Critique « Spider-Man Homecoming » de Jon Watts : un retour très prometteur

Critique « Spider-Man Homecoming » de Jon Watts : un retour très prometteur

Critique « Spider-Man Homecoming » de Jon Watts : un retour très prometteur

Casting

action

Scénario

Réalisation

Summary:
La version MCU de celui qu'on appelle "Spidey" est réussie en tout points ou presque et apporte un vent de fraîcheur inattendu au super-héros le plus rebooté de ces dernières années.

80%

Très bon

C’est reparti ! Le tisseur de toiles de New-York revient sur grand écran pour sa troisième adaptation en 15 ans. Après Tobey Maguire et Andrew Garfield, place à Tom Holland pour incarner un Spider-Man rajeunit, différent mais aussi plaisant que ses prédécesseurs, si ce n’est plus. Spider-Man : Homecoming intervient dans la phase 3 de l’univers cinématographique Marvel, un an après son introduction dans Captain America: Civil War.

Quand Tony Stark allait recruter un nouvel atout pour affronter ses amis dans le film des frères Russo, on découvrait alors un Spider-Man version Marvel, jeune, fougueux et prometteur. Dans ce film sur l’homme araignée, Peter Parker possède déjà ses pouvoir et cherche encore sa place. Dans une interview exclusive accordée à JustFocus, Kevin Feige, le directeur des Studios Marvel, explique pourquoi la métamorphose de Peter Parker n’est pas montrée dans le film. L’histoire se concentre judicieusement sur ce que peut et doit faire l’adolescent avec ses capacités, dans un monde où les super-héros existent déjà. Ces super-héros, ce sont les Avengers : ils ont sauvé le monde 2 fois et Peter rêve de faire partie de l’équipe. Le jeune Parker est placé sous la surveillance de Happy, l’assistant de Tony Stark (interprété par le génial Jon Favreau) et la petite présence de ce dernier s’impose comme celle d’un père spirituel. Dans le film, Iron Man (Robert Downey.Jr) ne vole pas la vedette à Spider-Man mais il le suit attentivement, ainsi que l’évolution du Vautour : interprété par Michael Keaton. Ce nouvel ennemi construit un gang qui fabrique des armes à partir de la technologie alien, celle-ci étant restée dans les décombres de New York après les évènements d’Avengers. Lassé d’aider les vieilles dames, le jeune héros va alors vouloir se frotter à plus dangereux pour impressionner son nouveau mentor.

Une adaptation funky et sans faille 

Certes le film est toujours produit par Sony, mais quand la maison Marvel Studios prend la direction d’un personnage aussi phare que Spider-Man, elle s’applique à le rendre passionnant. Un intégration à l’histoire bien pensée amène en justesse l’avènement d’un méchant aussi cruel qu’intelligent. Et il faut tout le talent de Michael Keaton (Batman, Birdman) pour être crédible dans le rôle d’un Vautour machiavélique, bien armé et très déterminé. Côté lycée, on vit les pérégrinations de Peter Parker prit entre son meilleur ami geek et la fille qui le fait rêver. Autant de sujets qui, comme son secret partagé avec son ami, constituent une bonne partie du divertissement. Sans pour autant être remarquable, la réalisation de Jon Watts se trouve très efficace mêlant habilement les intrigues et l’action avec les codes du teen movie. Malgré une scène d’action finale assez brouillon, le résultat est satisfaisant et son héros grandissant. Enfin, quelque musiques rock dans l’esprit des gardiens de la galaxie rendra le tout très festif.

tony-stark-peter-parker

Tom Holland en parfait homme araignée

A la manière d’Elijah Wood pour le rôle culte de Frodon (trilogie Le seigneur des Anneaux), Tom Holland est allé chercher le rôle de Peter Parker. Déterminé comme personne, il a tout fait pour prouver aux producteurs qu’il serait idéal pour être le nouvel interprète du héros. Dans Spider-Man : Homecoming, Peter Parker n’a que 15 ans (Tom Holland en a 20 au moment du tournage), ce qui en fait un protagoniste moins responsable mais bien plus précoce que dans les versions de Sam Raimi et de Mark Webb. Entre l’humour toujours plaisant dans le style des films Iron Man et l’insolence agaçante de ses répliques, Tom Holland se livre de fort belle manière sans faire trop prétentieux ni trop naïf. On adore notamment son face a face avec Adrian Toomes alias « le Vautour » lors de la révélation de l’identité de ce dernier. Il y a déjà quelques mois, James Gunn (réalisateur des Gardiens de la Galaxie Vol.1&2) nous prévenait après avoir vu le film en projection privée que Tom Holland était le meilleur Spider-Man qu’il ait vu. Aussi attachant qu’étonnant, le jeune britannique séduit d’entrée de jeu et donne déjà envie de découvrir les prochaines aventures de l’homme-araignée.

A peine 2 mois après le second volume des Gardiens de la Galaxie, Marvel nous tient toujours en haleine, en attendant le feu d’artifice Avengers : Infinity war (sortie prévue pour 2018). Spider-Man : Homecoming prolonge parfaitement la story Iron Man et Avengers, avec une batterie de gadgets intégrés à la combinaison rouge et bleue donnant plus d’intérêts aux scènes d’actions qu’aux effets spéciaux. Tous les ingrédients sont présent dans cette version : rires, surprises, action et bonne intrigue.

Découvrez l’interview exclusive de JustFocus avec l’équipe du film.

Bande-annonce de Spiderman : Homecoming. Sortie le 12 juillet

 

Leave a Comment