Netflix : la fille d’Orson Welles les supplie de revenir à Cannes

Netflix : la fille d’Orson Welles les supplie de revenir à Cannes

Le drama Netflix VS Cannes ne fait visiblement que commencer ! Après l’annonce du boycott de Cannes par le géant du streaming, la fille du génie Orson Welles a décidé d’intervenir pour que l’oeuvre de son père The Other Side of the Wind soit quand même présentée sur la croisette. 

Shooté dans les années 70, The Other Side of the Wind est une relique inachevée laissée par Orson Welles, réalisateur du mythique Citizen Kane. Se posant en sauveur de l’oeuvre, le géant Netflix s’était accaparé cette dernière afin de lui donner enfin vie. Et pour marquer le coup, la plateforme de streaming avait décidé de présenter le film au Festival de Cannes. De quoi ravir les cinéphiles en tous genres. Mais un aléa survint mettant Netflix en difficulté : Thierry Frémaux, délégué général du Festival de Cannes, annonça que les films devaient obligatoirement sortir en salles pour prétendre à concourir en sélection officielle. La loi française empêchant Netflix de procéder à des sorties cinéma, la plateforme s’était retrouvée mise à l’écart de la compétition. Face à cette décision considérée comme injuste, le géant du streaming avait fini par appliquer ses menaces de boycott

Mais ce retrait pose visiblement problème à la fille d’Orson Welles, qui souhaite ardemment que l’oeuvre de son père soit mise à l’honneur sur la croisette : 

« J’ai été très déçue et troublée de découvrir ce conflit entre Netflix et le Festival de Cannes dans les journaux. Je dois m’exprimer au nom de mon père. J’ai vu de gros studios de production détruire sa vie, son travail et aussi une part de l’homme que j’aimais tant. Je détesterais ajouter Netflix à la liste de ces compagnies. S’il vous plait, revenez sur votre décision et faites en sorte que le travail de mon père devienne le film qui réunit Netflix et Cannes. »

Malgré ces déclarations, il y a peu de chances que Netflix revienne sur sa décision. Rappelons les propos de Ted Sarandos, directeur des programmes de la plateforme VOD : 

« Nous voulons que nos films soient traités de manière égale à ceux des autres réalisateurs. Il y a un risque, si nous y allons, que nos films ainsi que nos réalisateurs soient traités de manière irrespectueuse au Festival. »

Celui-ci avait d’ailleurs ajouté : 

« Cette règle est complètement contraire à l’esprit des festivals de films du monde entier, dont le rôle est d’aider des films à être découverts et distribués. »

Ajoutons qu’il est regrettable que ce film ne puisse pas concourir, dans la mesure où Thierry Frémaux a reconnu lui-même la qualité du film d’Orson Welles. Selon lui, The Other Side of the Wind serait : 

« Un film extraordinaire, plus qu’un film historique. Un message d’Orson Welles au monde du cinéma actuel. »

Cependant, tant que la législation française n’aura pas changé, il semblerait que Netflix soit condamné à ne pas pouvoir concourir dans la sélection officielle. Ce qui est fort dommage quand une oeuvre d’Orson Welles en personne aurait encore l’opportunité d’y être présentée.

Le problème vient donc de la loi actuellement en vigueur dans l’hexagone, plus que de la qualité du film proposé par Netflix, car il est indéniable que présenté par un autre studio, The Other Side of the Wind aurait eu toutes ses chances de concourir. Filip Jan Rymsza, l’un des producteurs de cette restauration, a d’ailleurs déclaré à propos de ce conflit : 

« Il est triste et difficile de voir que tout le monde y perd dans cette histoire : Cannes, Netflix, les cinéphiles et tous ceux qui ont travaillé si dur pour restaurer ce film historique… Aucun autre festival ne peut rivaliser avec le prestige de Cannes, avec ce qu’il apporte aux films. Leur accueil au sein du festival reste gravé dans l’imagination collective. Je suis submergé par les émotions contradictoires. Il n’y aurait pas eu The Other Side of the Wind sans Netflix, mais cela ne m’empêche pas d’être déçu et triste. »

 Nous sommes donc dans une impasse :

  • D’un côté, nous avons le Festival de Cannes qui est sclérosé dans sa vision de ce que doit être le cinéma. 
  • De l’autre, nous avons Netflix qui, face à l’incompréhension du Festival et à l’obsolescence de la loi française, a décidé de réagir radicalement en privant la Croisette d’une oeuvre culte avant même d’être parue. 

Nous ne pouvons donc qu’être d’accord avec les propos de Filip Jan Rymsza… Tout le monde est perdant dans cette histoire ! Ce film très attendu se retrouve piégé malgré lui dans une croisade opposant plusieurs visions du cinéma et de sa distribution. Notons que The Other Side of the Wind n’aurait pas été la première oeuvre à concourir au Festival de Cannes, puisque Othello avait été récompensé par le Grand Prix (à l’époque équivalent de la Palme d’Or) en 1952, ex-æquo avec Deux sous d’espoir

Il est regrettable qu’un Festival tel que Cannes se prive d’une oeuvre cinématographique aussi prometteuse, du fait de ses différents avec la plateforme VOD. Ce conflit est au final préjudiciable au cinéma, là où un tel événement est sensé le célébrer. Reste à savoir si Netflix écoutera Beactrice Welles et reviendra sur sa décision, où si cette oeuvre sera disponible uniquement sur nos petits écrans. 

1 Comment on this Post

  1. Hey ,

    Je vois le site http://www.justfocus.fr et son impressionnant. Je me demande si le contenu ou les bannières des options de publicité disponibles sur votre site?

    Quel sera le prix si nous souhaitons mettre un article sur votre site?

    Note: L’article ne doit pas être un texte comme sponsorisé ou faire de la publicité ou comme ça

    À votre santé
    anto desouza

    Répondre

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.