Annecy 2018 – « Insect » de Jan Scankmajer : le surréalisme du stop-motion

Annecy 2018 – « Insect » de Jan Scankmajer : le surréalisme du stop-motion

Note

Annecy 2018 – « Insect » de Jan Scankmajer : le surréalisme du stop-motion

Réalisation

Animation

Scénario

Personnages

Summary:
Le stop-motion est un art sublime qu'il est bon de ramener sur le devant de la scène.

78%

Un ovni

Annecy nous a offert la projection exceptionnelle d’Insect. Film slovaque de Jan Scankmajer, l’histoire raconte la lente transformation d’acteurs de théâtre en insectes. Film totalement absurde qui utilise le stop-motion, Insect est une œuvre surréaliste et passionnante.

Le making-of à l’intérieur même du film

Jan Scankmajer aborde son film avec beaucoup d’imagination. Il compare la littérature et le cinéma, et affirme, puisque les écrivains ont leur préface, il devrait être de même pour les cinéastes. Ainsi Insect débute avec Jan Scankmajer qui nous explique, avec humour, la genèse de son film. Il affirme avec autodérision que son film ne veut rien dire, et que ses personnages sont dénués de psychologie, de simples pantins au service d’une histoire surréaliste. Entrecoupé de scènes du film, Jan Scankmajer va continuer cet envers du décor. Il va présenter ses secrets de fabrication. Ici une scène qui présente la direction des acteurs, là une autre qui montre la fabrication des effets spéciaux en stop-motion et enfin ici l’utilisation des insectes et de différents subterfuges. Les scènes du film et les apartés se répondent dans un joyeux ballet. En plus d’assister à cet ovni cinématographique le spectateur a une idée de sa conception. Le cinéaste utilise des maquettes, des accessoires en tout genre, et des techniques de réalisations passionnantes. Grandiose.

Le stop-motion : la plus belle des inventions

Le stop-motion consiste à donner l’illusion de voir des objets s’animer. La technique est là même que celle des dessins animés. Entre chaque prise de vue, pouvant enregistrer une photographie sur une pellicule cinématographique, l’objet est déplacé, ce qui donne l’effet de mouvement. C’est James Stuart Blackton qui l’imagine en 1897 mais c’est bien évidemment le grand Ray Harryhausen le maître en la matière. Jan Scankmajer est lui aussi très réputé dans l’utilisation du stop-motion. On se souvient de sa relecture superbe d’Alice au pays des Merveilles en 1988 dans laquelle il confrontait la petite fille à des apparitions démoniaques et féeriques en stop-motion. Aujourd’hui Wes Anderson est encore très friand du stop-motion de même que les studios Aardman Animations notamment derrière Wallace et Gromit.

Dans Insect c’est pareil. Jan Scankmajer utilise les même méthodes. Les animations sont superbes et détaillées au sein même du film. Avec beaucoup de style, Jan Scankmajer transforme doucement ses personnages en insectes. Il reprend également cette marque de fabrique qui est de faire des gros plans sur les bouches de ses personnages. Cela fonctionnait à merveille dans Alice et fonctionne de nouveau parfaitement ici aussi. Au plus proche du personnage, Jan Scankmajer cherche à apporter un mal-être consécutif de ces gros plans. Une bouche humaine n’est pas très ragoûtante. C’était d’ailleurs Sergio Leone qui utilisait cette technique dans Il Etait une Fois la Révolution. Bref, Insect est un ovni superbe, qui oscille entre images féeriques et cauchemardesque, un rêve éveillé.

Insect est une œuvre absurde dans une univers fantasmagorique et surréaliste. Le stop-motion est un procédé encore aujourd’hui très séduisant qui offre autre chose à voir.

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.