender les similis de sensations que les scènes à l’écran laissent envisager. L’odorat et le toucher ne sont pas en reste, puisque les sièges diffusent par moments des odeurs relatives au déroulement du film. De même, des brumisateurs d’eau aspergent à certains passages le visage des spectateurs (option désactivable). Des flashs lumineux éclairent également par instants la salle.

Mais alors, qu’en est-il de notre avis sur l’expérience pour Valérian ?

Une expérience en demi-teinte

Visuellement foisonnant et intrépide dans son rythme et son action, Valérian et la cité des mille planètes était le candidat idéal pour expérimenter la 4DX. L’avis de la rédaction reste cependant mitigé.

La technologie 4DX se justifie entièrement pour les scènes de panoramiques ou lorsque la caméra est plongeante. A la 3D déjà convaincante de ces passages, les mouvements de levée ou de rotation des sièges amènent un réel plus dans l’univers ample et visuel du film. A la clé, une immersion facilitée dans le film et l’univers aussi fantasque que mirobolant de l’œuvre. Accompagné des mouvements des fauteuils (montée, pivotement…), le résultat pour ces passages se révèle très convaincant. Le résultat : le sentiment d’être au cœur de l’action.

En revanche, certains effets physiques n’apportent pas grand chose et sont parfois même contre-productifs. A trop se concentrer sur ces derniers (mouvements saccadés de fauteuils, « coups » légers dans le dos, vent dans la salle, flashs…), on en arrive à sortir par moments de l’histoire

Une 4DX adaptée uniquement au grand spectacle

Alors la 4DX, cinéma ou attraction ? La question se pose véritablement tant l’expérience questionne notre vision du septième art. Le cinéma puise sa force dans sa capacité à transporter le spectateur par le biais de l’esprit et de l’imaginaire. A vouloir recréer des semblants de stimuli physiques, ne risque-t-on pas de réduire et dénaturer ce qui fait la véritable puissance du septième art ?

Si la 4DX trouvera sans doute ses adeptes chez les amateurs de sensations variées ou d’expériences innovantes, cela risque de laisser certaines personnes sur leur faim Il serait mentir que d’affirmer que la projection en 4DX n’apporte strictement rien, mais se pose aussi le problème de la faisabilité pour tous les films. Difficile encore d’imaginer des œuvres contemplatives, au rythme lent, en visionnage 4DX. Pour l’instant, la technologie IMAX, plus enveloppante, semble davantage pertinente et généralisable. Toutefois, la 4DX risque de devenir un incontournable pour les films d’action les plus ambitieux. Reste à voir comment celle-ci évoluera et si le public l’adoptera sur la durée.

Mais comme toujours le meilleur moyen pour se faire son avis est de tester par soi-même ! Alors pour les curieux de découvrir véritablement la 4DX, rendez-vous au cinéma Pathé La Villette ! 

 

La bande-annonce de Valérian et la cité des mille planètes :

Laissez votre commentaire