La Belle et la Bête de Christophe Gans

La Belle et la Bête de Christophe Gans

Le 12 février prochain sortira dans nos salles une nouvelle adaptation de la Belle et la Bête réalisé par Christophe gans, à qui l’on doit notamment le Pacte des Loups. On retrouvera d’ailleurs Vincent Cassel qui interprétera le rôle de la Bête, tandis que Léa Seydoux, remarquée dans la Vie d’Adèle, jouera le rôle de la Belle. Au casting vient s’ajouter André Dussollier, l’espagnol Eduardo Noriega (vu récemment dans Blackthorn), ainsi qu’Audrey Lamy.

[box_light]SYNOPSIS
1720. Après le naufrage de ses navires, un marchand ruiné doit s’exiler à la campagne avec ses six enfants. Parmi eux se trouve Belle, la plus jeune de ses filles, joyeuse et pleine de grâce. Lors d’un éprouvant voyage, le Marchand découvre le domaine magique de la Bête qui le condamne à mort pour lui avoir volé une rose. Se sentant responsable du terrible sort qui s’abat sur sa famille, Belle décide de se sacrifier à la place de son père. Au château de la Bête, ce n’est pas la mort qui attend Belle, mais une vie étrange, où se mêlent les instants de féerie, d’allégresse et de mélancolie. Chaque soir, à l’heure du dîner, Belle et la Bête se retrouvent. Ils apprennent à se découvrir, à se dompter comme deux étrangers que tout oppose. Alors qu’elle doit repousser ses élans amoureux, Belle tente de percer les mystères de la Bête et de son domaine. Une fois la nuit tombée, des rêves lui révèlent par bribes le passé de la Bête. Une histoire tragique, qui lui apprend que cet être solitaire et féroce fut un jour un Prince majestueux. Armée de son courage, luttant contre tous les dangers, ouvrant son cœur, Belle va parvenir à libérer la Bête de sa malédiction. Et se faisant, découvrir le véritable amour.[/box_light]

Cette nouvelle version donne l’impression dès les premières images de vouloir chercher son inspiration en parti dans le film de Cocteau. L’histoire semble reprendre de façon plus fidèle le récit de Madame de Villeneuve, publié anonymement en 1740 sous le titre La jeune Américaine et les contes marins. Cependant, on devine dans les traits de la bête une vague ressemblance avec le personnage de Disney. Les couleurs et la mise en scène grandiose laisse à penser que le film restera grand public. Quoiqu’il en soit, on reconnait la patte du réalisateur et sa volonté de transcender le fantastique.

[quote]« Avec ce film, je veux lâcher mon imagination. Bien que je veuille conserver la narration de ce conte intemporel, avec ses personnages et son rythme, je vais surprendre le public en créant un tout nouvel univers jamais exploré auparavant et produire des images d’une qualité sans précédent. Chacun de mes films a été un défi, mais celui-ci sera, de loin, le plus excitant et gratifiant. » Christophe Gans pour Variety[/quote]

Laissez votre commentaire