Le Voyage extraordinaire: Critique du tome 5

Le Voyage extraordinaire: Critique du tome 5

Note

Le Voyage extraordinaire: Critique du tome 5

Scénario

Dessins

Couleurs

Summary:
Une oeuvre dynamique portée par de superbes dessins.

77%

Bon

User Rating: 0 (0 votes)

Le second cycle des aventures de nos héros a débuté dans le tome 4. Il se nomme « Les iles mystérieuses » et se déroulera jusqu’au tome 6. Après les péripéties du trophée Jules Verne, Noémie et Emilien profitaient d’une accalmie pour repenser aux différents événements concernant le Troisième Axe. Ils se retrouvent en ce tome 5 après leur fuite d’Alcatraz, perdus en plein milieu d’une île du Pacifique.

On apprécie le succès notable de la saga « Le Voyage extraordinaire » qui réalise d’excellents chiffres de vente malgré la concurrence accrue des comics et manga. Au mois de mai 2017, la série avait été vendue à plus de 120 000 exemplaires. Elle est de plus un succès critique auprès des médias puisqu’elle a remporté le prix du public par France 3 et le prix Actua SF graphique en 2016.

 

Le voyage extraordinaire nous emmène aux 4 coins du globe:

L’artiste italien est certainement l’une des forces vives de cette oeuvre. il a su nous dépeindre avec une certaine dextérité les univers citadins de Londres et de San Francisco, et il réussit à nous subjuguer une fois de plus dans un contexte radicalement différent, les îles du pacifique.

La végétation représentée dans ce tome fourmille d’éléments intéressants, rien ne semble être laissé au hasard. La faune aquatique est parfaitement retranscrite, on est immergé pleinement dans l’univers atypique de cette nouvelle aventure. Le travail de Silvio Camboni est tout aussi réussi lorsqu’il met en scène les créatures atypiques imaginées par Filippi dans son scénario.

Que dire des couleurs de Gaspard Yvan épaulé par Valérie Martineau? Elles s’accordent à la perfection au type d’environnement choisi. Cela se vérifie dans les planches où l’on peut admirer la richesse et la vigueur de la végétation.

 

Un scénario particulièrement rythmé

Le Steampunk est en un genre à part, à mi-chemin entre la science-fiction et la fantasy. On aurait pu croire que ce cinquième tome laisserait de côté ce registre puisque notre joyeuse troupe se retrouve immergé en pleine nature sauvage. Ce n’est pas le cas puisqu’un mystérieux robot va venir semer le trouble. 

L’aventure reste le maître mot puisque Noémie et Emilien n’en finissent pas d’explorer ces îles mystérieuses aux côtés de l’espionne allemande. on voit toute la maîtrise de Filippi puisqu’il distille à la manière d’un showrunner de série télévisée quelques éléments de son intrigue principale tout en insérant de nouvelles pistes qui risqueront de frustrer quelques fans. Quoi qu’il en soit, notre trio fonctionne bien et on se prend à savourer pleinement ce nouveau pan de leur histoire.

L’ensemble de la saga est disponible chez l’éditeur Vents d’Ouest (Glénat).

 

 

Laissez votre commentaire