Critique « Le signal de l’océan » de Saint-Dizier, Joub & Nicoby

Critique « Le signal de l’océan » de Saint-Dizier, Joub & Nicoby

Critique « Le signal de l’océan » de Saint-Dizier, Joub & Nicoby

Dessins

Scénario

Edition

Summary:
Une BD engagée pour la défense du littoral.

70%

Une belle intrigue

JustFocus s’engage pour la défense du littoral face au changement climatique à travers Le signal de l’océan publié par les éditions Vents d’Ouest en juillet.

La modernité arrive ?

En 1976, Malberosse, un village de la côte atlantique, est fier de s’ouvrir à la modernité par la construction d’une station balnéaire mais est-ce aussi simple ? Le scénario est écrit par Pierre-Rolland Saint Dizier qui a déjà écrit une BD sur le paquebot Normandie. Les dessins sont de Joub et Nicoby.

Un projet en débat

Le scénario explique bien les tenants et aboutissants du projet à l’époque par différents habitants de la commune de Malberosse. Les partisans y voient une modernité, la création d’emplois et une source de revenus alors que les opposants refusent l’arrivée des touristes, ont peur que le village perde son âme et voient le danger de construire sur du sable. Les dialogues sonnent toujours justes. Une fois la station construite, on voit les touristes venir pour la première saison et des pages nostalgiques rappelant les chants dans la voiture mais aussi le vomi des enfants…

Une famille divisée

Pierre-Rolland Saint Dizier réussit à rendre très humain le problème de l’aménagement de la côte en intégrant au récit l’histoire familiale. D’un côté, le père est maire et donc un des promoteurs du projet. Il est soutenu par son fils aîné vivant à Paris qui pense que tout le monde doit avoir le droit de venir en vacances « les pieds dans l’eau ». La fille cadette y installe un restaurant et peut ainsi rester vivre dans le village. Face à eux, le fils cadet postier refuse la bétonisation de la côte et découvre que son père trempe dans un délit de corruption. On saura plus tard dans le livre pourquoi il est si méfiant…

Le littoral avant la construction

25 ans plus tard, le fils est devenu maire. On bascule dans un film catastrophe en voyant qu’avec les effets du changement climatique, ces aménagements ont des conséquences lourdes sur le paysage mais surtout sur la vie des habitants.

Une BD engagée

Cette histoire est enluminée par un dessin dans la tradition franco-belge. Les visages sont simplifiés, le fond est souvent d’une couleur unie et la case est séparée à la main dans une grille. Les très belles couleurs à l’aquarelle et le lettrage à la main renforcent l’effet d’un travail d’artisan bien fait et très agréable à regarder.

Publié en partenariat avec le Conservatoire du littoral, les éditions Vents d’Ouest réalisent une BD de qualité. La solide couverture est faite pour résister dans votre valise ou sur la plage. A la fin du volume, il y a un petit dossier pour présenter le rôle du Conservatoire, les dangers du changement climatique et le programme Adapto mis en place par l’association pour agir.

Le signal de l’océan est une bande dessinée engagée mais ne va jamais dans l’extrême. A travers la vie d’une famille, le lecteur prend conscience de la complexité d’un projet sur le littoral. En résumé, ce livre est le partenaire idéal de votre crème solaire sur la plage.

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.