L’exposition Harry Potter à la Cité du Cinéma

L’exposition Harry Potter à la Cité du Cinéma

L’exposition Harry Potter a lieu du 4 Avril au 6 Septembre 2015 à la Cité du Cinéma. JustFocus a pu la voir en avant-première. Natalee nous raconte tout !

Noucky, qui l’accompagne, est allée la semaine dernière visiter les studios de Londres : elle compare les deux expériences…

Ressortez vos baguettes magiques, chapeau pointu et autres cartes du Maraudeur : Harry Potter revient !

Une belle entrée en matière puisque, pour nous accueillir, étaient présents James et Oliver Phelps, aka les jumeaux Weasley, les grands frères farceurs de Ron, le meilleur ami de Harry Potter. Nous avons pu rencontrer deux jeunes hommes décontractés et souriants, toujours prêts à poser pour une photo et signer un autographe.

James_Oliver_Phelps

Puis l’exposition commence ! On se fait accueillir par le choixpeau magique qui nous attribue notre maison : Gryffondor, Serpentard, Pouffsouffle ou Serdaigle.

Choixpeau

On entre ensuite dans une salle obscure avec des écrans géants qui diffusent une rétrospective rapide des 8 films de la célèbre saga, et là…Let’s the Magic begin…

Un mur s’ouvre, nous laissant nez à nez avec le Poudlard Express : la visite peut commencer !

Poudlard_Express

Durant toute l’exposition, nous serons guidés par l’agence MinaLima (représentée par leurs fondateurs Miraphora Mina et Eduardo Lima) qui a créé l’identité visuelle et graphique des films Harry Potter. Parce que c’est bien de l’univers du célèbre sorcier dont il est question !

Les deux créatifs nous parlent essentiellement de leur travail graphique ou comment ils ont réussi à créer une identité visuelle forte sur chaque objet, permettant à chaque fois de faire ressortir les personnages et leurs caractéristiques.

MinaLima

Dans la 1ère salle, on retrouve tous les lieux emblématiques du château de Poudlard : de la chambre commune aux salles de cours, en passant par le terrain de Quidditch. On déambule dans une allée bordée de costumes et de vitrines remplies d’accessoires : Trelawney, Severus Rogue, Lockhart, Lupin et l’horripilante Ombrage… Tous les professeurs y sont représentés.

Ici, MinaLima met l’accent sur la carte du Maraudeur : Il s’agissait pour eux de représenter toute l’architecture du bâtiment de Poudlard sur un plan. Tâche ô combien difficile, mais facilitée par l’étude soigneuse de la structure du château. Chaque endroit a été méticuleusement placé de façon à se retrouver à sa place. Cette carte est devenue une référence pour l’ensemble du staff dans les studios durant le tournage.

professeur_ombrage

MinaLima nous font remarquer leur travail sur les livres. Amoureux de ce support, les deux graphistes y ont accordé une attention toute particulière. Ils se sont inspirés des livres des années 20/30 pour réaliser leur mise en forme et leur mise en page.

Il était important dans leur démarche de designer que chaque élément, chaque objet créé, puisse retranscrire la personnalité du personnage à qui il appartient. Ainsi, chaque typographie, chaque calligraphie a été pensée en fonction de son propriétaire, jusqu’à l’état d’esprit du personnage lorsqu’il écrit. Travail d’autant plus complexe qu’il fut réalisé sans la participation des acteurs et en amont du tournage des scènes. Mais les retours furent très positifs, puisque les acteurs avaient la satisfaction d’avoir des livres complets, appartenant à leurs personnages sur lesquels ils pouvaient s’appuyer pour parfaire leur jeu. Il est important de souligner qu’il y avait toujours une quinzaines de pages originales, chartées à l’intérieur des livres, afin de rendre l’objet encore plus réel.

quidich

Dans la 2nde salle, on se retrouve à l’extérieur du château : la cabane d’Hagrid avec l’hypogriffe Buck et la forêt Interdite n’attendent que vous. On découvre dans l’ombre les créatures étranges qui nous ont fait frissonner au long de la saga : centaures, araignée… Dragon !

araignee

Dans la 3ème salle, le côté « dark » est à l’honneur avec au programme Lord Voldemort, Bellatrix Lestrange et autres Mangemorts. L’ambiance est glaciale et la musique qui nous accompagnait jusqu’ici joyeuse, presque épique, devient lugubre.

