« Bloodshot Salvation » de Bliss Comics : série d’action entre présent et futur

« Bloodshot Salvation » de Bliss Comics : série d’action entre présent et futur

Après l’intégrale, JustFocus continue de vous présenter les aventures de ce héros invincible mais si fragile de Valiant publié parBliss comics le 31 août.

Un nouveau départ

La précédente série s’était terminée avec la publication de Bloodshot USA. Le scénariste reste Jeff Lemire pour la relance de cette série à succès mais un nouveau lecteur peut-il commencer par ce volume ?

Bliss choisit de ne pas tout résumer laborieusement par un texte au début mais permet au lecteur de comprendre par une courte introduction sur les pouvoirs. Un nouveau lecteur ne sera donc pas perdu car l’histoire prend un nouveau tournant, il n’est donc pas nécessaire d’avoir lu les volumes précédents, mais ce serait juste dommage de manquer cette histoire passionnante. Ainsi, il pourrait mieux comprendre certains personnages comme les anciens Bloodshot, victimes des tentatives ayant abouti au prototype actuel. Les familiers de l’univers Valiant croiseront aussi, au fil du récit, Punk mambo et Ninjak venus d’autres séries. C’est un des plaisirs de cet univers de plus en plus interconnecté mais les néophytes pourront aussi tout saisir.

Bloodshot blanchit quand la rage monte

Voyage vers le futur antérieur

La série navigue entre plusieurs lignes temporelles. En effet, dès le début du premier épisode, le lecteur découvre une scène dans le futur très proche qui lance l’action. Les épisodes chercheront par étapes à montrer comment on a basculé dans un futur si inquiétant.

Deux dessinateurs aux styles très différents se partagent chaque épisode, Mico Suayan et Lewis LaRosa. Cela peut paraître choquant au départ surtout pour les jeux de matières, plutôt flou pour LaRosa et très précis pour Suayan. Cette contrainte est intégrée dans l’histoire : chaque dessinateur réalise une ligne temporelle, Suayan pour le futur et LaRosa pour aujourd’hui. Ainsi le lecteur n’est pas perdu. Par des séries courtes ou en partageant les épisodes, Valiant a ainsi trouvé le moyen de faire dessiner tous les mois des dessinateurs plus lents rejetés par les grands éditeurs tels que Marvel et DC. Des indices laissent même penser qu’une nouvelle ligne temporelle sera présente dans les prochains livres…

Une série familiale… dysfonctionnelle

Après ses dernières aventures, Bloodshot a retrouvé son épouse et découvre la vie normale d’un père de famille sous l’identité de Ray Garrison. Il ne peut cependant s’empêcher d’imaginer le pire et s’inquiète de tout. La réalité semble lui donner raison car les orages s’accumulent dans et autour de cette famille. Le mal ne disparaît jamais mais change juste de masque pour pervertir le monde

Lemire brosse une critique violente de la droite religieuse. Il décrit une agence militaro-industrielle secrète qui veut remettre les États-Unis sur la « bonne route », celle du conservatisme, et le père de Magick se révèle être le dirigeant fanatique d‘une secte surarmée de survivalistes. Sans vulgarité, le scénariste suggère que ce père est incestueux. Ray entre alors en rage et Bloodshot revient comme Mister Hyde ou Hulk.

Bébé Bloodshot en colère

Action dans les champs

Plus que la précédente, Bloodshot Salvation se révèle être une prenante série d’action mais aussi une série rurale par la banalité des lieux renforçant l’inquiétude. Dans le présent, le lecteur bascule au cours du deuxième épisode d’une vie de famille parfaite à l’étrangeté digne d’un film d’horreur.

Dans les pages sur le futur, on découvre également l’oncle Rampage qui est visuellement le négatif de Bloodshot avec les cheveux blancs et le corps noir. Lemire réussit à rendre le récit angoissant car ces groupes dangereux contrastent avec le bonheur paternel de Bloodshot. Il vit dans une bulle fragile qui va se briser en raison de menaces extérieures mais surtout car Ray ne peut accepter ce calme et oublier le passé. Il se demande avec inquiétude si les nanites dans son corps qui le rendent puissants peuvent se transmettre à sa fille. Pour la protéger, Bloodshot décide d’agir seul. Il semble prêt à tout pour défendre sa famille mais cela lui fait abandonner sa fille.

De bons dessinateurs au service de ce récit

Les couleurs et l’encrage de LaRosa ne sont pas les plus réussis du récit alors que les pages de Suayan sont superbes. Bloodshot Salvation est aussi un beau volume avec l’ensemble des très jolies couvertures, y compris celle des éditions limitées américaines, ainsi que plusieurs planches des deux dessinateurs.

Bloodshot Salvation est donc un bon volume pour découvrir ce héros si particulier et pour les connaisseurs, une suite au niveau de la série précédente. Un petit regret cependant, même si elle est très belle, on peut avoir l’impression que la couverture du recueil donne trop d’indices sur le futur de la série : Bloodshot avec sa fille dans le futur ? Il faudra lire la suite pour confirmer cette intuition.

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.