Les grandes expo à Paris en 2016 de la RMN

Les grandes expo à Paris en 2016 de la RMN

La réunion des musées nationaux (RMN) nous propose bien des surprises à travers les grandes expo en 2016 à Paris et en province : inédites, originales, mais surtout offrant aux visiteurs l’opportunité de découvrir ou redécouvrir des artistes, leurs œuvres et leurs préoccupations.

 

Les Expo du printemps

 

Carambolages 

Infos: (2 mars – 4 juillet 2016) Grand Palais, galeries nationales
Voici une exposition des plus improbables et curieuses. L’idée de Carambolages est de confronter plus de 180 œuvres de toutes époques, de toutes cultures (Boucher, Giacometti, Rembrandt, Man Ray ou encore Annette Messager). Pas de thématique majeure, pas d’organisation chronologique et encore moins de volonté de discours. L’idée de les faire dialoguer peintures, sculpture,  pièces antiques et contemporaines de multiples musées, de façon atypique en faisant naître de ces confrontations des interrogation sur l’art, la sémantique, la sensibilité. Loin de leur contexte d’origine, l’exposition nous amène aussi à réfléchir sur de nouvelles problématiques, notamment la fonction des musées et la constitution de collections.

Chefs-d’oeuvre de Budapest. Dürer, Greco, Tiepolo, Manet, Rippl-Rónai

Infos: 9 mars – 10 juillet 2016, Musée du Luxembourg
Découvrez les œuvres les plus importantes conservées à Budapest dans cette exposition exceptionnelle. Un patrimoine artistique conservé avec passion par des collectionneurs et des institutions qui avaient à cœur de cultiver la population. Dürer, Cranach, Greco, Tiepolo, Goya, Manet, Gauguin, Kokoschka… autant d’artiste de renom seront présentés et permettront aussi de mettre en lumière le lien singulier de cette ville avec l’art. C’est aussi l’occasion de découvrir certaines pièces inédites en France et d’admirer des artistes hongrois. Au total, 90 œuvres à savourer d’une étonnante rareté.

Seydou Keïta

Infos: 31 mars – 11 juillet 2016, Grand Palais, galerie Sud-est
Né vers 1921 à Bamako, cet artiste rencontre très tôt la photographie. Dès 1939, il est déjà autodidacte et ouvre son premier studio en 1948. Portraitiste en premier lieu, il sera toujours à la recherche d’une esthétique épurée et simple, optant pour des lumières naturelles et des compositions aujourd’hui très « vintage ». Sa notoriété s’étend progressivement à l’ensemble du continent africain mais les événements politique l’oblige à fermer son studio en 1962. Il devient alors photographe officiel jusqu’en 1977 et décédera à Paris en 2001. Son oeuvre est le témoignage d’une société malienne en pleine évolution et retrace différentes périodes avec ses problématiques : décolonisation, émancipation, urbanisation, modernité, indépendance… Cette première rétrospective rend hommage à un talent encore peu connu du grand public.

Amadeo de Souza-Cardoso

Infos: 20 avril – 18 juillet 2016, Grand Palais, galeries nationales
Tombé dans l’oubli, ce peintre du début du 20e siècle est pourtant un des artistes majeur de sa génération. Il meurt jeune, à 30 ans, emporté par la grippe espagnole et laisse derrière lui pas moins de 300 œuvres que proposent l’exposition Amadeo de Souza-Cardoso. Une rétrospective chronologique réunissant peintures, dessins, gravures, photographies, quelques sculptures et masques africains, permettant ainsi de retracer le parcours artistique de ce portugais avant-gardiste, contemporain de Brancusi, Modigliani, Robert et Sonia Delaunay.

La terre, le feu, l’esprit. Chefs-d’oeuvre de la céramique coréenne

Infos: 27 avril – 20 juin 2016, Grand Palais, Salon d’Honneur
Exposition originale et rare, le Grand Palais nous propose de plonger dans les racines d’un art ancestrale et précieux : celui de la céramique. Les pièces présentées sont autant de trésors et nous font découvrir des techniques lointaines, mais aussi un état d’esprit riche, ouvert et libre. En plus d’un véritable témoignage sur le quotidien des coréens à travers les âges, ces objets soulignent le véritable sens esthétique de la Corée. Ils inspirent aussi les contemporain de nos jours.

Monumenta 2016 – Huang Yong Ping : Empires

Infos: 8 mai – 18 juin 2016, Grand Palais, Nef
Depuis 2007, la Nef accueil des artistes prestigieux à investir ce merveilleux espace. Cette année, c’est le chinois Huang Yong Ping qui sera à l’honneur. Aujourd’hui résident français, cet avant-gardiste des année 80 est un des fondateur de l’art contemporain en Chine. Connu pour sa démesure, il proposera ici une installation grandiose et immersive. Le spectaculaire sera au rendez-vous sous forme de paysage symbolique de notre monde économique. A découvrir !

