Vendôrama : découvrez jusqu’au 28 janvier 160 ans d’histoire de la maison Boucheron

Vendôrama : découvrez jusqu’au 28 janvier 160 ans d’histoire de la maison Boucheron

Vendôrama : découvrez jusqu’au 28 janvier 160 ans d’histoire de la maison Boucheron

Thème

Scénographie

Médiation

Oeuvres

Summary:
Cette exposition est sympathique dans sa forme et sur son sujet, mais il faut être bien conscient que c'est un type de publicité, ce qui n'est pas forcément un tort, puisque qu'elle permet à un large public d'approcher des pièces autrement qu'en photographie.

80%

Du 12 au 28 janvier se tient, dans une bulle éphémère d’une cour de la Monnaie de Paris, l’exposition Vendôrama. Cette exposition est consacrée à la maison de Joaillerie Boucheron sise place Vendôme depuis 160 ans.


Dans un espace réduit, mais à la scénographie très soignée (reconstitution d’une bibliothèque, jardin luxuriant, etc.), ce sont 160 ans d’histoire de la célèbre maison Boucheron qui sont retracés au travers de pièces emblématiques. Si l’exposition Vendôrama est clairement publicitaire et ne s’en cache d’ailleurs pas, c’est l’occasion de voir une jolie exposition bien réalisée et surtout des pièces magnifiques.

Une exposition thématique

L’exposition Vendôrama est répartie en cinq zones : Inspiration autour de la célèbre collection « serpent de Bohême » sans cesse réinterprétée, Animaux de collection avec des pièces tellement mignonnes et scintillantes, création avec ses gemmes colorées et ses croquis, fabrication où l’on nous révèle les gestes d’ouvriers expérimentés, révélation où les pièces scintillent de mille feux, le sixième espace place le visiteur au cœur de la place Vendôme.

Les lieux sont animés par de nombreux médiateurs et médiatrices très disponibles et des acteurs qui donnent vie à l’espace.

Une large place du numérique

Autre point fort de l’exposition, la large utilisation du numérique. L’on peut ainsi voir des bornes de type « livre interactif » pour lequel il faut un certain coup de main, des écrans tactiles avec des vidéos sur la création d’un bijou. Mention spéciale à Wladimir, le chat noir mascotte de la maison, reconstitué en 3D en réalité augmentée sur certaines stèles, qui est drôle mais pas indispensable (application à télécharger gratuitement).

Ainsi, cette exposition est sympathique dans sa forme et sur son sujet, mais il faut être bien conscient que c’est un type de publicité, ce qui n’est pas forcément un tort, puisque c’est une publicité plus intelligente et qu’elle permet à un large public d’approcher des pièces autrement qu’en photographie.

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.