Sites éternels, un parcours gratuit et émouvant au Grand Palais

Sites éternels, un parcours gratuit et émouvant au Grand Palais

Le Grand Palais propose une exposition gratuite et émouvante dans sa galerie sud-est pour sensibiliser le grand public à la disparition des sites archéologique dans les régions en guerre. Redécouvrez quatre splendeurs de notre patrimoine mondial en danger !

Nous vivons une époque dramatique où le fanatisme et l’intégrisme pousse des hommes à réduire à néant les plus beaux témoignages de notre passé. Après la destruction du Bouddha à Bâmiyân en 2001, plusieurs musées ou sites archéologique ont subit de grave dommages. Que ce soit en Syrie, en Irak ou ailleurs, l’UNESCO et la Réunion des Musées Nationaux se sont mobiliser cette fin d’année pour proposer une exposition extraordinaire : Sites Eternels

Un parcours ouvert à tous

Cet événement est gratuit est ouvert à tous. Il a pour but de sensibiliser le grand public à la disparition de nos richesses culturelle et vient souligner leur importance dans notre histoire. Quatre sites sont présentés :

  • Khorsabad : Au nord de l’Irak, subsiste encore quelques traces de ce lieu qui fut autre fois une forteresse. Lieux de passage, ce lieux avait surtout pour but d’asseoir la puissance assyrienne et de dominer la plus grand partie du Proche Orient. Il inspirait respect et admiration à ceux qui y séjournaient. Aujourd’hui, les pilleurs s’y servent pour vendre les restes des vestiges du palais.
  • Palmyre : Lieu de ravitaillement de l’empire romain, temple au Dieu Bêl, cette cité fut longtemps connue pour les échanges qu’elle permettait entre l’orient et l’occident. Véritable joyaux, oasis aux portes du désert, il ne reste aujourd’hui quasiment plus rien de sa grandeur d’antan. En 2015, l’état islamique détruit plusieurs monuments comme le temple, l’arc de triomphe et les tours funéraires. Le site est de nouveau accessible, mais toujours menacé.
  • La grande mosqué des Omeyyades de Damas : Ce lieu a été mieux préservé que les autres, malgré les incendies qui l’ont frappé à la fin du 19e siècle. L’édifice abrite toujours des reliques. Il est le témoignage de la grandeur des Omeyyades, et possède encore quelques richesses dans son décor qui en témoigne. C’est un site protégé et qui a encore quelques trésors à nous dévoiler.
  • Le Krak des Chevalier : Architecture militaire grandiose de la période des croisades, ce château fort juché sur la montagne du Djébel Ansariyeh est un vestige de la présence franque au moyen orient. Ce lieu devint une résidence à la fin des croisades avec hammam et aqueduc. Après plusieurs attaques et bombardements, l’édifice est aujourd’hui globalement préservé, mais souffre de quelques ravages.

Plus qu’une exposition, une expérience !

L’exposition n’est pas très longue. Une introduction nous explique la raison de cette exposition avant d’entrer dans la salle principale qui est une immersion à 360 degrés dans les quatres lieux cité au-dessus. Des reconstitutions en images de synthèses et la présence de quelques trésors prêtés pour l’occasion permettent de plonger au cœur de l’histoire et de découvrir de façon prenante et émouvante ces sites menacés. Après un voyage à travers les âges, le visiteur prend conscience de la perte que serait la disparition totale de ces sites.

Sensibilisation et mobilisation

Une dernière salle nous invite à rencontrer quelques acteurs qui œuvrent pour la préservation de ce patrimoine, les techniques utilisés pour reconstituer le passé et les méfaits des attaques terroristes sur ces quatre merveilles. Véritable travail d’orfèvre et d’archéologie, on voit la dégradation des lieux et l’effort qui a été fait pour pouvoir nous les retranscrire dans cette exposition. Reconstruire et restituer, telle est la mission d’Iconem notamment.

Une exposition que nous vous recommandons fortement et qui ne prendra pas plus d’une heure de votre temps mais qui vous en apprendra beaucoup ! On ressort époustouflé et complètement ému et émerveillé par les images réelles et virtuelles de ce patrimoine menacé !

Vous pourrez aussi prolonger l’expérience avec les cours de la RMN 

Leave a Comment