Critique « En Guerre » de Stéphane Brizé : le film politique coup de poing du moment !

Critique « En Guerre » de Stéphane Brizé : le film politique coup de poing du moment !

Note

Critique « En Guerre » de Stéphane Brizé : le film politique coup de poing du moment !

Réalisation

Histoire

Casting

Summary:
Stéphane Brizé est bluffant dans sa recherche d'équilibre entre réalité et fiction. En Guerre est puissant, brillant et jamais ennuyeux, grâce à un réalisme embelli par une mise en scène léchée.

77%

Après La Loi du Marché, Stephane Brizé revient avec un nouveau film social « coup de poing » porté par Vincent Lindon. Sélectionné au dernier Festival de Cannes, En Guerre est reparti bredouille. Critique de cette oeuvre profonde et puissante qui offre un de ses meilleurs rôles à Lindon.

Un film qui oscille entre fiction et documentaire

La première chose qui frappe dans En Guerre c’est son équilibre entre fiction et documentaire. Tel un équilibriste, Stephane Brizé va parvenir à trouver son rythme et son juste milieu fragile entre une vision très réaliste du sujet, et des apports fictifs pour marquer les esprits. Une danse complexe à trouver et surtout à conserver jusqu’à la fin de l’oeuvre. Si le film tombe trop dans la fiction, il perd de son intérêt, s’il est trop documenté, le film perd de sa portée, ne devenant qu’un exercice de documentation. Le cinéaste cherche à être au plus près des salariés en grèves, exténués, qui se battent pour leurs droits. La proximité avec le personnage de Vincent Lindon place le spectateur au plus près de ce groupe de rébellion, fatigué de voir défiler les refus de l’Etat et des grands patrons pour les aider.


Avec cette double approche, Stephane Brizé opte pour un parti pris réaliste. Ponctué de faux reportages télé, En Guerre est également agrémenté d’envolées cinématographiques stylisées grâce à une mise en scène impactante, un montage vif et une bande originale appuyée. Stephane Brizé sait comment donner du souffle à son histoire. Il prend des personnages fictifs mais raconte des faits très actuels. Film politique, En Guerre cherche à dénoncer les traitements inhumains des grandes entreprises à l’égard de leur salariés. Stephane Brizé prend parti du côté des salariés mais ne diabolise pas l’adversaire, les politiciens et les grands patrons. De même il ne magnifie pas ces salariés, mettant en avant des contradictions internes, des éléments perturbateurs, etc… La grande force d’En Guerre est son réalisme devant la situation sociale et politique actuelle de notre pays.

En Guerre est une oeuvre sans concessions 


Véritable claque, le film de Stephane Brizé prend le spectateur à la gorge. Les choix scénaristiques sont sans concessions. Presque fataliste, le réalisateur confronte le petit pouvoir de quelques salariés au rouleau compresseur d’une société injuste. Le pot de terre contre le pot de fer. Stephane Brizé démontre que pour obtenir réparation, les salariés doivent remuer ciel et terre. Un combat perdu d’avance qui ne finira pas bien. Stephane Brizé cherche à mettre en avant la terrible réalité de notre société qui stigmatise les plus pauvres et les plus faibles pour engraisser les plus puissants et les plus riches. En Guerre fait échos aux situations actuelles qui ne cessent de se multiplier : grèves, manifestations, blocages. C’est sa capacité à être si actuel qui donne toute son identité au film, qui se manifeste comme un échos du temps, mais également comme un avertissement : le peuple ne doit pas se laisser endormir. En Guerre est également ponctué d’une note d’espoir dans son approche de la solidarité, et démontre avec quelle capacité un groupe d’Hommes peut se soulever.

Stéphane Brizé est bluffant dans sa recherche d’équilibre entre réalité et fiction. En Guerre est puissant, brillant et jamais ennuyeux, grâce à un réalisme embelli par une mise en scène léchée.

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.