[Critique] Suicide Squad Rebirth – Tome 2 : Sains d’esprit

[Critique] Suicide Squad Rebirth – Tome 2 : Sains d’esprit

Note

[Critique] Suicide Squad Rebirth – Tome 2 : Sains d’esprit

Scénario

Dessins

Edition

Summary:
Un deuxième tome qui corrige quelques erreurs du premier mais pas complètement encore.

73%

Pas indispensable mais intéressant !

De retour aux affaires avec la parution du deuxième tome de Suicide Squad Rebirth chez Urban Comics. Notre critique.

 

Les énergies de la Chambre Noire se dispersent à travers l’enceinte du pénitencier de Belle Reve, provoquant une hystérie collective parmi les prisonniers et les membres de la Suicide Squad. Dans le chaos total, seule Harley Quinn semble avoir retrouvé un certain équilibre mental… 

 

Amanda Waller vs Suicide Squad

Enfin le retour de l’équipe de super vilains la plus barrée de DC Comics ! Après un premier tome pas forcément exceptionnel, la Suicide Squad est de retour avec ce deuxième volume sous-titré Sains d’esprit. A la fin du précédent album, le général Zod était libéré de la Zone Fantôme et devenait incontrôlable. Captain Boomerang n’a malheureusement pas survécu au combat tandis qu’Amanda Waller est contente de sa prise. Une mystérieuse énergie émerge de la Chambre Noire et semble rendre fou toutes les personnes présentes. La seule personne qui semble échapper à cette folie n’est autre qu’Harley Quinn, qui une fois encore, éclipse par sa présence le reste de la Squad. En effet, elle retrouve même l’entièreté de ses facultés mentales et c’est LA bonne idée de cette histoire. Harley Quinn est avant tout une humaine ne l’oublions pas. En vrac, on peut assister à la suite du rapprochement entre Killer Croc et l’Enchanteresse mais aussi à un nouveau plan diabolique d’Amanda Waller. Encore beaucoup d’action dans ce numéro, peut-être même trop à la défaveur de l’intrigue qui stagne un peu.

 

Nous devons ce scénario à Rob Williams. Ce huis clos est pour lui l’occasion d’affiner un peu le traitement des personnages. L’humour est bien présent mais mériterait peut-être une place plus légère afin de favoriser au mieux les interactions entre les différents protagonistes. Pour les dessins, Jim Lee n’est pas dans sa plus grande forme avec Sains d’esprit. L’homme nous a habitué à mieux ces dernières années et la qualité de ses dessins semble dépassée sur ce tome. Heureusement, d’autres illustrateurs comme Scott Williams ou Stephen Byrne compensent légèrement cette faiblesse même s’il ne s’agit que des back-ups. En bonus de ce tome est présenté l’épisode annual sous la supervision de John Ostrander. Un léger sentiment de nostalgie, tout droit venu des années 80 qui fait du bien.

 

Urban Comics poursuit ses publications régulières des séries issues du Rebirth avec Suicide Squad Rebirth – Tome 2 : Sains d’esprit. Une couverture alléchante et un contenu plutôt riche (avec en bonus le prologue de l’event Justice League vs Suicide Squad) font de ce tome un complément intéressant pour votre bibliothèque.

 

En conclusion, Suicide Squad Rebirth – Tome 2 : Sains d’esprit ne brille pas forcément par son histoire ni par ses dessins mais reste tout de même un divertissement intéressant pour les fans de l’équipe. Il faut espérer que la suite prenne une autre tournure afin de ne pas tomber dans les travers des New 52 (découvrez notre critique sans attendre)…

 

Laissez votre commentaire