Critique « A Taxi Driver » de Jang Hoon : le meilleur film de l’année ?

Critique « A Taxi Driver » de Jang Hoon : le meilleur film de l’année ?

Critique « A Taxi Driver » de Jang Hoon : le meilleur film de l’année ?

Réalisation

Scénario

Casting

Bande-Son Original

Summary:
En 1980, un journaliste allemand travaille au Japon pour une chaîne de télévision allemande. Au mois de mai de la même année a lieu, en Corée du Sud, le soulèvement de Gwangju. Ce mouvement, principalement étudiant et syndical, s’oppose à la dictature de Chun Doo-hwan, mise en place après l’assassinat de Park Chung-hee. Il décide alors de se rendre dans le pays. Il prend un taxi de Séoul à Gwangju et filme tout ce qu’il voit. Son retour jusqu'à Séoul sera éminemment compliqué puisqu'il lui faudra échapper à la surveillance...

100%

Chef-d'oeuvre

Paris, lundi 24 octobre 2017. Le Festival du Film Coréen ouvre ses portes. Et avec en ouverture pour sa première projection en France, le film A Taxi Driver du réalisateur Jang Hoon, le Festival s’offre un hit dans son pays natal (pas loin de 12 millions d’entrées selon les organisateurs du festival !). Surprise : c’est peut-être bien le meilleur film de l’année. Attention, véritable chef-d’oeuvre.

On a beau retourner toute l’affaire dans notre tête, on a du mal à voir quel film sorti cette année pourrait rivaliser avec l’expérience saisissante et bouleversante qu’est A Taxi Driver. A part peut-être La La Land (et encore). Drôle, émouvant, violent, prenant, magnifique, A Taxi Driver est l’exemple même de ce que l’on peut appeler un film parfait. Il n’y a presque pas de défaut. Après nous avoir livré le meilleur blockbuster d’été de l’année 2016 (Coucou Le Dernier Train pour Busan), on peut se demander si le cinéma coréen ne vient pas de livrer le meilleur film de 2017. 

Mais tout d’abord qu’est-ce que A Taxi Driver ? C’est un film sur une partie de l’histoire Coréenne méconnue en Europe, qui suit l’histoire d’un chauffeur de Taxi un peu niais, qui, pour pouvoir payer son loyer, accepte de transporter un journaliste allemand à Gwangju. Problème : ce lieu est le théâtre d’un soulèvement réprimé de manière extrêmement violente. En effet, le film se passe après l’assassinat du président Park Chung-hee, qui poussa le gouvernement militaire à prendre le pouvoir. Cela provoqua de nombreux soulèvements populaires, le plus radical étant à Gwangju. Le film démarre pourtant comme une véritable comédie. Portée par le potentiel comique absolument hilarant de Song Kang-Ho, cette première partie est à rire aux éclats. Cependant, l’histoire prend un ton beaucoup plus tragique et finit par se tourner vers le thriller. Jang Hoon nous livre donc un véritable récit initiatique. Celui d’un personnage modeste, refusant de voir la vérité avant de l’accepter, s’adaptant ainsi à son époque : les années 80. De voir qu’une telle violence ait pu se passer à une époque aussi proche de la nôtre, peut laisser songeur alors que le débat sur l’État d’Urgence fait rage…

Le film est cadré d’une main de maître. Le cinéaste varie les techniques cinématographiques et arrive à focaliser l’image sur de petits détails. La violence est esthétisée sans en atténuer le côté radical et destructeur, par le biais notamment, de nombreux ralentis. Chaque vie perdue a un impact réel sur le spectateur, chaque balle tirée fait sursauter, chaque course-poursuite met le spectateur sur les nerfs, tous les gags font mouche. Bref, un film qui offre une palette d’émotions sans limites.

Enfin, pour ceux qui critiqueraient le film sur le fait qu’il ne propose rien politiquement parlant : est-ce le sujet du film ? La réponse est non. Le sujet du film est de rappeler un épisode historique, tragique et méconnu de l’histoire contemporaine. C’est un drame puissant, drôle et émouvant. Un film provoquant des sensations dignes d’une montagne russe. Le visionnage de A Taxi Driver est l’une des meilleures expériences qui soient, car il rappelle une certaine idée de cinéma : celle des grands classiques hollywoodiens. A Taxi Driver pourrait être un grand classique du cinéma américain. Mais il n’est pas américain. Ce qui fait de lui d’ores et déjà un classique du cinéma mondialUn film qui marquera sans aucun doute son époque.

Il y a encore plein de choses (s’il y en a plein, il y en a plusieurs, donc choses) à dire sur A Taxi Driver. Mais contentons-nous de l’essentiel. A Taxi Driver est un film qui prend au tripes et qui laisse le spectateur groggy. En soi, tout ce que l’on attend d’un grand film. A Taxi Driver en est un. Il est même plus que ça. Il est sans aucun doute un chef-d’oeuvre absolu. Un classique instantané faisant clairement partie des meilleurs films que l’on pourra voir cette année.

 

Bande-annonce A Taxi Driver :

Laissez votre commentaire