[Review] Axolot volume 4, un best-of graphique

[Review] Axolot volume 4, un best-of graphique

Note

[Review] Axolot volume 4, un best-of graphique

Dessins

Scénario

Edition

Summary:
La vérité dépasse à nouveau la fiction.

63%

La série Axolot continue… Le blog Patrick Baud en est au quatrième volume et il est toujours publié chez Delcourt.

 

Un feu d’artifice visuel

 

En feuilletant ce volume, le lecteur peut être dérouté par un mélange graphique et stylistique. Il ne s’agit pas d’une histoire mais différents auteurs racontent des histoires en laissant s’exprimer leur style. Graphiquement, notre regard erre entre les dessins très abstraits de Yannick Grossetête, des dessins plus réalistes d’Aseyn et même une histoire très manga de Baptiste  ou très BD d’humour avec Fabien Toulmé.

Drôles de guerre par Yannick Grossetête

La réalité dépasse la fiction

 

On parcourt le temps et le monde mais toutes ces histoires ont une base réelle. Cette très bonne idée rend l’ensemble des séries encore plus étranges. On croise des évènements, des lieux ou des vies surréalistes bien que réels : un Japonais a survécu à deux bombes nucléaires, la découverte du mécanisme antique d’Anticythère… Le lecteur est parfois content de quitter un récit – comme avec le troisième récit assez insipide d’Océane Sandon et d’autres fois déçu que la correspondance arrive – comme l’ensemble des courts récits sur ces guerres absurdes. Cependant, ces aventures réalistes forment une divagation poétique. La guerre des émeus est un élément d’une série amusante sur les guerres idiotes. La guerre du seau est tout aussi drôle et encore plus avec les dialogues version boloss.

Fabien Toulmé

Qui écrit quoi ?

Les histoires ont une longueur très variable avec une simple page un très bon récit au long cours comme Le viking vagabond. L’ensemble des histoires est de qualité – Cher ami qui parodie Le jour le plus long ou les images animalières du cabinet de curiosités assez répugnantes. Chaque récit commence et se termine par l’auteur du blog. Ces textes questionnent : est-ce son seul apport ? Delcourt le crédite parfois comme scénariste.

Forcément inégal, on ferme ce volume avec plaisir car une grande partie des histoires est déroutante. C’est un voyage très agréable sur le blog mais il est compliqué de savoir en quoi l’édition papier apporte un plus. Cependant, Patrick Baud réussit à rassembler un nouvel album intéressant et l’épuisement n’est toujours pas présent à la fin de ce quatrième tome.

Laissez votre commentaire