[Critique] Injustice : Ground Zero de Urban Comics : un changement de média réussi

[Critique] Injustice : Ground Zero de Urban Comics : un changement de média réussi

[Critique] Injustice : Ground Zero de Urban Comics : un changement de média réussi

Scénario

Graphisme

Personnages

Summary:
Une adaptation réussie qui aurait mérité d'être développée sur un format plus long

73%

Sympathique

Injustice : Ground Zero est une série en deux tomes qui raconte l’histoire du premier jeu Injustice – Gods among us (Les Dieux sont parmi nous). L’adaptation du jeu vidéo en comics est assez bien réussie.

Injustice – Gods among us est un jeu de combat sorti en 2013 sur PS3, Xbox 360 et Wii U. Les joueurs incarnent les héros de la licence DC Comics et se battent les uns contre les autres. Dans ce monde parallèle, Superman est devenu le dictateur de la planète entière. Pour supprimer définitivement tout conflit, il impose sa paix à coups de poing. Batman est le leader de la résistance : lui et quelques alliés tentent de reprendre le contrôle de cette dystopie. Comment en sommes-nous arrivés là ? Dans Injustice : Ground Zero tome 1, Harley Quinn fait office de narrateur. L’ancienne psychiatre a rejoint le camp de Batman et lutte désormais du côté des gentils. Elle raconte à un mystérieux auditeur comment le Joker a détruit le monde. Le super-vilain a piégé Superman, le conduisant à tuer Loïs Lane et détruire Métropolis. Le héros est alors devenu fou. Il assassine le Joker et prend le pouvoir. Harley Quinn, libérée du contrôle de son ancien amant, se fait recruter par la résistance.

Injustice : Ground Zero
Extrait du tome 1.

Une transition convaincante

Urban Comics n’en est pas à son premier coup d’essai. L’éditeur publie déjà une série de comics basée sur les jeux vidéos Injustice. Les comics éponymes racontent la suite de l’histoire vidéoludique. Injustice : Ground Zero reste, lui, fidèle au scénario du jeu. Cette technique de cross-média (l’adaptation d’une histoire sur différents supports) permet de toucher différents publics, et donc de gagner une nouvelle clientèle. La transition du jeu en comics ne dénature ni le scénario ni l’esthétique. On perd évidemment en interactivité mais on retrouve l’esprit du jeu vidéo dans les graphismes et la représentation des batailles. Le découpage des pages est un peu chaotique et peut être déroutant, mais il a pour mérite de retranscrire visuellement la folie du personnage principal. Les actions s’enchaînent rapidement et le mystère est bien présent.

On attend avec impatience le deuxième et dernier tome de cette série. Il paraîtra le 13 avril 2018 chez Urban Comics. Vous pouvez dès à présent commander le tome 1 en suivant ce lien.

Laissez votre commentaire