More
    More

      Critique « Battle of the Sexes » de Jonathan Dayton et Valerie Faris : Féministe, tendre et sensoriel

      Les biopics sur fond de court de tennis ont la cote en cette fin d’année 2017. Après la confrontation Borg / McEnroe, voilà qu’arrive dans nos salles Battle of the Sexes. Réalisé par Jonathan Dayton et Valerie Faris (Little Miss Sunshine), Battle of the Sexes est une histoire touchante, élégamment réalisée et parfaitement interprétée. Coup de chance, ce film arrive en pleine période de prise de conscience concernant les inégalités hommes / femmes. Un timing parfait qui devrait permettre à ce film de se faire une belle petite place en cette fin d’année. Focus !

      Une réalisation sensorielle, proche des émotions 

      Battle of the Sexes est un biopic qui se démarque par sa réalisation. Plutôt que de se raccrocher aux faits (comme le font beaucoup de biopics), cette histoire se veut très proche des personnages et de leurs émotions. Nous pouvons ressentir les tourments intérieurs de Billie Jean King (Emma Stone) sans même qu’elle ait besoin de les verbaliser. Tout est dans la suggestion de la sensation éprouvée. Ainsi, les réalisateurs utilisent avec brio la méthode cinématographique du « show don’t tell » (« montrer au lieu de dire ») et ne tombent pas dans le piège classique de la sur-explication. Cet aspect sensoriel se ressent notamment par la proximité physique que la caméra entretient avec les personnages dans les moments importants. Cela se ressent également par l’utilisation de la musique, qui semble parfois destinée à hypnotiser le spectateur, comme quand Billy Jean King se retrouve déstabilisée. 

      La proximité avec les personnages et leurs émotions permet d’ailleurs un développement intéressant de chaque figure présentée dans le film. Billie Jean King est bien évidemment au centre de ce développement psychologique. Femme forte et fragile, elle incarne les évolutions des pensées qui ont été nécessaires pour rendre la société un petit peu plus équitable. Son adversaire Bobby Riggs (Steve Carell) jouit également d’un traitement psychologique intéressant et approfondi. Personnage aussi grandiloquent que provocateur, il n’en est pas moins un homme sensible et intéressant à découvrir. Le rapprochement que le film nous propose avec les personnages permet de développer des protagonistes forts et complexes, s’éloignant au maximum des clichés qu’ils auraient pu être dans l’histoire. Cette écriture des personnages est d’ailleurs sans conteste le point le plus réussi du film (on y reviendra !). 

      Si l’on devait trouver un seul défaut de réalisation, cela concernerait probablement le match final entre Billy Jean King et Bobby Riggs. Bien qu’il soit correctement mis en scène, il faut admettre que celui-ci atteint laborieusement la puissance émotionnelle qu’il devrait avoir. Ce genre de match représente toujours l’apothéose d’un film et, malheureusement, les émotions ressenties ne sont pas aussi puissantes qu’elles le devraient durant cette séquence. Toutefois, cela reste anecdotique et ne ternit en rien le visionnage de ce film. 

      Des personnages complexes formidablement écrits

      Battle of the Sexes aurait facilement pu tomber dans le piège d’une confrontation manichéenne entre les gentil(le)s féministes et les méchants machos enfermés dans leurs carcans patriarcaux. Fort heureusement pour nous, il n’en est rien ! 

      Les personnages vont au-delà des stéréotypes et évoluent chacun intelligemment lors de l’histoire. On pense évidemment à Billie Jean King, mais paradoxalement, il ne s’agit pas du personnage le plus intéressant à analyser. Bobby Riggs s’avère être un cas d’étude bien plus passionnant. Bien qu’il soit le stéréotype suprême du macho, ce personnage n’est pas présenté comme un réel antagoniste. Il est certes l’adversaire à battre à tout prix, mais il n’est pas un homme aussi détestable qu’il en a l’air. Bien au contraire, malgré tous ses défauts indéniables, il s’avère être un personnage complexe, sensible, torturé et même assez attachant. 

      Autre personnage particulièrement attachant et bien écrit : Larry King (Austin Stowell). Le mari de Billy Jean King est probablement le personnage le plus mature de toute cette histoire, malgré les souffrances que peut lui infliger son épouse. En effet, bien que Billy Jean n’ait pas la volonté de faire souffrir son mari, elle le fera de plusieurs manières. Cependant, Larry reste d’une patience et d’une sagesse exemplaires face à toutes ses souffrances, conscient que sa femme subit des pressions particulièrement fortes. Les personnages nous procurent un véritable sentiment de proximité avec eux, permettant une empathie bien plus développée que dans beaucoup d’autres films. Quoi de plus normal finalement, lorsqu’on est à l’origine de l’excellent Little Miss Sunshine, déjà remarqué pour ses personnages aussi drôles qu’attachants

      Battle of the Sexes est un biopic intelligemment réalisé et aux personnages particulièrement attachants. Facile à regarder, ce film vous fera passer un bon moment tout en vous faisant découvrir une histoire trop peu connue du grand public. Filez donc découvrir Battle of the Sexes ce mercredi dans les salles obscures ! 

       

      Bande-annonce Battle of the Sexes

      0
      Robin Uzan
      Journaliste, photographe et réalisateur indépendant, écrire pour Justfocus est un de mes plus grands plaisirs. Bonne lecture !

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.