Critique « En Liberté ! » de Pierre Salvadori : Une comédie dramatique cinglante d’hilarité

Critique « En Liberté ! » de Pierre Salvadori : Une comédie dramatique cinglante d’hilarité

Les critiques presse étaient incitatives sur le nouveau film de Pierre Salvadori. Indubitablement, il fallait voir En Liberté ! pour se faire son avis. Verdict ? On en ressort comme shooté à la vodka avec l’envie d’y revenir ! 

Chaque soir, Yvonne (Adèle Haenel), flic de profession, raconte à son fils la même histoire. Celle où son père, dans une excellente séquence parodique de films d’action, arrête à lui seul une bande de narcotraffiquants. Tout le monde pense que son mari, le policier Pierre Santi (Vincent Elbaz) est mort en héros deux ans auparavant. Yvonne vit ainsi son veuvage jusqu’à ce qu’une descente dans un club BDSM lui ouvre les yeux. Le réel s’ouvre devant elle comme un gouffre : Pierre Santi était un ripoux. 

Sous le choc, Yvonne décide d’expier ses fautes en secourant sa principale victime. Il s’agit Antoine (Pio Marmai), condamné injustement à huit ans de prison pour vol. Or si ce dernier vient tout juste de sortir, ces huit années ont visiblement atteint son psychisme. En effet, le gentil garçon est devenu borderline et furieux à l’idée d’accomplir le vol qu’il n’a pas commis. Yvonne le suit, avec le projet un peu flou de l’aider et sans lui dévoiler sa véritable identité. Elle se retrouve vite prise au piège entre sa complicité pour vol et son métier de flic. 

En liberté ! Un film riche en plans visuels poétiques

Une comédie dramatique burlesque

La structure scénaristique complexe d’En Liberté ! en fait une oeuvre riche, au risque de perdre un peu. C’est non seulement l’horreur d’une femme qui découvre qu’elle a vécu auprès d’un inconnu et la tragédie d’un homme survivant comme il le peut à une injustice. Mais c’est aussi celles des victimes collatérales : Agnès (Audrey Tautou) l’amoureuse d’Antoine, qui subit de plein fouet « La cruauté des victimes » et Louis (Damien Bonnard), collègue d’Adèle fou amoureux, qui se fait balader par ses sentiments. 

Au milieux de toutes ces histoires, se nouent et se dénouent des intrigues amoureuses entre les différents protagonistes dans un quadrilatère explosif. Les deux fauves principaux, qui ne savent plus qui ils sont, choisissent allègrement dans une fièvre joyeuse la rupture et le crime. Le film, presque sadique, sait pourtant poser sur ses personnages malmenés un regard tendre et juste qui les rend étrangement attachant. 

Porté par la performance des acteurs, cet équilibre subtil est atteint entre deux séquences de running-gags potaches, de braquage surréaliste et de scène de déclaration à double niveaux.

En liberté ! De la poésie avant toute chose

Ce film puzzle étourdit par ses incessants aller-retours entre le burlesque et le mélancolique, le macabre et le doux. (Très belle scène d’attente du retour d’Antoine le jardin d’Agnès). S’ensuit un étrange héroïsme entre les deux  protagonistes qui ne peuvent qu’aller aux bouts de leurs folies, provoquant des dégâts vis-à-vis des personnes qui les aiment.

Si le mélange de registre reste parfois sur-écrit et s’il existe certaines longueurs, la poésie vient tout sauver. Le dénouement se joue non dans la vie réelle, mais dans les histoires que chacun se racontent.  

Les séquences finales deviennent une célébration poétique de cette imagination comme refuge.  Une façon, pour les personnages principaux, de retrouver le vrai chemin de la vie. Ce film n’est pas une invitation à regarder la réalité en face. C’est au contraire une ouverture à la rêverie pour s’échapper d’un réel trop cruel et pour y trouver en elle, la vérité. 

En liberté ! est un film nerveux temporisé par la mélancolie, la justesse et l’humour des scènes. Un vrai plaisir à découvrir de toute urgence. 

Bande-annonce : En liberté ! 

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.