On attire alors notre attention sur les affiches. Elles font souvent partie du décor, mais tout comme la presse, sont omniprésentes dans les films. Encore une fois, le travail de graphiste fut conséquent sur ces supports. Il s’agissait de trouver à chaque fois la typographie et la mise en forme adéquate de façon à ce que ces détails puissent prendre leur place logique.

Par exemple pour le Daily Prophet, journal récurrent, ils se sont inspirés du script pour en rédiger le contenu, mais parfois cela ne suffisait pas et les créatifs ont du aussi inventer des histoires à faire apparaître dans le journal. Une recherche titanesque, mais tout aussi intéressante, puisqu’elle a permis d’enrichir l’univers des films. De même pour les livres, les affiches, les déclarations officielles… Tous ces éléments furent créés en marge des livres et sans l’assistance de JK Rowling, ou d’un éventuel Pottermore, qui fit son apparition bien plus tard.

Cependant, l’auteur des livres leur vint parfois en aide comme par exemple pour la création de la tapisserie de la famille Black (que l’on peut voir dans le cinquième film). Elle leur permis de combler les vides et de rétablir un arbre généalogique cohérent (bien que tout ne soit pas inscrit dans les livres). Il y eut donc des échanges occasionnels et passionnants entre l’univers des livres en la personne de JK Rowling, et celui des films avec MinaLima. L’auteur visita notamment un jour leur studio pour que les créatifs puissent lui faire valider un livre de potions. Elle se prit d’une réelle affection pour cet objet et voulut l’avoir, mais dût attendre que l’agence termine de le réaliser. Elle l’emporta en le serrant fort dans ses bras, ce qui put rassurer les graphistes sur leur travail et attendrit toute l’équipe.

Un point important pour MinaLima : le fait de mixer le travail à la main avec le travail sur ordinateur. Ainsi, pour créer l’identité visuelle du film, le graphisme ne fut pas seulement assisté par des logiciels, mais aussi dessiné en amont, notamment pour la typographie, afin de lui donner plus de personnalité. Ce détail n’est pas forcement visible mais il rend la création plus émotionnelle… Et c’est la somme de tous ces détails qui a permis aux accessoires d’acquérir une vraie existence.

Thomas_Jedusor

La visite se finit dans la Grande Salle, où on peut revivre le bal des trois sorciers avec la célèbre robe rose d’Hermione Granger. Deux vitrines sont consacrées aux créations loufoques des jumeaux Weasley : sucreries, farces, jeux… Une estrade est aussi dédiée à la bataille de Poudlard qui clôturera parfaitement les 8 films de la saga.

MinaLima est aussi à l’origine de la création d’éléments moins graphiques comme la coupe de feu, tous les horcruxes ou le tourneur de temps. Il s’agissait non seulement d’en concevoir le design, mais aussi de savoir quels seraient les matériaux utilisés pour réaliser les accessoires, parfois même le processus de création de ces éléments.

Ils eurent à créer des accessoires issus du script, très importants dans l’histoire et ayant une place prédominante dans certaines scènes, mais aussi des accessoires appelés « background« , qui n’ont pas forcement une place de premier plan dans le film, mais qui doivent s’intégrer parfaitement dans le décor.

C’est la cas d’un jeu de plateau de Quidditch ou tous les éléments de la boutique des Weasley… avec une totale liberté de création ! Autant dire qu’il leur fallut très rapidement sortir d’une conception de design rigoureuse pour rentrer dans la tête des jumeaux, afin de rendre ces accessoires complètement fous. Il fallait remplir l’espace de trucs délirants, créés par l’imagination débordante des deux adolescents. Créer les blagues en ventes, sans règles, dans un monde de sorcier fut un travail passionnant et délirant que l’agence a accompli avec enthousiasme. Les livres ne mentionnaient que 7 à 10 produits ; ils durent en inventer beaucoup plus ! Cela donna lieu à des réunions abracadabrantes et des brainstormings très drôles, pendant lesquels une partie du staff imaginait des inventions, des tours… recherchaient des noms ridicules ! Certainement parmi les meilleurs moments de création.

