L’inca et le conquistador, la rencontre des deux mondes

L’inca et le conquistador, la rencontre des deux mondes

Jusqu’au 20 septembre 2015, partez à la découverte d’une histoire incroyable, celle de la rencontre entre deux mondes. L’inca et le conquistador, c’est l’histoire d’Atahualpa et Francisco Pizzaro que nous raconte le musée du quai Branly.

IMG_7258Plus qu’une rencontre, c’est la confrontation entre deux civilisations dont il est question. Autour de cet événement historique, l’exposition développe quelques aspects de la cultures inca et les met en parallèle avec les croyances et les convictions espagnoles de l’époque. Il est très vite intéressant de comparer les cultures et la façon d’aborder les relations sociales et diplomatiques. On découvre ainsi que les espagnols ont laissé de nombreux témoignages sur leurs périples en Amérique du sud ainsi que sur leur équipement (chevaux, armes et armures). Chez les incas, on retrouve quelques objets qui nous en apprennent davantage sur leur façon de vivre, les rites et le culte de l’inca.

 

On suit en miroir le parcours du conquistador Francisco Pizarro en Espagne puis sur le nouveau monde et l’avènement du prince inca Atahualpa jusqu’à cette rencontre décisive qui scellera de façon irrémédiable le destin de la civilisation inca. Pizarro est un bâtard d’Extremadure, tandis qu’Atahualpa est le fils du soleil. L’espagnol rêve d’aventure et de trésor, alors que l’inca devra se battre contre son frère pour obtenir la légitimité du trône de l’empire. C’est dans ce contexte de crise que la rencontre se fait et Pizarro saura en tirer avantage, toujours plus avide de conquête et d’or !

IMG_7281Cette rencontre sera déterminante pour l’histoire du Pérou. On découvre d’abord différent points de vue sur ce qui s’est réellement passé et la façon dont la rencontre fut perçu par les espagnol d’une part et par les incas d’autre part. Les conséquences des réactions de Pizarro et d’Atahualpa accélérera les événements, entraînant l’empire dans une série de conflits de plus en plus meurtriers pour les deux camps. Massacre, guerre, jeu politique pour la répartition des richesses et du territoire… Les jeux d’alliances entre Atahualpa mais aussi ces successeurs ou ses ennemis et les espagnol signeront la fin d’une civilisation riche et fleurissante.

Les espagnols s’établiront dans la capitale, Cuzco, et créeront leur propre ville, Lima. Ces villes seront des enjeux importants non seulement pour les deux peuples, mais aussi pour les espagnols qui seront divisés en deux camps : celui de Pizarro et celui d’Almagro qui s’entre-tueront pour obtenir le pouvoir sur le territoire inca. Les incas, quant à eux, auront à cœur de protéger et de préserver la dépouille d’Atahualpa, le fils du soleil. Aujourd’hui, on ne sait toujours pas où se trouve son corps et le devenir de son tombeau reste un mystère entouré de légendes.

L’exposition se conclue sur la suite de l’expansion espagnole en Amérique du sud et sur la mixité qu’a apporté cette colonisation dans la société péruvienne actuelle. A l’heure actuelle, il est toujours question de métissage et le culte d’Atahualpa a longtemps perduré dans ces contrées.

Une belle exposition qui a plus pour vocation de raconter une histoire que de décrire véritablement les us et coutume d’une civilisation disparue. Il n’y a pas de pièce véritablement marquante et bien qu’on évoque l’or inca qui fascina tant les espagnols, le visiteur n’en apercevra que des échantillons. On en apprend d’avantage sur la conquête espagnole et sur la vie des soldats. Il y a de nombreux extraits de chroniques et de témoignages qui permettent de mieux s’imprégner des personnages en action.

IMG_7289 IMG_7264 IMG_7268 IMG_7269 IMG_7270

On ressort comme après un conte, mais surtout beaucoup plus instruit sur la vie de Pizarro et d’Almagro, ainsi que sur la dynastie de l’empire inca.

A voir donc pour les férus de culture pré-colombienne et pour les curieux qui rêvent d’aventures.

Leave a Comment