Critique « Sons of Anarchy » tome 1 : un superbe retour en comics

Critique « Sons of Anarchy » tome 1 : un superbe retour en comics

De septembre 2008 à décembre 2014, les motards ont animé le petit écran. La série Sons of Anarchy de Kurt Sutter, Art Linson et James D. Parriott est parvenue à trouver son public. Notamment grâce à la présence de Ron Perlman et Charlie Hunnam dans les rôles titres. La série a tellement bien marché qu’une série dérivée a vu le jour : Mayans M.C. Mais ce n’et pas tout puisque Jax et sa bande sont revenus dans les comics. Juste après la fin de la série, Damian Couceiro (illustration) et Christopher Golden (scénario) ont créé leur saga, mais en comics.

Un respect total à la série Sons of Anarchy 

Damian Couceiro et Christopher Golden ont totalement respecté la saga d’origine. Les Sons of Anarchy sont bien de retours presque en chaire et en os. Parce que les dessins de Damian Couceiro sont extrêmement ressemblants. Le lecteur a l’impression de retrouver ses acteurs fétiches dans le creux de sa main. Clay Morrow, interprété par l’immense Ron Perlman, est toujours dans le monde des vivants, même s’il prend ses distances avec le club, tandis que c’est Jax (Charlie Hunnam) qui dirige l’équipe. On retrouve également Tig (Kim Coates), Filip (Tommy Flanagan), Bobby (Mark Boone Junior) et bien d’autres. Les dessins de Damian Couceiro sont incroyables de réalismes. Quant aux caractères extravagants et hétéroclites de cette joyeuse bande, ils sont également en accord avec ceux de la série. Bref Sons of Anarchy version bande dessinée est d’un respect total au support télévisé.


Les histoires mises en place sont elles aussi dans la lignée des scénarii de la série TV. Christopher Golden a compris l’essence même de la série et de ses personnages et retranscrit les mésaventures des Sons. Encore des histoires de gangs, de vente, de respect, de loyauté et de vengeance. Les thématiques sont les mêmes, racontées avec la même ambiguïté entre une violence dantesque et une forme de respect propre à ces mafieux. Le code d’honneur est toujours présent. Le comics est très rythmé à travers une course poursuite rondement mené, et surtout un déferlement de violence. L’hémoglobine coule à flot, tandis que l’ambiance de la série est parfaitement retranscrite. Dans ce premier tome de 176 planches, alors que Tig, détruit par le meurtre de sa fille, rêve de vengeance, la fille d’un membre des SOA, mort il y a peu, se réfugie au club pour obtenir de l’aide. Sa tête est mise à prix depuis qu’elle a découvert un vaste réseau de pornographie pédophile. SAMCRO devra jouer des coudes et de ses relations pour aider Kendra à rejoindre Tacoma saine et sauve. Une histoire inédite qui se situe pendant la saison 5, quand Clay tente de récupérer la présidence du club.

Bref cette incursion des Sons of Anarchy dans le monde de la bande dessinée est très réussie. A tel point que Damian Couceiro et Christopher Golden en sont actuellement à 6 tomes. A découvrir d’urgence pour les aficionados de la série comme pour les néophytes.

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.