Poudlard

Il semble évident en terminant l’exposition que JK Rowling a été plus que satisfaite du travail de conception visuelle effectuée sur le film, et Miraphora Mina et Eduardo Lima peuvent être fiers de leurs réalisations. Ils ont eut une chance incroyable de pouvoir travailler sur une production aussi riche qui leur a permis une telle liberté de création.

Les films ont aussi été une occasion pour eux de développer de nouveaux concepts, de nouvelles techniques, de se confronter à une technologie en perpétuelle évolution durant les 10 années de tournage de la saga. Ils soulignent d’ailleurs qu’ils sont très heureux qu’une telle exposition existe aujourd’hui, afin de pouvoir partager leur travaux avec les fans et leur permettre de se les réapproprier. On apprend ainsi que certains d’entre eux ont essayé de reproduire les accessoires du film, sollicitant les créatifs qui, curieux eux aussi du développement du fandom d’Harry Potter, ont pu leur donner des astuces.

Une rencontre passionnante dans une ambiance très décontractée, comme si nous discutions simplement entre fans de cet univers magique. Un moment de complicité sincère et en toute simplicité. On a notamment appris que MinaLima a été sollicité pour un prochain projet lié à l’univers d’Harry Potter, mais le script est encore un mystère.

Pour finir en beauté, un petit magasin propose baguettes magiques, écharpes et autres goodies dédiés à l’univers magique de JK Rowling. De quoi ravir petits et grands qui ne manqueront pas de repartir avec un choco-grenouille !


Alors verdict ?

Une visite rapide : une heure vous suffira pour faire le tour de toutes ces salles.

Je déplore aussi deux choses :

– le manque d’interactivité : on pouvait s’attendra comme pour l’exposition Star Wars proposée l’année dernière à un parcours plus impliquant pour le visiteur, où il aurait été possible de choisir sa maison et de repartir avec un petit bout d’aventure. – le jeu de Quidditch est très simpliste (envoyer le cognard dans les buts) et se destine à un jeune public. – l’univers magique d’Harry Potter aurait pu être plus exploité… ça manque un peu de magie. En définitive, on est plus confronté à un musée qu’à une expérience immersive comme nous avait habitué la cité du cinéma.

L’exposition n’exploite pas la postproduction des films alors qu’il aurait été intéressant de nous montrer l’envers du décor, ou le traitement des effets spéciaux.

Cependant, le but reste atteint et on ressort de l’exposition avec les yeux qui brillent,  comblé d’avoir pu revivre, pour un trop court moment, la magie de l’univers Harry Potter.

Pour prolonger l’expérience, nous vous recommandons vivement de réserver à l’occasion votre visite dans les studios d’Harry Potter à Londres !

Plus qu’une simple exposition, c’est une immersion totale dans le monde d’Harry Potter puisqu’il s’agit du lieu où les acteurs ont vécu durant toute la durée du tournage de la saga. Un espace gigantesque dédié aux sorciers où le visiteur se balade au milieu des décors. Tous les accessoires et costumes y sont présents.

Au cour de la visite, quelques expériences inédites sont proposées : – Cours de sort avec utilisation de baguettes magiques – Vol sur un balais – Dégustation de bière au beurre – Rencontre avec les créatures animées d’Harry Potter – Visite du chemin de traverse – Panorama merveilleux d’une maquette de Poudlard.

grande_salle phenix dumbledore Poudlard_Express_studio
hagrid sirene buck traverse

hogwart

Une visite qui vous fera frémir dès l’entrée avec une mise en scène incroyable. Chaque partie est accompagnée d’anecdotes ou d’informations croustillantes sur le tournage. La post-production est aussi largement mise à l’honneur avec des démonstrations et des explications sur les effets spéciaux.

La visite se termine par une immense salle, une sorte d’arrière boutique d’Ollivander, où chaque boite de baguette porte le nom d’un des participants des films, des acteurs aux figurants, en passant par le staff et les techniciens. … Et bien sûr, une immense boutique à faire pâlir les jumeaux Weasley !

boutique_harry_potter_studio

Un grand moment d’émotion et d’aventure à partager en famille ou entre amis !

Photos : Noucky Zan

1 Comment on this Post

  1. Bientôt l expo et j espère les studios sans tarder merci pour cet mise en bouche

    Répondre

Leave a Comment