Critique « Terminator 2 : Le Jugement Dernier 3D » de James Cameron : Un rappel nécessaire

Critique « Terminator 2 : Le Jugement Dernier 3D » de James Cameron : Un rappel nécessaire

Critique « Terminator 2 : Le Jugement Dernier 3D » de James Cameron : Un rappel nécessaire

Mise en scène

Casting

Bande-son

Restauration

3D

Expérience de cinéma

Summary:
Expérience décuplée par la magie de la salle de cinéma, cette ressortie de Terminator 2 : Le Jugement Dernier permet de (re)découvrir une odyssée dantesque et inventive qui continue à être une source inépuisable d'aspiration.

90%

Excellent

En attendant de découvrir la suite d’Avatar le siècle prochain, Studio Canal a eu l’ingénieuse idée de ressortir en 3D ce monument d’action qu’est Terminator 2 : Le Jugement Dernier. Oeuvre symbole de la liberté exercée par un Cameron en pleine possession de ses moyens, le film n’aura jamais perdu de son impact et ce même 25 ans après. Mieux encore, il n’a de cesse de continuer à terrasser la plupart de ses héritiers.

 

Odyssée post-apo

Véritable modèle d’ingéniosité, le film demeure tout simplement une leçon de cinéma à l’ambition démesurément démocratique ; satisfaisant par là chaque catégorie préexistante de spectateurs possible allant de l’amateur néophyte de films d’action au cinéphile exigeant. Avec son nombre record de scènes d’action (magistrales), son casting, Cameron a réussi à insuffler une énergie infinie à un film qui ne cesse de pilonner émotionnellement son spectateur. Conte post-apocalyptique qui interroge notre propre moralité et qui se plait à inverser les codes (la rudesse maternelle se heurte au paternaliste angélique de la machine), Terminator 2 : Le Jugement Dernier nous renvoie à notre propre monde, pas moins désenchanté que ce futur délabré. Il rappelle par là que le film d’action demeure un terreau incroyable de réflexion et d’inspiration.

Du relief avant toute chose

Que vaut donc cette ressortie en 3D ? Même si elle confère une profondeur supplémentaire au film, force est de constater que le spectateur n’est pas aussi immergé que dans ses espérances les plus folles. On aurait espéré une immersion, voire une fusion, plus enthousiasmantes que cet addendum digital. Toutefois le lifting numérique, plus que réussi, suffit à légitimer cette restauration. Reste une expérience de cinéma tout de même incroyable qu’on ne boudera pas tant il fait du bien aussi bien à notre cinéphilie qu’à nos fantasmes primaires de spectateurs. 

Véritable pilier du genre, Terminator 2 : Le Jugement Dernier continue d’être une source inépuisable de fascination, de jubilation et d’inspiration pour tous. Maîtrisé de bout en bout par un James Cameron assuré, porté par un casting exemplaire et marqué par une narration terriblement efficace, le film n’aura pas pris une ride et ce même au bout de 25 ans, mettant à l’amende quasiment toutes les productions qui l’ont suivi. 

A (re)voir exceptionnellement ce jeudi 14 septembre pour une séance unique à 20h dans les cinémas Gaumont et ses partenaires.

 

Laissez votre commentaire