Critique « Capitaine Superslip » de David Soren : quand l’absurdité rejoint la réalité

Critique « Capitaine Superslip » de David Soren : quand l’absurdité rejoint la réalité

Critique « Capitaine Superslip » de David Soren : quand l’absurdité rejoint la réalité

Réalisation / Animation

Scénario

Doublage

Summary:
"Capitaine Superslip" est très accessible, drôle et cherche en même temps à faire passer certains messages (comme par exemple l'importance du rire). Une belle réussite de David Soren, malgré de minimes faiblesses scénaristiques qui ne gâchent en rien l'expérience du film !

83%

Une réussite

Humour, slip et amitié sont les maîtres mots pour décrire Capitaine Superslip, l’une des nouvelles productions DreamWorks et 20th Century Fox présentée lors de la 41ème édition du Festival International du Film d’Animation d’Annecy ! C’est devant une salle très en forme que le film de David Soren a été diffusé et a remporté un grand succès auprès du public comme de la critique. George et Harold, les fameux créateurs du Capitaine Superslip, le héros d’une bande dessinée de leur invention sont deux élèves farceurs, qui s’attirent les foudres du directeur de leur école, Mr Kupp, bien décidé à briser leur amitié en les plaçant dans deux classes séparées. Pour éviter que cela arrive, les deux garçons hypnotisent Mr Kupp : il devient alors le fameux Capitaine Superslip, affublé d’une cape rouge et d’un slip blanc. Le film offre alors des scènes absolument tordantes ainsi que les superbes images d’une amitié résistant à toute épreuve. 

 

L’humour au centre de tout

underpantsba1S’il y a bien une chose dont nous sommes sûrs, c’est que Capitaine Superslip est un film qui cherche à faire rire par tous les moyens possibles et imaginables. En majorité, on retrouve des blagues d’un niveau assez bas, mais qui sont tellement assumées qu’elles en deviennent simplement géniales : qu’il s’agisse de la dégaine de Superslip ou encore du véritable nom du grand méchant du film (que nous ne révélerons pas), l’absurdité des choses les rend amusantes plus que ridicules. Les amateurs de second degré ne trouveront probablement pas leur bonheur tout le long du film, mais pourront peut-être découvrir de quoi rire devant certaines remarques sur l’actualité. En effet, si Capitaine Superslip joue beaucoup sur les blagues enfantines voire scatologiques, le film s’autorise quelques remarques humoristiques sur des problèmes plus adultes, par exemple sur la baisse des subventions pour la culture ou encore les faibles revenus du corps enseignant.

Le personnage de Capitaine Superslip participe beaucoup à l’aspect comique du film, notamment grâce au comique de situation. Etant en vérité le directeur de l’école et non un véritable super-héros, il se retrouve dans des situations inattendues dont il se sort sans vraiment savoir ce qu’il fait. De plus, sa dégaine de héros en slip et cape rouge a tout pour faire rire. Il faut bien l’avouer, et son entraînant « Tra-la-laaa » comme cri de guerre a déclenché de nombreux fous rires ! Toutefois, comme tout cet humour reste toujours à un niveau bas et enfantin, il est possible qu’au bout d’une heure et demie, certains trouvent les blagues un peu lourdes et finissent par être un petit peu déçus.

 

L’amitié au cœur de l’œuvre

La majeure partie du film reste concentrée sur George et Harold, ces deux amis inséparables qui vont jusqu’à hypnotiser le directeur pour ne pas être dans des classes séparées. captain_underpants_m.denolle_1À plusieurs reprises, ils montrent que l’amitié est essentielle pour se sortir de mauvaises situations. On le voit notamment lors d’une scène à la fin du film où l’amitié et le rire sont clairement la force de ces personnages. C’est ici cependant que l’on relève une petite faiblesse scénaristique : les deux enfants sont bien plus développés que Capitaine Superslip et leur amitié devient alors presque plus intéressante que le héros absurde qu’ils ont créé. Si leur relation est effectivement très belle et que ces personnages sont très attachants, il nous est un peu resté en travers de la gorge de ne pas voir Capitaine Superslip plus exploité que cela.

Ce que nous avons le plus apprécié dans ces personnages, ce sont les multiples farces qu’ils mettent en œuvre pour faire rire les autres élèves et pour énerver Mr Kupp. On retrouve bien ici l’imagination sans limite des enfants et cela nous permet à nous-même de retomber un moment en enfance. Pour George et Harold, le rire est l’une des choses les plus importantes de leur vie et il est très beau de voir comment, avec cet état d’esprit, ils luttent ensemble pour que l’amusement ne s’arrête jamais.

Pour conclure cette critique, nous souhaitons apporter une mention spéciale à Kevin Hart, Ed Helms, Thomas Middleditch et Nick Kroll pour la qualité du doublage des quatre personnages principaux ! Sans eux, Capitaine Superslip n’aurait pas été ce film tordant et touchant que nous avons découvert lors du Festival d’Annecy. Le film fait déjà un carton aux États-Unis et est prévu dans les salles obscures françaises dès le 4 octobre 2017 !

 

Bande-annonce – Capitaine Superslip

Leave a Comment