 

Les Expo d’automne

 

Henri Fantin-Latour

Infos: 14 septembre 2016 – 12 février 2017, Musée du Luxembourg
Connu pour ses natures mortes et des portraits de groupe, Henri Fantin-Latour est un artiste qui participa beaucoup aux débats de son temps. Son oeuvres, peu évoquées, sera mise en lumière grâce à cette rétrospective qui balayera sa vie et ses aspirations. Une façon passionnante de parcourir l’oeuvre et la vie d’un homme prit entre passion du réel et besoin d’évasion. Une occasion pour le grand public de plonger dans le processus créatif d’un peintre discret et pourtant remarquable.

Hergé

Infos: 28 septembre 2016 – 15 janvier 2017, Grand Palais, galeries nationales
On ne présente plus l’auteur de la bande dessinée internationalement reconnue : Tintin. Pour la première fois, le 9e art entre au Grand Palais avec cette exposition exceptionnelle que le créateur du reporter le plus intrépide du 20e siècle ! Cette rétrospective aura à cœur de relater la vie du dessinateur autodidacte qui fut rendu célèbre grâce à son personnage Tintin dont les aventures hante toutes les bibliothèques depuis 1929. Le visiteur pourra d’ailleurs découvrir les coulisses et les problématiques liées à la création d’une bande dessinée, savant mélange entre cinéma, photographie et peinture.

Le Mexique des renaissances

Infos: 7 octobre 2016 – 16 janvier 2017, Grand Palais, galeries nationales

Hors de Paris

Chagall et la musique
(5 mars – 13 juin 2016) Musée national Marc Chagall,Nice
L’exposition tentera de mettre en évidence le goût prononcer du peintre pour la musique et l’impact de celle-ci sur son oeuvre. Source d’inspiration, créatrice de sentiment, capable de susciter l’émotion, la musique motivera aussi son art.

Rosa Bonheur et sa famille : trois générations d’artistes
(7 avril – 25 juillet 2016) Musée national de Port-Royal des Champs, Magny-les-Hameaux
La famille Bonheur habita le village de Magny-les-Hameaux. Parmi ses membres, on se souvient de Rosa, primée au salon de 1848, mais c’est toute une famille d’artiste qui occupa les lieux pendant plusieurs générations. En marge des artistes du 19e siècle, cette exposition donne à voir des œuvres originales qui ne s’inscrivent pas forcément dans les tendance picturales de l’époque.

L’été 1954 à Biot, Fernand Léger et le groupe Espace, Architecture Formes Couleur
(18 juin – 19 septembre 2016) , Musée Fernand Léger, Biot
Cette exposition rend hommage à la première exposition du Groupe Espace dont faisait parti Fernand Léger. Ce collectif avait pour but de démontrer l’importance du rassemblement des artistes, des architectes, des ingénieurs, peintres et sculpteurs afin de créer un cadre de vie adapté à l’homme moderne. Un questionnement pertinent sur l’urbanisme !

Le Rêve
(17 septembre 2016 – 22 janvier 2017) Musée Cantini, Marseille
Thématique au combien complexe et pourtant fascinante, cette exposition aura pour ambition d’explorer la représentation du rêve de l’antiquité à la fin du 19e siècle, période charnière qui annoncera les réflexions de Freud sur le sujet. Retranscription de dialogues intérieurs, de fantasmes, symboles et divagation imaginaires, l’exposition est un voyage dans l’inconscient des artistes.

Franz Xaver Winterhalter (1805-1873)
(30 septembre 2016 – 15 janvier 2017) Palais de Compiègne
Retraçant la vie et la carrière du dernier grand peintre de cour d’Europe, l’exposition Franz Xaver Winterhalter nous permet de plonger au cœur des familles les plus prestigieuses du 19e siècle. Peintre de talent, il su brillamment réinventer le portrait d’apparat grâce à une facture toute en finesse et en liberté aérienne. Le raffinement de ses tableaux est une audacieuse association de modernité et de tradition inspirée par Van Dick, Rubens ou encore Titien.

L’ours dans l’art préhistorique
(16 octobre 2016 – 30 janvier 2017) Musée d’archéologie nationale, Saint-Germain-en Laye
Destinée à un public familial, cette exposition à pour but d’explorer l’art préhistorique à travers l’ours. Animal symbolique, il est souvent représenté et semble fasciné les chasseurs de l’époque. Une véritable fouille archéologique, partez à la découverte de cette espèce menacée et pourtant si présence dans l’art !

Dans les armoires de l’impératrice Joséphine, la collection de costumes féminins du château de Malmaison
(6 décembre 2016 – 6 mars 2017) Musée national des châteaux de Malmaison et Bois-Préau
Cette exposition permet de découvrir cinquante costumes et accessoires du vêtement du Premier Empire, rarement présentés au public du fait de leur extrême fragilité. Cette collection exceptionnelle est la seule qui rassemble autant de pièces textiles ayant appartenu
à l’impératrice Joséphine – et à sa fille Hortense – qui plus est dans le lieu où elle a vécu.

Voilà de quoi remplir votre agenda culturel !

Leave a Comment