Critique « Tom of Finland » de Dome Karukoski : vie et œuvre d’un dessinateur mal connu

Critique « Tom of Finland » de Dome Karukoski : vie et œuvre d’un dessinateur mal connu

Critique « Tom of Finland » de Dome Karukoski : vie et œuvre d’un dessinateur mal connu

Réalisation

Scénario

Casting

Summary:
Film audacieux et louable, "Tom of Finland" entend mettre en lumière la vie et l'œuvre du dessinateur finlandais éponyme. Sans être un coup de cœur, le film est plaisant.

67%

Bon

Le 19 juillet 2017 sortira dans les salles françaises Tom of Finland, un film relatant la vie et l’œuvre du dessinateur finlandais Touko Valio Laaksonen, spécialisé dans les dessins gays. JustFocus a vu le long-métrage avant sa sortie et vous en fait sa critique.

Le nouveau film de Dome Karukoski (Very Cold Trip, Heart of a Lion) sort des sentiers battus et aborde un thème peu traité dans les films grand public : le dessin érotique gay. Biopic sur la vie de celui qui signait ses œuvres « Tom of Finland », le film éponyme aux multiples nationalités (finlandais, danois, allemand, suédois et américain) surprend et ne fait pas que dans le suggéré.

Avec Pekka Strang dans le rôle-titre, qui se voit accompagnée de Lauri Tilkanen, Jessica Grabowski, Jakob Oftebro, Werner Daehn ou bien encore Þorsteinn Bachmann, le casting fait mouche et donne au film sa profonde sincérité. Sans être un coup de cœur de la rédaction, on ne peut que souligner la sincérité de l’oeuvre et le message louable dont ce film entend se faire l’écho.

Un biopic dramatique porté par une soif de vivre

Remettons les choses dans leur contexte. À l’époque où se déroule cette histoire, être gay reste quelque chose d’illégal en Finlande (jusqu’en 1971). Ceux qui s’y risquent encourent la prison. Le film débute alors que le pays est engagé dans la Guerre d’Hiver avec l’URSS. Après les combats la journée, ce sont à d’autres luttes (amoureuses et charnelles) que se livrent certains soldats le soir, dans l’obscurité des parcs.

15877248_tom-of-finland_ta33956db
Tom of Finland

Lorsque la guerre est finie, Touko rentre chez lui à Helsinki et retrouve une vie plus que rangée. Néanmoins, il continue de crayonner et affine peu à peu son trait vers des dessins homo-érotiques. Dépeignant ses fantasmes et surfant sur les stéréotypes liés à la masculinité, ses œuvres vont s’exporter aux Etats-Unis, terre de libertés, avant de connaître un succès retentissant dans la BD ou les expositions.

Tom of Finland est un film déroutant et surprenant. Le long-métrage fait le choix d’une certaine crudité dans ce qu’il montre. Les dessins et l’œuvre de Touko Laaksonen sont à l’honneur dans le long-métrage. Montrés tels qu’ils sont, c’est à dire érotiques, leur présence répétée à l’écran participe à donner au film cette dimension ancrée dans la réalité. Car en dehors de la présentation des illustrations de Tom of Finland, le film s’éloigne par moments du biopic sage et fidèle de ce personnage mal connu du grand public. En effet, on sent dans la narration et la façon de dérouler le récit une certaine liberté qui laisse la part belle au message louable que Tom of Finland entend véhiculer.

 

Un film porteur d’un beau message

Voilà ce qui plait avant tout dans Tom of Finland : la volonté d’inscrire ce film dans une universalité et en symbole. Dome Karukoski fait le choix audacieux de proposer un résultat non consensuel. Mieux : il insère son film à la fois dans le contexte de l’époque, au sein duquel l’homosexualité était toujours répréhensible dans certains pays (comme la Finlande) et fait écho à un contexte plus d’actualité au sein duquel la condition des homosexuels n’est toujours pas respectée selon les endroits (voire même complètement bafouée, comme en témoignent les récentes révélations du sort réservé aux personnes homosexuelles en Tchétchénie…).

b2e7318eac16f6e3a30621c84676e5c9

À travers la narration d’une partie de la vie et l’œuvre du dessinateur et peintre finlandais, le film se veut rassembleur. Si l’art de Tom of Finland a été l’objet de controverses (certains qualifiant son travail « d’œuvres de masturbation et non de contemplation », comme le galeriste Rob Meyer), il n’en reste pas moins que l’artiste avant-gardiste a participé à éclairer la communauté gay, et ses problèmes (le thème du sida y est abordé et le peintre s’engage via ses dessins plus tardifs).

Un documentaire avait retracé la vie de Touko Laasksonen peu avant sa mort. Il s’agit de Daddy and the Muscle Academy – The Art, Life and Times of Finland. Néanmoins, il semblerait que ce soit la première fois que l’homme et son travail se retrouvent projetés dans une œuvre de cinéma.

Tom of Finland est à retrouver sur grand écran dès le 19 juillet prochain. En attendant, découvrez dés à présent le teaser ainsi que, pour les plus curieux, quelques liens sur l’artiste.

 

Bande-annonce de Tom of Finland :

Dessins et travail de Tom of Finland :

https://www.taschen.com/pages/fr/search/tom-of-finland

http://tomoffinlandfoundation.org/foundation/N_Tom.html

Laissez votre commentaire