Chill & Cult : Découvrez « Haute Couture » sur Netflix

Chill & Cult : Découvrez « Haute Couture » sur Netflix

Chill & Cult : Découvrez « Haute Couture » sur Netflix

Scénario

Casting

Réalisation

Summary:
Haute Couture dispose de deux (très) bons acteurs et d'un univers atypique. Ca n'est malheureusement pas suffisant pour obtenir l'attention de son public tout au long du film...

60%

Une sublime réalisation face à un scénario oiseux

Disponible sur Netflix, Haute Couture présente une étrange fusion du drame et de la folie. Adapté du roman éponyme de Rosalie Ham, le film nous ramène en 1951 à Dungatar, en Australie. Après avoir vécu de nombreuses années en Europe, Tilly Dunnage, couturière talentueuse, décide de retourner dans la ville où elle a vécu ses 10 premières années. Son but ?  Découvrir si l’exil auquel on l’a condamné si jeune pour un meurtre était légitime. Son retour sera alors synonyme de vengeance et inévitablement de retrouvailles.

Une réalisation pour le moins originale

Commençons par le casting qui s’avère inattendu ! Jocelyn Moorhouse, la réalisatrice, a mis en tête d’affiche Kate Winslet dans le rôle de Tilly Dunnage. Outre cette maturité qui lui va si bien, l’actrice témoigne d’une prestation qui fait partie des atouts du film. Quant à celui qui l’accompagne intimement à l’écran, nous ne sommes évidemment pas déçus de voir à nouveau Liam Hemsworth, le bel homme issu d’Hunger Games et frère de Chris Hemsworth. Bien que Kate ait 40 ans et Chris 26, une certaine alchimie colle plutôt bien à ce couple des années 50.

La réalisation au style décalé du film tend à nous perdre par moment, c’est pourquoi à la vue de ces deux acteurs notre attention réapparaît de temps à autre. Lors de ces « autres » moments d’immersion, ce sont les costumes qui rayonnent. Il faut avouer que fidèlement au nom du film, Haute Couture nous livre des pièces d’une classe sans pareille. Les matières se succèdent et les couleurs jaillissent pour créer des pièces somptueuses dignes du festival de Cannes. 

Jocelyn Moorhouse a simplement (non sans excentricité) osé allier deux environnements hétérogènes : ceux de la campagne et du luxe. Et étonnamment, ça plaît ! Cet univers chic/rustique déroute mais intrigue. Si l’on creuse un peu, on peut même interpréter ce rapport à la couture comme une allégorie d’un meurtre cousu de toute pièce. Ou encore, de la relation de Tilly et sa mère décousue de liens complices.

Une surcharge d’intrigues ? 

Ce drame aux allures de western constitue un scénario parfois oiseux. Plus précisément, trop de sujets sont abordés et perdent le spectateur. Une vendetta grandissante, un meurtre dont on ne connaît l’assassin, une passion talentueuse pour la couture, quelques histoires d’amour naissantes, un transsexualisme occulté, un viol silencieux, une mère cinglée et cynique, des décès brutaux… Clairement, il arrive qu’on se demande à quel genre de film nous sommes en train d’assister. Est-ce un film d’action ? Un thriller ? Une romance ? Eh non, en fait, il s’agit d’un drame.

Si certaines scènes semblent réalistes, elles deviennent soudain théâtralisées jusqu’à tomber dans le cocasse. Des personnages paraissent même tout droit sortis d’une bande-dessinée absurde ! Tandis que le scénario met en avant un amas d’histoires cachant un réel fond tragique, les musiques exagèrent quelques situations. Parfois, Haute Couture prend des allures d’une réalisation de Kirk Jones et particulièrement Nanny McPhee, c’est dire… 

Haute Couture brille par ses deux protagonistes et son univers étrangement pétillant. D’ailleurs, il nous a semblé éclairé de vous conseiller de regarder ce film dans sa version originale. Pour cause, la voix française de Kate Winslet lui enlève toute la sensualité qui l’habite… Quant à l’histoire en elle-même, sa surcharge ne lui permet pas de marquer les esprits pour rester en tête. 

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.