Critique « Les Veuves » de Steve McQueen : un thriller féministe brillant !

Critique « Les Veuves » de Steve McQueen : un thriller féministe brillant !

Note

Critique « Les Veuves » de Steve McQueen : un thriller féministe brillant !

Réalisation

Casting

Scénario

Summary:
Une réussite totale notamment grâce à des portraits de personnages passionnants.

80%

Brillant

User Rating: 0 (0 votes)

Steve McQueen, après son Oscar pour 12 Years a Slave, est de retour dans un genre qu’il n’avais pas encore abordé : le thriller. Pour l’occasion il s’entoure de Gillian Flynn, le scénariste de Gone Girl, et d’un casting renversant composé de Viola Davis, Michelle Rodriguez, Colin Farrell, Daniel Kaluuya, Robert Duvall et Liam Neeson entre autres. Les Veuves est incontestablement un thriller très réussit. Critique !

Un vrai film féministe qui ne s’étiquette pas comme tel

Souvent, ce qui fait rater les films féministes, c’est son étiquette de film féministe justement. Lorsque les studios reposent leur communication en insistant sur le fait que ce soit un film de femmes. Les derniers exemples en date restent le reboot de Ghostbuster et bien évidemment Ocean’s 8. Malheureusement ceux-ci étaient un amoncellement de clichés féminins, à tel point que ces films n’avaient justement plus rien de féministe. La palme revient à Ocean’s 8 qui accumule les stéréotypes sur les femmes. Ici, dans Les Veuves, rien de tout ça. Steve McQueen promet un thriller, avec des femmes, rien de plus. Et le rendu final est en adéquation avec cette promesse. Les clichés sont mis au placard, et ces portraits féminins sont passionnants.

Aidé par son quatuor imposant : Viola Davis, Michelle Rodriguez, Elizabeth Debicki et Cynthia Erivo (Sale temps à l’Hotel el Royal), Steve McQueen dresse le portrait de ces quatre femmes sans une once de clichés. Des figures féminines fortes, qui s’éloignent des stéréotypes pour créer des protagonistes indépendantes et réalistes. La mécanique du film est passionnante. Steve McQueen, dès le début, puis avec parcimonie au cours de son histoire, remplace subtilement ou violemment, les hommes par les femmes. Ces dernières qui vivent au bras de leur mari, doivent s’affranchir, et agir avec conviction. C’est ce remplacement intelligent qui donne son côté féministe à Les Veuves. Ici pas besoin des hommes, les femmes retroussent leurs manches et démontrent leur capacité d’adaptation, leur intelligence et surtout leur courage. Dans cette histoire, les hommes ne sont que des silhouettes dangereuses ou rassurantes, largement éclipsées. Et ce dès le début avec la mort d’une grande partie du casting masculin. Le message est passé. Cela continue avec la domination féminine sur de nombreux personnages masculins, même là où on ne l’attend pas. Reste des personnages secondaires passionnants, notamment le gangster violent sous les traits de Daniel Kaluuya impérial, ou le politicien véreux interprété par Colin Farrell toujours très précis. Enfin on a un Robert Duvall vieillissant qui n’a pas perdu de sa superbe.

Une intrigue relativement lente au service des personnages

Finalement l’histoire est relativement classique. Une histoire de deuil, de survie, suivit d’un casse qui forcément tournera mal. Rien de bien nouveau. Mais la mise en scène de Steve McQueen a une classe folle. Il parvient à trouver le juste milieu entre une approche très « auteur » qu’il couple avec une vision très populaire. C’est cette force qui permet à Les Veuves de voir large, de séduire un public hétéroclite. Le rythme est lent, mais les embardés d’action sont passionnantes, les dialogues sont rythmés, mais leur mise en scène est toujours inventive, etc… Bref Steve McQueen a une vision personnelle et superbe qui sert le portrait de ses personnages.

Bien évidemment Les Veuves est aussi une histoire de vengeance froide et précise. Un thriller imposant et parfaitement maîtrisé qui dispose ça et là des détails et des éléments du scénario qui devraient apporter des réponses au dénouement. Dans une approche anxiogène, Steve McQueen distille quelques instants de violence abrupts et surtout une direction artistique parfaite. Il n’a rien à envier aux grands Michael Mann et Martin Scorsese dont il applique les codes et la pâte sans recopier bêtement. Les Veuves est d’une maîtrise technique et artistique impressionnante. Reste peut-être un dernier twist légèrement bancal rattrapé par un plan final terriblement touchant.

Steve McQueen signe un thriller précis, féminin et brillant. Les Veuves est ce qu’aurait pu être Ocean’s 8, un long métrage qui dresse des portraits féminins passionnants et non stéréotypés. Une réussite totale qui remet les femmes sur le devant de la scène dans un univers violent et anxiogène jusqu’à un twist final inattendu. 

 

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.