Critique “Jeanne la mâle reine – Volume 1” de Richemond/Suro/Fogolin : une boiteuse sera bientôt reine

Critique “Jeanne la mâle reine – Volume 1” de Richemond/Suro/Fogolin : une boiteuse sera bientôt reine

Critique “Jeanne la mâle reine – Volume 1” de Richemond/Suro/Fogolin : une boiteuse sera bientôt reine

Scénario

Dessin

Couleur

Summary:
Jeanne la mâle Reine, une femme destinée à devenir Reine. Une oeuvre très plaisante et ludique à lire !

83%

Très bon !

Après la sulfureuse Aliénor, Cléopâtre, Frédégonde, la combative Isabelle et Tseu Hi, la prochaine reine de sang de chez Delcourt est Jeanne la mâle reine.

 

En 1293, Agnès, fille de Saint Louis, donne naissance à une fille. Sa troisième, au grand désespoir de son mari, le Duc Robert II. Comme si naître fille ne suffisait pas dans ce Moyen-âge régi par les complots et les superstitions, Jeanne est boiteuse.

Dès sa naissance on essaie de la changer, de soigner sa difformité. Mais rien n’y fait. Jeanne est et restera différente. Avec une jambe plus courte que l’autre.

 

Ce tome 1 nous permet de suivre celle qui deviendra reine lors de la guerre de 100 ans. De  son enfance et son adolescence jusqu’à l’âge adulte.

“La boiteuse”, “princesse boiteuse” “vraie diablesse”, “diable boiteux”… Maudite  ou choisie par le Diable ? Telle est la question. La jeune Jeanne n’a nullement été épargnée.  Et cela, malgré que son oncle, Charles II, fût atteint du même problème. Tout le monde critique son physique et se moque d’elle. Heureusement, sa soeur Marguerite la prend sous son aile et jure de la protéger tout au long de sa vie.

 

Mais les années passent, Jeanne grandit et ses frères et soeurs aussi. Blanche l’aînée se marie à un bon parti et sa cadette Marguerite devient, quant à elle Reine de France. Elle dépérit dans un mariage qui ne la satisfait pas et qui lui fera choisir la passion: l’adultère, l’emprisonnement puis la mort.

Jeanne elle se contente de rester aux côtés de sa mère, qui la trouve difficile à marier. Mais Jeanne de Bourgogne souhaite de tout coeur un mariage d’amour. Elle finira par voir son voeu se réaliser, finissant par s’unir avec Philippe de Valois, comte du Maine.

La partie intéressante de ce 1er tome reste le fait que derrière l’histoire principale, celle de Jeanne, réside une plus grande histoire. Le scénario bien ficelé que l’on doit à France Richemond nous décrit la France du XIIIe siècle dans toute sa splendeur : les templiers, les manipulations de Philippe Le Bel, et les luttes religieuses.

Scénario soutenu brillamment par le dessin de Michel Suro et par la couleur de Dimitri Fogolin. Un dessin minutieux derrière lequel il est possible de voir le vrai visage de chaque personnage. Des couleurs sublimant ces détails et récréant à la perfection une atmosphère Moyenâgeuse.

 

Jeanne la mâle Reine, ne dévoilera ses ambitions royales qu’à la fin du tome pilote où elle semble conquérante. Femme. Reine.

 

Reines de sang – Jeanne, La mâle Reine – Volume 1

Scénariste : France Rrichemond

Dessin : Michel Suro

Couleur : Dimitri Fogolin

Série : Reines de sang

EDITION : DELCOURT

1 Comment on this Post

  1. GrognonChat

    Super critique ! Ça donne envie de le lire ! 🙂

    Répondre

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.